Partagez | 
 

 INTRIGUE | Des menteurs et des tricheurs (Groupe 2)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité

Lui avait observé, silencieux et patient, immensément calme, en son inhumanité, le déroulement de cette sombre calamité, telle que ne manquerait nullement de la nommer le Cénacle et ses commandeurs si bien intentionnés. Mais lui n'en avait que faire, ne se sentant nullement concerné par tout ceci, tant que son maître forcé ne viendrait pas à lui demander d'agir. Pourquoi l'aurait-il fait ? Lui ne venait pas d'ici, Lui venait de l'Ailleurs. Le monde terrestre le pressait et le froissait. Les convictions et les tourments mortels le désintéressait. Mais par une infâme magie et la bénédiction de Nodens l'ancien, il avait été réduit à l'esclavage par un de ces pitoyables humains, contraint de faire son œuvre chaque fois qu'il le désirait. Autrement, il se serait éclipsé. Les concepts étaient lents à lui venir, et l'humain qui s'était chargé de l'éduqué n'avait pallié qu'au plus pressé, tout le reste, c'était seul qu'il le découvrait et l’interprétait. Tapis dans un angle inadapté aux yeux des terrestres, il avait observé, ne trouvant en tout cela qu'un intérêt limité. Son attention ne bondit qu'à l'appel silencieux de la poisseuse magie qui le liait et son visage lisse se para de cette expression contrariée qu'il avait volée à une humaine au dehors quelques jours plus tôt.

Se dressant rapidement, il traversa le champ de bataille avec célérité, souple et agile, dépourvue des lois classiques de la gravité qui écrasaient les belligérants. Juste à temps, il parvint à bloquer le coup qui aurait dû frapper la fée et se dressa entre le cygne, le parasite et elle sans un son, froid et détaché, dépourvu de passion. Il observa un instant les deux créatures, puis fut sur elles d'un battement de cœur humain, assommant sans douceur aucune le mâle parasite. La femelle emplumée lui causa davantage de peine, car elle était forte et déterminée. Même diminuée comme elle semblait l'être, elle était encore formidable. En un sens, digne d'intérêt. Mais elle était de chair friable, d'esprit terrestre et lui ne portait cette matière malléable que comme un réceptacle pour son intellect étranger. Même la magie de cet endroit ne lui était que d'un intérêt fort limité. Et bientôt, elle fut à terre alors que le froid se répandait.

Son enveloppe extérieur la ressentis, et Lui cilla lentement. Ce froid serait la mort de nombreux terrestres, si ceux-ci ne pouvaient se protéger. Il le savait d'instinct. Est-ce que cela tuerait aussi celui qui se disait son maître ? Il n'en était pas certain. Mais à nouveau, l'emprise retentissait, et il était forcé. Se tournant vers le vieux mâle et la fée, il les observa tour à tour de son regard lisse et sans caractère. Tous deux pouvaient se briser, mais il n'avait pas de querelle envers eux, uniquement envers le nécromant. « Lord Earl à demander à Moi de vous aider » Et il était forcé d'obéir qu'il le veuille ou le renie. La pièce était dépourvue d'adversaires en dehors de l'humain qui diffusait le froid. Ce qui pouvait se faire ici n'était sans doute pas de son ressors mais il ne pouvait qu'attendre de savoir ce qu'ils demanderaient. Il était à leur merci, ce qu'il détestait mais plus vite cela se terminerait plus vite il serait libéré.


Mer 28 Déc - 20:29
• • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 1016

Intervention MJ



Une catastrophe, c'était sans doute le juste mot pour décrire tout cela. Et pourtant, certains se tenaient encore, droits et prêts à l'endiguer. Parmi ceux-ci, âme humble mais dévouée, se trouve Lupa, Lou… membre du bureau de liaison et esprit maternel, elle se dresse à présent à son tour, trouvant enfin le courage d'intervenir dans ce maelström inextricable. Esquivant un pal de glace, elle s'approche de l'estrade et du couple décisionnaire encore aux commandes. Lowell et Titania ont sûrement besoin de soutient et d'aide, et elle peut leur en apporter. C'est à elle de jouer.



Mer 28 Déc - 20:33
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Le Cénacle et le Réanimateur... Deux idéologies... Deux utopies se faisaient face entre ces murs. Lou n'avait voulu rater cette entrevue pour rien au monde. Elle n'avait jusqu'à présent fait qu'observer, de son regard détaché des sombres intrigues du monde, ne voyant pas l'intérêt de s'impliquer dans ce qui s'apparentait plus à une dispute d'enfants qu'un réel débat ouvert. Chacun avait sa manière de penser et s'y enfermait avec agressivité, refusant même d'essayer de comprendre ce que cachaient les paroles de "l'ennemi".

Le Réanimateur était l'incarnation de toutes les peurs et les colères que générait inévitablement le Secret, car tout utopie, une fois mise en place, avait ses défauts, et il ne voyait sa délivrance que dans la fin du Cénacle et du Secret. Ceux-ci ayant préféré les ignorer et refusant d'assumer les conséquences de leurs lois et d'en amortir la dureté, dans cette attitude défensive, se retrouvaient à prononcer exactement les paroles qui attisaient les peurs et colères du groupe qui leur faisait face.

Qui es-tu pour condamner ces gens ? Toi-même fait preuve d'un entêtement parfois bien plus buté qu'eux... Tellement qu'en être pleinement consciente ne te fait pas changer pour autant. Cette pensée avait fait sourire la louve. Et puis les portes s'étaient ouvertes.

Le brutal retour à la réalité horrifia Lupa dont le cœur se brisa face à la scène de l'autre côté des portes qu'elle pouvait apercevoir. Tous ces sorciers, créatures et autres êtres, dont certains devaient certainement être de ses pupilles, s'entredéchiraient les uns contre les autres dans des éclairs de magies et giclées de sang... Elle avait vécu beaucoup de bataille semblables au cours des siècles qu'elle avait vécu. Cela ne rendait pas la vision d'enfants aveuglés par leurs idées s'entretuer plus agréable.

Échappant au flot de personnes se dirigeant dans les antichambres, elle s'approchait de ce chaos. Cherchant à... savait-elle seulement ce qu'elle pouvait faire face à ça ? Mais c'est à ce moment-là que d'autres paroles atteignirent ses oreilles, surplombant les cris et la figeant sur place... Pour la première fois, Lou voulu que son ouïe lui ait fait défaut. C'était impossible, comment le Secret avait-il pu être révélé ? Elle renversa alors la tête en arrière et hurla. Un hurlement non humain et déchirant en hommage à la fin d'un idéal.

Quand son cri se noya dans les autres éclats de voix présents autour d'elle, son regard brulait d'une nouvelle détermination. Assez. C'en était ASSEZ ! Trop de discours de sourds, trop de sang coulé, trop d'injustices... Et pour ça pour rien ?! Le Réanimateur obtenait ce qu'il souhaitait, offrant par la même occasion ses semblables au Vatican et faisant reculer sa communauté des siècles en arrière. Une nouvelle fois, le peuple amnésique recommençait ses erreurs. Cette boucle sans fin est éternelle qui torturait la louve depuis des siècles... ASSEZ !

Alea jacta est. Elle était en colère, et elle allait le leur faire regretter.

Fendant la foule, elle se dirigeait vers Lowell Grayson et Titania lorsque leurs adversaires furent mis hors combat par une créature l'ayant pris de vitesse. Qu'à cela ne tienne, un autre danger remplaça le précédent, dans le retour du patriarche et de son fils insoumis. Celui-ci diffusait un blizzard glacial et agressif... dangereux. La louve était plus forte, plus rapide, plus résistante et ce depuis des siècles, suffisamment pour que la glace, initialement dirigée vers un certain Lord, ne lui cause que peu de dommages.

Évitant avec une fausse facilité les pics de glaces émanant du Réanimateur, qui ne regardait qu'à peine les conséquences du déchaînement de son pouvoir, elle sauta et en dévia un qui se dirigeait droit vers le directeur de Scotland Yard. Que faisait-ils encore là ? Lui et la Reine de Fées ? Le combat magique à leurs côtés ne se préoccupait pas de leur survie. Quel intérêt de rester aussi proche ? Atterrissant sur l'estrade verglacée, elle tourna son regard vers Grayson. Éloignez-vous, c'est dangereux et on a certainement besoin de vous dehors.

Que les grands de ce monde cessent de parler et se préoccupent enfin des innocents massacrés à l'extérieur. Qu'ils ne montrent pas que l'horreur de l'Envers au monde qui posait pour la première fois depuis des lustres leurs regards sur eux, mais aussi leur capacités salvatrices et bienveillantes. Qu'ils laissent un combat sur lequel ils n'ont de toute façon aucune incidence poursuivre son cours derrière eux. Elle était prête à les saisir par la peau du cou, à la manière des mères louves avec leurs petits capricieux, pour les y emmener de force si nécessaire...

Jeu 5 Jan - 16:19
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Réincarné par l'Archange Rémiel, je suis Adolf Hitler. Je suis le possesseur de Longinus.
PROFESSION : Peintre
Crédits : Matias Beck
Messages : 175
Points : 843
Les prunelles d’un vert trépassé de Nikolaïs prirent en note, une à une, les différentes composantes de son environnement, tel un chef militaire des plus précis. Les hommes de Lowell apparurent un d’un peu partout et se heurtèrent, désintégrés au bouclier mis en place par Longin et ses hommes. Qu’ils viennent. Oui, qu’ils viennent, que ce vieillard lui envoie ces hommes et Nikolaïs les précipiterait vers le trépas qui leur était dévolu. A la vue du doigt d’honneur, l’ancien dictateur arqua un sourcil : « Regarde derrière toi vieille loque. » lâcha-t-il, bas. Même s’il avait crié, eu égard de la distance qui séparait les deux tacticiens, il y avait fort à parier qu’il ne l’entende pas. Le froid revint avec Anthony et même jusqu’ici, le sorcier du Chaos en sentait la morsure, lui remémorant lourdement l’avertissement de Nyarlathotep. Claquement de langue agacé, il ne pourrait pas intervenir. Ces fous du Cénacle n’avaient donc pas compris que la menace ne venait pas de lui, ni de ce front entier. Que Grayson s’empale dans son orgueil, il était tant aveuglé qu’il ne remarquait ce qui montait en puissance jusqu’à l’attaquer sournoisement. Il fallait refréner Anthony et Pryam, mais de porte d’entrée, il n’avait aucune à présent pour se porter à ses côtés : Aneksi venait d’être mise à terre. C’était peine perdue.

Il y avait alors un autre danger qui grondait sa menace. Sous le dernier dôme vibrait une magie terriblement destructrice. Nulle doute que ses parois ne saurait protéger la foule ici : elles exploseraient quand la puissance se déverserait. Il fallait d’arrêter avant cela mais traverser ces quelques mètres sur le champ de bataille ne lui serait pas aisé et il put compter sur la tempérance bienvenue d’Imrinn. Ne pas frapper dans ses adorateurs des Earl fut pour lui aussi rude que 30 années d’abstinence, mais il se contenta de les laisser taper dans un bouclier qu’il renforçait, les repoussant lorsqu’ils venaient à lui bloquer le chemin et l’empêcher d’avancer, et lors qu’enfin la lame noircie du sang du Christ ébrécha le dôme, celui-ci s’écroula tels mille éclats de verre, dévoilant son terrible secret. Une fois que les brisures eurent achevé leur chute, le sorcier discerna les yeux luisant de l’archon. « Tous aussi fêlés les uns que les autres... » pesta-t-il les yeux emplis d’une soudaine peur. Et après c’était lui le dictateur inhumain complètement cinglé… Il n’y en avait pas un pour s’occuper des deux abrutis qui se battaient dans la Chambre du Cénacle, pas plus pour assommer le Patriarche Sihvonen. Fort heureusement, il ne fut pas le seul à présentir, à présent, Austar comme une menace.

Ultime assaut, ses forces puisaient dans la lance dont les pulsations de magie vibraient dans sa main. Il n’osait approcher, par crainte que la puissance de son arme ne soit absorbée par ce glouton de pouvoir et il ne voulait pas alimenter quelque chose qui allait lui exploser en pleine face. C’est dans le chaos environnant qu’il chercha sa force, dans les limbes de la destruction, dans une adoration qu’il savait malsaine et qui logeait pourtant en lui. De l’invisible immergeait un appendice aux teintes d’un bleu aussi sombre qu’une nuit d’hiver, reluisant des étoiles terribles de l’Ailleurs. Immense et suintante, la langue telle un mastodonte vint abattre contre le Patriarche mis à terre à l’oiselle blanche et ses comparses. Serpent géant, il s’enroulait autour de sa haute stature dans une étreinte qui se voulait mortelle lorsqu’à sa gorge il se nouait, serrait et serraient encore jusqu’à l’asphyxie espérée. Les ventouses s'agrippaient à l’homme pour contraindre ses faits et gestes à l’abandon. Les yeux mornes de l’ancien dictateur brillaient de mille étoiles dangereuses, un ciel qu’il adorait et refusait mais à en juger par ce qu’il venait d’invoquer, ne lui avait-il pas prêté allégeance en rêve ? Il savait… Il savait tellement combien cela était mal, combien il ne le devait mais en son for intérieur il jouissait d’une béatitude coupable.

Sam 7 Jan - 16:04
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 1016

Intervention MJ



Un bref instant, il resta allongé sur le sol. Puis, avec une grâce prédatrice, en des mouvements inhumainement fluides, il se redressa et noua autours de la flèche, blanche et immaculée sur sa peau à présent sombre et indigo, de longs doigts crochus, à la texture aussi glacée que le souffle du Réanimateur. Lentement, mais sans hésitation, il retira le trait de son torse et le tint un instant à hauteur de son visage, les yeux, des puits luminescents, examinant avec intensité la création énergétique. Il la tourna lentement d'un côté puis de l'autre, un liquide clair et pâle s'échappant de la blessure pendant ce temps, sans que cela semble réellement le déranger. Puis, avec une faim qui fit trembler les fondations d'une réalité qui se distordait, il aspira l'énergie du carreau. Sa silhouette se troubla, puis gonfla, atteignant la taille d'un ogre ou d'un troll sans pourtant perdre sa découpe humain, alors que la surface gonflait par endroit de cloques de magie pure qui éclataient, laissant apparaître une bouffée opaque rapidement aspirer de nouveau, d'autres parcelles de son être se tordant, comme si la peau était constituée de vers grouillants qui distendaient le vélin. Les traits s'effaçaient, ne laissant que l'impression de l'homme alors que la pression magique autours de l'Archon ne faisait que se renforcer, la créature ayant de toute évidence appréciée le don offert par le cygne blanc. Sous ses pieds, le vide s'ouvrit plus encore, et tous ceux qui le contemplait y tombaient irrémédiablement tendit que la chose amassait toute la puissance qu'elle pouvait trouver. Le soudain appel de magie, lorsque le dôme se fracassa, lui permit de grandir encore, gargantuesque faim béante qui tourna son regard vers le nouveau venu. Un instant, les longs doigts de givre se tendirent vers l'ancien dictateur…

… puis le dextre menaçant s'arrêta tandis que l'entité presque achevée mais encore gourmande se tournait vers le tendril qui s'extrayait du vide de l'Ailleurs. La chose sinueuse, puissante et sombre vint s'enrouler autours de la forme éthérée et la bloqua comme si elle était encore un corps mortel. Agacé, l'Archon chercha à s'en débarrasser, et le geste suintant de magie qu'il eut vint faire exploser une partie du champ de bataille, vaporisant plusieurs créatures comme s'il s'était agit de feuilles dans un brasier. Mais l'appendice ne cessa pas de resserrer son étreinte. Il planta les griffes dans l'exemple de chair visqueuse, avant d'être finalement bloqué par la puissance de ce qui n'était ni muscle ni magie mais une implacable volonté. Pourtant, alimenté en puissance par le nexus présent et les combattants, pompant dans la force du cygne blanc, l'Archon résistait encore à la domination qu'on lui imposait. C'était un combat de titans, entre deux entités ne pouvant manifestement ni céder ni abandonner, ni faillir. Tous les autres s'éloignaient, frappés de respect devant cette masse grouillante et dangereuse, irradiante. La chose sinueuse parvint à arracher un bras à l'Archon, laissant pleuvoir la glace sur la zone de combats, avant que l'entité magique ne reforme le membre arraché et désormais libre. D'un geste impérieux, il saisit son opposant à bras le corps. La suite ne fut plus qu'une masse brouillonne et instable qui fondit le décor alentour en une masse de chaos informe et glacé, une onde de choc si violente qu'elle détruisit les protections alentours, faisant voler en éclat les sortilèges passifs placés un peu partout, mais inspirant une terreur suffisante aux belligérants pour qu'ils cessent de s'affronter.

Un silence pesant plane désormais sur l'espace torturé et déchiqueté, l'emplacement de la chute de l'Archon est marqué d'une plaque glacée et pulsante de magie. Ceux dont les sens sont suffisamment aiguisés comprennent bien vite que l'entité n'est pas détruite mais réduite à l'impuissance… pour le moment. Au-dessous de l'espace marqué se dresse l'appendice squameux qui, lentement, se rétracte de nouveau vers les profondeurs de l'Ailleurs dont il a été éveillé. Tout proche de Nikolaïs, une silhouette marmoréenne se glisse, le visage souriant, ses yeux d'étoiles portant l'amusement. « Si j'étais vous, je partirai me cacher dès maintenant, avant que cela n'arrive…. »



Dim 8 Jan - 22:10
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 1016

Intervention MJ



Morghann rejoint le groupe 2 et Titania a été mise hors jeu après les derniers événements.

Il s'agit du DERNIER tour de jeu. Nous n'accorderons pas de délai supplémentaire et, dans la mesure du possible, nous vous demandons d'être rapides à répondre.

Pour ce dernier tour :
- Lowell Grayson
- Morghann Earl
- Imrinn MacLeod
- Lou Faust
- Adam Heathcliff
- Nikolaïs Werner

Bon jeu ♥



Dim 8 Jan - 22:13
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Lowell était déstabilisé, et à juste titre. Les effusions de sang, le Loup du Cénacle qui prenait le commandement et la galvanisation des troupes à l’insu de ceux qui, désormais contraints par un phénoménal foutoir, s’étaient désorganisés…
C’est à ce moment là que son téléphone se mit à vibrer. Les sms lui hérissaient le poil. Pourtant, il s’agissait d’un moyen des plus discrets…

Spoiler:
 

Il restait perplexe et craintif, d’autant qu’en effet, Olivia avait simplement disparu mais l’heure n’était pas au drame. Il devait tenir bon pour tous les présents du Cénacle et pour tous ceux qui se livraient une guerre sans merci là, au-dehors, aux pourtours du Siège.
Ce ne fut que quelques minutes à peine, qu’il entendit un jeune sorcier pousser un hoquet de surprise. S’affichait sur sa console, sur toutes celles des présents comme de tous ceux au-dehors, un générique entrecoupé des scènes infâmes qui, jusqu’alors, auraient pu être perçues comme une réalité. Les jeux étaient habiles, les montages récupérés au fur et à mesure sur les visages des créatures ou des soldats par les caméras de surveillance, et devenaient des gros plans agencés avant d’être coupés d’une seule image...

Spoiler:
 

Le contrôle du réseau entier des télécommunications avait été récupéré sans qu’il ne sache par qui, réellement, si ce n’était ce mystérieux sms, ni comment mais… Combien étaient-ils pour faire cela aussi vite ? Comprenaient-ils ce qu’ils faisaient et pourquoi ?
Une main lasse passa sur son visage… Si une catastrophe mondiale avait été évitée, force était de constater qu’un monde de « geeks » serait mis au parfum sans plus de cérémonie… Et comment contrôler ces derniers ? Par le seul fait qu’ils étaient des amis d’Olivia ? Lowell n’y croyait guère mais il y aurait des choses à gérer.
Pour l’heure, les manigances d’Evans avaient été contrecarrées à l’échelle mondiale et les postes télévisuels avaient sûrement repris leur cours presque normal, comme s’il s’était agit d’une pub événement, d’un nouveau monstre de cet organisme qu’était Netflix.

Mais un autre événement surprenant prit corps, sous ses yeux médusés. L’assaut n’était qu’une diversion, la réalité les frappa de plein fouet lorsque Pryam et Evans arrivèrent comme s’ils s’étaient téléportés de nulle part. Ainsi donc, ces foutus salopards en avaient après autre chose. Les secrets du Cénacle, bien évidemment. N’avaient-ils pas été sots pour se penser à l’abri ?
Alors qu’il ouvrait les lèvres et, qu’autour de lui, s’avançaient les élites
Une créature. Visiblement de l’ailleurs, qui mit littéralement fin aux puissances qui s’opposaient alors à eux, en soutien à ce forcené de Réanimateur comme si rien n’était aussi simple en l’instant.
Le vieil homme garda les lèvres entrouvertes, alors qu’il apprenait que quelqu’un l’avait invoqué et demandé, « à lui », d’aider. Il dû bredouiller quelques instants, les yeux figés sur cette forme humaine et les sourcils écarquillés avant de répondre.

« Et bien… Bonjour et merci de votre concours. Ce que nous souhaitons serait que cessent les hostilités et que tout le monde ici daigne se CALMER ! »

Il avait hurlé en évitant un pic de glace et en observant la débâcle au-dehors de la chambre.
Il à cet effet rappelé à l’ordre par la Louve, les choses commençaient hautement à se dégrader et le froid mordant qui s’établissait alors, les gléaces émises par la puissance des « Earl », n’était pas pour le rassurer… Pis encore, s’il avait vu de l’étrange et de l’abracadabrant, la percée du dôme par Nikolaï venait de lui arracher un hoquet et il s’était déjà dirigé au refuge, avant d’assister, impuissant, à la mise à terre de Titania, ce qui arracha au vieil homme un dernier hurlement :

« RETRAITE ! »

Les forces étaient trop énormes et il fallait que les alliés se protègent. Maintenant, cette lutte de jamais vu concernait des forces qui les dépassaient tous et qui ne pouvaient en rien être contrées.
Qu’importe ce dont il s’agissait, il s’en doutait : aucun de ceux présents n’était de taille à présent.

Le combat qui se menait était un combat sans demi-mesure qui les laissait tous impuissants. Il se hasarda pourtant à crier de tout son souffle à la créature censée les aider :

« Débarrassez-nous de cette chose ! »

Lun 9 Jan - 17:20
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Enfant cadet du Patriarche Earl, il est un héritage refusé, s'extrayant de la nécrose gangrénée de sa famille.
Tell me More : Jumeau d'Howard - Fils de Pryam
PROFESSION : Médecin Légiste
Crédits : Gustavo Krier
Messages : 1331
Points : 1503
Les forces qui s’étaient engagées sous ses yeux étaient titanesques. La scène meurtrière grondait, formée de glace et chaos, l’un comme l’autre destructeur. Agenouillé, Morghann avait pris Kessy dans ses bras, ses qualifications de médecin lui confirmaient qu’elle était encore en vie. Peut-être plus pour longtemps à en juger par cette mare froide de magie pure. Cela ne faisait que dormir, cela reviendrait et cela frapperait. En son for intérieur, il ne pouvait qu’être convaincu de la catastrophe, plus encore lorsqu’un ancien de l’Ailleurs, dont le péché mignon n’était autre que la destruction, venait de le confirmer. « Retirez vous dans les anti-chambres et les galeries sur le champ ! » ordonna-t-il, voix forte et pourtant, si peu habituée à donner des ordres. Pour autant, son nom et le noir de ses prunelles sauraient faire voix d’autorité. Les anti-chambres étaient accessibles depuis la chambre et une bonne partie de la population y avait été placée. Les galeries bordaient le hall de chaque côté et feraient un refuge pour les belligérants. Portes closes et boucliers en place, ils pourraient peut-être survivre à ce qui grondait sourdement comme une menace, à défaut d’en être totalement épargnés.

Kessy dans ses bras, il se releva prêt à se diriger vers l’une des anti-chambres mais très honnêtement, il n’avait pas songé y parvenir aussi rapidement. Pris par le col tel un chiot, Morghann fut transporté par l’énorme loup qu’était Imrinn. Il resserra Kessy contre lui, question de ne pas la perdre en chemin et lorsque ses pieds retrouvèrent la terre ferme, il confia la jeune femme aux bons soins d’un agent du Cénacle. « Merci Imrinn, mettons nous à l’abri. » La Chambre était immense une fois vide, mais ses prunelles se posèrent sur une scène qui lui fit voir rouge. « Anthony... » souffla-t-il, voix étouffée par la douleur et ce fut le dernier mot qu’Imrinn put entendre du cadet Earl à présent disparu de ses côtés.

_________________

« Reste »

Mer 11 Jan - 14:34
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : La Bête du Gévaudan
PROFESSION : Gardien du Nemeton
Crédits : Pinterest & Pryam
Messages : 164
Points : 320
Le charnier qui s'étendait au delà de ses pattes venait à lui retourner l'estomac. Les corps déchirés, les membres arrachés, les silhouettes tantôt carbonisées, tantôt gelées. Les tripes et le sang couvraient le sol jadis de marbre immaculé comme autant d'un tapis spongieux, trempé. Les oreilles légèrement basses, son regard s'assombrissait pour chaque corps que l'on chargeait sur son dos. Il pouvait entendre les gémissements et les sanglots de ceux qui se tenaient aux portes de la mort. Des mains s'accrochaient à sa fourrure et d'autres griffaient son bouclier, espérant obtenir son attention et donc la vie. Pour autant, il ignorait ceux dont le trépas était trop proche, cruellement conscient que plus rien -et pas même leur magie- ne pourrait les sauver. A toutes ces âmes abandonnées, l'immense loup soupirait sa rancœur. Quel destin cruel que voilà ! Une guerre fratricide, engendrée par l'ignorance d'un cœur noirci et celle d'un appel à l'aide désespéré. Combien il était terrifiant de voir ce que l'orgueil d'un seul homme pouvait provoquer. Combien la détresse d'un peuple pouvait apporter.

Et alors qu'ils revenaient près de leur infirmerie improvisée, Imrinn pu voir une nouvelle vague de soldats apparaître au seuil des nombreux couloirs qui bordaient toute la grande salle. Ses paupières s'écarquillèrent quand il comprit, trop tard, ce qui allait suivre. Il n'eut pas le temps d'ouvrir la gueule pour les retenir, pour les empêcher de se jeter sur le bouclier dressé par la sainte lance Longinus. Cependant et contre toute attente, aucun mal ne fut fais aux combattants qui cessèrent bien vite de s'acharner contre la défense ultime des rebelles. Clignant des paupières, le Loup comprit avec soulagement que ses actes de bienveillance appelaient, quelque part, l'écho d'un même sentiment dans le cœur de son ennemi. Un pâle sourire vint à ourler ses babines et, en réponse à cette preuve d'indulgence, il s'inclina en direction du bouclier. Ne pouvait-il pas remercier celui qui accordait encore un peu de bon sens à toute cette mascarade ? Le respect entre deux ennemis n'était pas le fruit d'une quelconque trahison à leurs valeurs respectives, mais la preuve d'une intelligence et d'un discernement partagés.

Pour autant, cette trêve vint à se rompre comme une digue trop longtemps maintenue. Pupilles dilatées, Imrinn sentit la bête gratter en lui et mordre aux barreaux de sa conscience. Quelque chose se passait. Un froid approchait, comme le râle d'autant de morts échappés aux enfers gelés d'Helheim. Le souffle glacé qui chatouilla la nuque du Loup et vint à lui hérissait le poil. Une chose qui le terrifiait, sans nom, oubliée des mémoires de l'humanité. Son instinct lui hurla de fuir et de ne surtout pas se retourner. Pourtant, sourd à ce conseil, il releva le museau et regarda en direction de la Chambre. Le Cygne noir était au sol. Elle dont la magie était l'écho d'une puissance terrifiante qui sommeillait dans les entrailles de l'Enfer Chrétien. Comment !? Pire encore ; les membres du Cénacle battaient en retraite dans les alcôves, abandonnant le centre de commandement. Par les Dieux, que se passait-il !? Les pions qui s'éveillaient à la fin de cette guerre dépassaient tout entendement, aussi Imrinn aboya de nouveaux ordres : que l'infirmerie soit déplacée ! Il rompit les lignes de défense pour que chaque soldat encore valide aide à l'évacuation des blessés.

Tremblant de la tête aux pattes, il se retrouva seule silhouette immobile dans la soudaine frénésie qui prenait les troupes du Cénacle. Son regard survolait les êtres qui s'agitaient, avisant le dernier Dôme s'effondrer et révéler une horreur qui révulsa la Bête jusque dans les fibres de son noyau. Immédiatement, il arqua l'échine et retroussa les babines sur ses crocs alors que ses oreilles se couchaient.

« - Que la peste soit des Sihvonen !!! » Gronda-t-il avec mépris.

Pour autant, toute sa hargne s'essouffla à l'apparition du tentacule et de ce qui ne tarda pas à suivre. Paupières écarquillées, Imrinn fut incapable de ravaler le glapissement à l'horreur et l'incompréhension qui le saisirent. Une terreur viscérale telle qu'il baissa la croupe et rentra la queue entre ses postérieures, transpirant malgré le froid. Il fallu rassembler toute sa volonté pour ne pas détaler sans demander son reste et, les yeux rivés sur la lutte colossale des deux entités, il aperçu une silhouette prostrée qui ne lui était pas inconnue : Morghann Earl. Poussant un juron gaelique bien sentie, il s’élança de toute sa force et de sa vitesse en la direction du jeune sorcier. Tenu par l'honneur de protéger la descendance du Lord nécromant, il ne pouvait écouter davantage ses peurs sans risquer le parjure. Il arriva quand la marre glacée qui fut l'Archonte s'effondra, chancelant malgré sa puissance physique au souffle qui annihila toutes les défenses alentours. Un instant désorienté, l'immense Loup s'ébroua avant de saisir dans sa gueule les vêtements du jeune lord pour l'emporter loin de toute cette folie. Il s'enfuit jusqu'aux couloirs où il déposa enfin sa charge, ainsi qu'un surplus qu'il n'avait jusqu'alors pas remarqué et tout ça pour voir son protéger détaler une fois de plus. Pestant, il le chercha du regard en se dressant de toute sa hauteur et...

« - Par tous les Dieux... »

La vision qui s'offrait à lui dans la Chambre du Cénacle à présent accessible lui retourna l'estomac et rompit le peu de sang froid qu'il possédait encore.

Lun 16 Jan - 17:30
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Satisfaite de voir que son injonction envers Grayson ait été écoutée, la Louve s'était ensuite dirigée vers l'extérieur du Cénacle. Mais c'est en arrivant à la porte qu'elle s'immobilisa instantanément. Et c'est le souffle coincé entre ses poumons et ses cordes vocales qu'elle vit... cette chose émanant du second dôme, alors encore intacte. Peu importe ce que cela pouvait être, sa dangerosité meurtrière ne faisait aucun doute. La terreur lui glaçait le sang et la laissa sur place, cruellement impuissante.

Devant elle, une bataille sanglante et meurtrière, dans son dos, une menace bien plus effrayante sur le point de se déchaîner... Comment survivre à un tel chaos ? À une telle démonstration de puissance ? Comment y faire face ? L'envie de fuir toute cette folie n'avait encore jamais été aussi présente dans l'esprit de Lupa. Elle se sentait redevenue louveteau, se cachant d'un monde inconnu dans les pattes de sa mère. Et elle dut se faire violence pour ne pas céder à sa lâcheté.

Une bourrasque la ramena dans l'instant présent. Passant devant elle avec une force et une vitesse surhumaine, Imrinn... Il rapatriait l'un des fils Earl dans le Cénacle. Espérant qu'ils aient juste choisi de se réfugier dans l'antichambre, elle les suivi du regard pour s'en assurer. Et le reste de la scène plongea son esprit dans l'horreur. Morghann n'avait pas pu se retenir d'intervenir dans le combat qui lui faisait face, Imrinn perdit son sang-froid quelques instants après, laissant le loup dans l'un des pires instants... Et lord Earl...

Deorum...

Avec toute la vitesse que son corps imprégné de magie lui permettait, elle se précipita dehors, plaquant au sol les premières personnes qui, sous l'ordre prononcé précédemment par Morghann Earl, s'en allaient se réfugier dans le Cénacle, loin de cette masse grouillante et menaçante.

- A TERRE ! hurla-t-elle quelques instants avant que le pouvoir, appelé pour un combat entre l'Homme qui détenait alors jusque-là l'Envers dans le creux de sa paume et l'Homme qui s'était dressé pour le lui retirer, ne se déchaîne.

Dim 22 Jan - 11:31
• • • • • •
Invité
Invité

Calmer les humains et les créatures ? Il n'était pas certain de savoir faire ça, et cligna des yeux en observant attentivement le vieux sorciers face à lui, attendant de savoir s'il avait des instructions plus précises à lui donner, ou si son geôlier comptait intervenir de nouveau. S'avançant, il arracha d'une impulsion une partie des pals de gel qui se dirigeaient vers eux, examinant l'étrange matière avec un froncement de sourcils instinctif. Qu'est-ce que c'était que ça ? Non… Aucune importance pour le moment, ce n'était pas une véritable menace dans la définition qu'on lui avait donné de cela pour les humains. Il rejeta le morceau de glace et se détourna pour observer la créature qui les rejoignait, penchant la tête sur le côté quelques instants par curiosité avant que son attention ne soit de nouveau attirée par le vieil humain. L'ordre était clair, cette fois et il hocha la tête avant de bander les muscles de son corps mortel comme ceux de son essence supérieure. Un instant plus tard, il avait quitté l'estrade et se dirigeait droit sur sa cible, passant comme un souffle d'air près du loup et de l'Earl. Son avancée fut pourtant stoppée net par une force qui secoua son cortex jusqu'à son fondement le plus profond. Figé, il resta là, roidi par l'injonction silencieuse qu'il venait de subir de plein fois, prit et captif d'un regard d'éther amusé. Amusé il ne comprenait pas totalement le mot mais il comprenait ce qu'il voyait, instinctivement, son être s'étirant et reculant face à la présence qui se manifestait à lui. Il savait. Il savait ce dont il s'agissait et il était déchiré entre l'ordre vocalement prononcé, et celui sous-entendu dans le regard posé sur lui.

Puis, cela n'eut plus d'importance. Il sentit la puissance, la vit, onde dorée dans la salle derrière lui et il su également qu'il lui fallait se protéger. Repérant la créature qui avait parlé avec le vieil homme, il décida de l'imiter, soutenu en cela par la sensation des paroles de l'Earl plus loin. Une déchirure provoqua une douleur physique passagère puis un sentiment de libération alors que ses ailes membraneuses s'étiraient, encore humides de liquides corporels. Posant un genoux à terre, il vint couvrir les corps les plus proches des lourdes tentures semblable à du cuir et se prépara à encaisser ce qui naissait dans la magie alentours, plantant les griffes dans le sol. Quelques instants de plus, et la puissance le frappa, l'expédiant dans l'inconscience avec une dernière pensée contrariée : son corps était décidément faible, pour être ainsi violenté par cette chose.


Dim 22 Jan - 20:50
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Réincarné par l'Archange Rémiel, je suis Adolf Hitler. Je suis le possesseur de Longinus.
PROFESSION : Peintre
Crédits : Matias Beck
Messages : 175
Points : 843
Ses prunelles restèrent longuement posées sur ce qui restait à présent d’Austar, le cœur battant d’une fierté certaine d’avoir écrasé l’un des deux Partiarches de Last End. Que Pryam prenne acte… Fermant les yeux, il laissa sa tête basculer en arrière, vidé de son énergie, les mains encore tremblantes à la puissance qui les avait traversées. Il n’ouvrit les paupières qu’à la voix qui s’élevait à ses côtés pour en redécouvrir la silhouette marbrée. Dans un soupir, il détourna le regard pour contempler deux des enfants Earl dans la Chambre du Cénacle. « Là où le frère tuera le frère... » murmura-t-il, les yeux coulant vers Loki, au sol et ce qui restait d’Austar. Ceux-là aussi étaient des frères. Le front entier avait été fait de frères qui se battaient entre eux. Il se sentait apathique, son visage, son corps ne se marquait d’aucune réaction tant il avait été vidé par son combat. Ses iris étoilées retombèrent sur Nyarlatothep dans un bref instant de fascination éperdue.

Après avoir réalisé qu’il restait planté là depuis quelques secondes alors que tout le monde courrait pour se mettre à l’abri, il se secoua mentalement, prenant une profonde respiration alors qu’il se tournait vers les téléporteurs. Par forcément une bonne idée de les emprunter à moins que… Il avait promis à Nora qu’il ne fomenterait plus de génocide, il se devait pourtant de rompre cette promesse pour le bien de l’Envers. D’un geste de magie, il força les téléporteurs à s’ouvrir sur l’Endroit, là, au dehors. Le froid montait à une vitesse telle que s’il restait ici à l’intérieur, ils y passeraient tous. Il fallait une soupape d’évacuation. Tant pis pour l’Humanité, ses frères et ses sœurs de l’Envers avaient bien plus de valeur. Ils avaient toujours eu plus de valeur : ils étaient les aryens. Toutefois, pour être honnête, il n’était pas même certain que la dimension de poche puisse résister à l’hiver sans craquer et se rependre dans l’Endroit, sur toute la surface du globe. Autant faire en sorte de survivre dans ce cas, quitte à assassiner des milliers d’humains pour ce faire. Son compteur de victimes n’était plus à cela près. Le Vatican aurait peut-être préféré le sacrifice d’une partie de l’Envers, non content du sang qui avait déjà coulé. Dans ce cas, il était bien heureux de leur refuser cette joie. Que leurs agneaux paient aussi.

« Voilà qui devrait te plaire. » fit-il dans un bref sourire à peine attristé par la nouvelle. Il prit la main de l’Ancien après un dernier regard sur ce qui se passait dans la Chambre : « Emmène-moi avec toi. » Pas un ordre, non jamais. Une évidence : il n’était pas en pleine possession de ses moyens pour se mettre courir vers un abri et Nyarlatothep avait besoin de lui entier. Il disparut dans les dimensions invisibles à l’humanité. Lors qu’il refit surface, il se dressait droit, lance au poing dans cette caverne dévorée par le froid. Et seul. Les hères au sol étaient morts, agonisaient ou étaient inconscient. Une brusque sensation de solitude vint à l’envahir alors qu’il serait les dents à la morsure si hargneuse du froid. « Ah. Ah. » Deux syllabes, synonymes de rire, gorgées de sarcasme, dont l’écho se répercutait sur la glace. Mais il ne riait pas le moins du monde mais se doutait que Nyarlatothep,invisible, s’amusait beaucoup de la situation. Il se retrouvait là, planté comme un idiot, comme seul au monde. « Vous allez me faire poireauter longtemps comme ça ? » fit-il à ses sbires à terre dont aucun ne répondait, probablement inconscients. L’ancien dictateur roula des yeux, lâchant avec ironie : « Bandes d’alliés en mousse. » Il se pencha sur eux pour les aider à émerger lentement. Il n’aurait pas fait autant le malin si l’Ancien ne l’avait pas protégé...

Dim 22 Jan - 21:32
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
INTRIGUE | Des menteurs et des tricheurs (Groupe 2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» INTRIGUE | Des menteurs et des tricheurs (Groupe 2)
» Intrigue 2 : Le pouvoir du Pouvoir (groupe 1)
» Intrigue | Groupe 4 ~ Casse dans les boutiques de la Cour
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: Refuges aux pensées :: Archives de RP :: Janvier - Mars 2016-