Partagez | 
 

 [DEMON] Kessy White

Invité
Invité
Nightmares are real
In every man's heart there is a devil, but we do not know the man as bad until the devil is roused



♜ NOM : White
♜ PRÉNOM : Kessy
♜ NOM ETERNEL : /
♜ RACE : Petit démon, ancienne sorcière
♜ ÂGE : 31 ans
♜ DATE DE NAISSANCE : 13 octobre 1985
♜ PROFESSION : Médecin légiste
♜ PAYS D'ORIGINE : Angleterre
♜ SITUATION FAMILIALE : Fille unique et orpheline, épouse de Morghann Earl, mère d'Andrew
♜ TRAITS DE CARACTÈRE : Cynique - Intellectuelle - Rancunière - Patiente - Calculatrice - Perturbée -  Raffinée - Romantique
♜ OPINION SUR LE SECRET : Pour le moment, contre sa révélation, il est bien plus plaisant d’œuvrer dans l'ombre.
♜ CRÉDITS : Marion Cotillard




♜ LIVE :



L’Endroit.
Ce n'était qu'une banale histoire.

Elle avait toujours été une jeune femme discrète. Humble car d'origines modestes, mais tout de même fière de son parcours. Une anonyme comme tant d'autres, noyée dans la masse. Ni trop belle, ni trop laide. Intelligente, juste ce qu’il fallait. Intuitive. Un don comme une calamité. Parfois rêveuse, plutôt réaliste. Accompagnée de quelques idéaux l’aidant à traverser les difficultés. Pleine de volonté, de caractère. Ses études réussies, son avenir semblait tout tracé. Jusqu'au jour où...

Morghann Earl. Aussi étrange que séduisant, et ô combien renommé. La jeune White se sentait quelque peu écrasée par l’aura qu’il dégageait. Pas une aura agréable, non, plutôt de celles que la jeune femme, peu désireuse de s’attirer le moindre ennui à peine arrivée, évitait à tout prix. Ses réticences premières domptées par le regard insondable du légiste, elle ne tarda pas pourtant à lui vouer une confiance aveugle tant elle avait foi en son jugement, en ses compétences, et, surtout, en ce qu’elle percevait derrière l’apparente froideur qu’il pouvait afficher. Ce n’était pas du désintérêt, non, se répétait-elle souvent, bien qu’il donnât volontiers l’impression d’accorder bien plus d’égards aux corps dont il avait la charge qu’aux vivants qui autour de lui gravitaient. Elle tomba amoureuse sans même s’en rendre compte, comme lorsque, dans le noir, on se trompe de route et que la lumière revient trop tard. L’admiration qu’elle lui vouait était réelle, mâtinée d’une attirance qu’elle peinait à contrôler et qui se déploya dans toute son ampleur lorsqu’ils se retrouvèrent seuls. Le pas franchi, la romance avouée, la passion consommée, Kessy se sentit la plus heureuse des femmes et dès lors, son amour ne cessa de s'affirmer. S’entourait-elle d’illusions ? La prévenance et la manière dont Morghann la protégeait lui affirmaient le contraire, aussi fit-elle taire tous ses doutes jusqu’au dernier. Si la situation se compliqua au fil des années, rien ne vint entacher les sentiments de la jeune femme, lesquels lui firent accepter toutes les conditions que requéraient un mariage avec son aimé. Puisqu'elle l'avait, lui, le reste importait peu, avait-elle coutume de songer lorsque les contrariétés se multipliaient.


***


L’Endroit. Août 2005. Salon.
Pacte de sang.

Si Kessy était, à l'origine, quelqu’un de tout à fait rationnel, les récentes révélations qui avaient bouleversé sa vie n’étaient pas à prendre à la légère. Il ne tenait qu’à elle de faire bon usage des informations reçues et d’agir en conséquence. Les possibilités étaient limitées et chacune des options s'offrant à elle ne promettait que de bien funestes perspectives. Pourtant, il lui restait au moins le choix. Tout perdre, ou tenter de déjouer le sort par une imprévisible pirouette. Agir.

Le calme régnait sur la pièce. Son mari, absent comme souvent, ne rentrerait sans doute qu’au cœur de la nuit, mais qui était-elle pour protester, il lui avait déjà tant donné. Ce soir, c’était au tour de Kessy de faire preuve d’abnégation. Décision mûrement réfléchie, pesée, analysée, elle ne pouvait faire autrement pour défendre  ce qui lui était cher. Un enfant de son sang ne suffirait à endormir la méfiance des Earl, mais si sa progéniture partageait l’ascendance de son père, peut-être serait-ce suffisant pour détourner l’ire familiale. Earl. Un nom menaçant, plein d’obscurs mystères, que la jeune femme avait appris à craindre. Morghann était sombre, certes, secret, mais elle s’en accommodait sans peine puisque l’amour vrai est incapable de tricher. Il n'en allait pas de même concernant son frère, Howard, lequel gardait ses distances sans que la jeune femme ne puisse se l'expliquer.

Toute sa minutie fut employée à sublimer les préparatifs. La moindre erreur pourrait lui être fatale et alors, son sacrifice perdrait tout son sens. Lorsque tout fut fin prêt, elle calma sa respiration agitée et essuya d’une main tremblante, fébrile, la sueur qui perlait sur son front avant de se placer à l’intérieur du symbole qu’elle avait tracé à la craie. Les pâles contours en dent de scie ressortaient de manière surnaturelle sur le parquet lustré, un contraste encore accentué par la pénombre environnante et la lueur blafarde des bougies qui éclaboussait le sol d’éclats timides. Maintenant, murmura-t-elle à voix basse pour se donner du courage. Maintenant, songea-t-elle encore, avec toute la force d'âme dont elle était capable, avant de prononcer les paroles rituelles.


***


L’Endroit. Aout 2015. Salon.
Quelque chose meurt. Quelque chose commence.

Dix ans. Le Pacte était arrivé à son terme, entraînant dans son sillage la mort de la sorcière, attendue et redoutée, ainsi qu’un silence définitif sur son odieux secret. Elle laisserait derrière elle un fils qu’elle ne verrait jamais grandir, aux mains d’un mari pour qui elle éprouvait plus d’amour qu’une seule âme pouvait en contenir. Cependant, les choses se passent rarement selon les prévisions des simples mortels, et les chiens de l’enfer ne sont pas réputés pour leur délicatesse. Le carnage qui s’ensuivit fit deux victimes au lieu d’une et la mère mourut en gardant au fond des yeux l’image révoltante de son fils assassiné. Si Kessy White Earl avait d’ores et déjà scellé son sort en en appelant aux puissances infernales, jamais elle n’avait signé pour compter double et voir la vie de son enfant lui être arrachée. La désillusion fut totale et c’est sans doute à ce moment qu’au plus profond de son noyau s’inscrivit une soif de vengeance redoutable. Enfouie. Latente. Inextinguible.


***


L’Enfer. Aout 2015 – Début janvier 2016.
La mort se rit de tous, mais qui peut prétendre se rire de la mort sinon elle-même.

Elle flottait, légère et diaphane, allégée de tout fardeau. Affranchie de toute attache, de toute responsabilité, privée de mémoire. Enfin. Et puis elle sombra. Brutalement. La meute infernale la guida, ne la relâchant qu’une fois arrivée là où les âmes suppliciées expient leurs fautes sans espoir de rédemption. Les souvenirs lui revinrent en rafales explosives, morcelant sa conscience, la précipitant dans des affres de souffrance qu’elle n’aurait pu seulement imaginer pendant qu’en elle, la transformation finale s’opérait. Lorsqu’elle recouvra ses moyens, nulle trace de Kessy White Earl ne subsistait, à part dans son cœur, où une minuscule part d’humanité s’était farouchement nichée. Après avoir vu, spectatrice impuissante, fragile et mortifiée, son monde s’écrouler, elle en avait avalé les cendres, et le gout lui restait en un rappel tenace que tout ce en quoi elle avait cru, tout ce qu’elle avait pu incarner, construire, désirer, posséder, rêver, lui avait été pour toujours retiré.

La démone pris ses marques. Examina les quelques pouvoirs lui ayant échu. Elle apprit des autres, ses semblables désormais, et d’elle-même, encore animée du plus vain des espoirs, celui de rejoindre ceux qu’elle avait abandonné. Les voies du Seigneur sont impénétrables, mais qui donc peut se targuer de saisir celles du Diable. C’est le prince de la mort qui recueilli Kessy, la soustrayant à un destin funeste, elle, pauvre créature encore endeuillée et trop faible pour durer. Eurynome était son nom, et son doucereux intérêt fut accueilli avec la reconnaissance qu’il méritait. Sous sa protection, elle prospéra, et acheva son initiation. Lorsqu’il lui révéla l’un des autres noms qu’il préservait, la démone senti au fond d’elle l’étincelle oubliée renaître, mesurée, prudente, mais bien présente. Andrew. Elle restait capable d’amour, bien que cette notion, vue des enfers, soit toute particulière. Longtemps, elle se retint de le voir, de quémander sa présence pour s’assurer de sa réalité. Et puis, elle l’aperçut, et ses barrières cédèrent, l’envoyant à la rencontre de ce fils miraculé que la mort lui avait soutiré, puis finalement rendu entier. De mauvais gré, elle prit ses distances toutefois, peu désireuse d’ajouter son intérêt à celui manifesté par Eurynome à qui Andrew ne pouvait être disputé, et qu'elle n’était de taille à protéger. De le savoir vivant suffisait. Le dernier nom qu’il restait à la démone était celui par lequel tout avait commencé. Le nom maudit, le nom aimé, le nom secret. Morghann.


***


Ville inconnue. Janvier 2016. Rue commerçante.
Mémoire de cendres.

Des souvenirs, des réflexes, et des réminiscences. Humains. Des instincts, des désirs, des pulsions. Démoniaques. Jusqu’à quel point peut-on combattre la perte de l’âme et repousser tant que possible l’influence, nouvelle, inconnue, terrifiante mais ô combien enivrante du mal. Combien de temps les vestiges calcinés de l’humaine subsisteraient-ils au sein de la personnalité en devenir de la démone. Le psychisme poursuit ses incohérences tant que l’un des camps n’a pas chassé l’autre, mais quelles seraient les séquelles d’un tel affrontement. Ainsi s’interrogeait Kessy, éblouie par l’éclat du soleil matinal et charmée par la vigueur du vent lui giflant le visage. Un visage humain, lui aussi, comme les pensées qui lui martelaient les tempes. Ce corps n’était pas le sien. Elle s’en était emparé, après d’infructueux et létaux essais, libre d’en chasser l’occupante, de la condamner, et de s’approprier son enveloppe. Les remords viendraient peut-être, en juste retour du meurtre commis, mais elle goutait trop pour le moment l’impression d’invulnérabilité qui la réchauffait de l’intérieur. Effrayantes capacités qu’elle ne comprenait qu’à peine et qui pourtant déjà lui semblaient aussi naturelles que l’air qu’elle inspirait avec application. Elle oscillait sans cesse, d’un côté, puis de l’autre, coincée entre effroi et jouissance.  


***


Ville inconnue. Février 2016. Morgue.
Songes putrides, vertu amnésique.

La vue des corps l’apaisait.

Dépourvus d’artifices, lavés de tout superflu, simples vestiges délaissés par les âmes qu’ils avaient abrité, ils reposaient, tranquilles. Ces corps-là ne pouvaient plus souffrir. Rien, sous leur crâne, ne leur permettrait plus d’affronter les sévices qu’inflige souvent l’esprit à la matière. Blafards. Affaissés. Impassibles. Elle leur enviait cet immobilisme parfait que seule la mort peut offrir. Et surtout. Surtout. Leur imperméabilité à toute peur.
Le saut dans le passé que lui procurait cette vision de la morgue manqua la faire défaillir, son mental maintes fois brisé peinant désormais à faire la part des choses entre ce qui avait été et ce qui composait désormais sa réalité. Que le monde de l’Endroit lui paraissait placide, et doux, elle que les fournaises infernales avaient remodelée à leur image après avoir volé, violé son identité déjà sclérosée par la perte. Une âme tourmentée ne peut laisser place à de trop tendres sentiments.

Elle frissonna, et son visage qui autrefois savait composer sans peine toutes les nuances de la tendresse se figea dans un rictus affligé. Jamais plus elle ne connaîtrait tout ce que l’humaine en elle avait eu le temps de chérir. Ses émotions abâtardies par sa nouvelle condition se jouaient d'elle, lui offrant tout loisir d'imaginer ressentir ce qu'elle n'était plus capable d'éprouver.


***


Last End. Mars 2016. Quartier Historique.
Où que tu sois, tu me reviendras.

Elle se déplaçait avec aisance, aussi discrète qu’un courant d’air. Aucun regard ne s’attardait trop longtemps sur sa silhouette. Elle avançait tout droit, comme venue d’un autre monde. Ses prunelles océanes à peine assombries observaient les alentours, avide, perçantes, tandis que son esprit recomposait peu à peu les couleurs de l’Endroit. Ici. C’était ici qu’elle devait être. C’est ici que prendrait fin sa quête. Elle le sentait au plus profond d’elle-même, la graine plantée par ses convictions passées n’ayant cessé de croître. Elle avait l’éternité devant elle, si elle en croyait ce qu’elle était devenue, mais l’éternité pouvait bien patienter un peu. Pour l’heure, seul l’appel surnaturel résonnait, vibrant, familier, une faveur accordée par son protecteur pour la ramener vers celui qu’elle n’avait jamais voulu quitter. Jolie ville, songea-t-elle sans cesser de marcher. Un endroit parfait, regorgeant de présences aux pouvoirs multiples qui lui électrisaient les sens. Les nouvelles allaient vite, et elle avait pris note du chaos régnant à Last End tout en cherchant de quelle manière les événements relatés pourraient servir sa cause personnelle. Là où des hommes mourraient, les démons ne pouvaient que se plaire, lui soufflait son instinct tout neuf. La démone gagnait du terrain sur elle-même, et ces trois mois d'errance frénétique avaient consolidé son assurance. Bien sûr, elle restait instable, prompte à la panique lorsque ses pouvoirs s'emparaient d'elle au point de lui faire oublier jusqu'à son nom. Lorsque son besoin de tourmenter les hommes prenait le pas sur son désir de retrouver le seul qui lui appartienne. Car il était sien, c'était bien la seule chose dont elle restait sûre.




♜ JOUEUR : Seth Logan, qui s'était promis de ne pas faire de DC et qui a pourtant cédé. o/


♜ JE RECONNAIS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RÈGLEMENT ET M'ENGAGE A LE RESPECTER : Kessy White




Ven 5 Aoû - 23:17
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis le Maître de ces lieux, le conteur de vos histoires, l'oracle de vos avenirs. J'écris sur les pages blanches de demain vos déboires, vos exploits.

Tell me More : Je tiens les ficelles de vos existences.
PROFESSION : Assistant
Crédits : By Meri
Messages : 808
Points : 1317
Admin

Bienvenue Kessy !


J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validée


C'est bon de voir des scénarios incarnés ! J'espère que tu te plairas beaucoup avec ce personne si plein de nuances entre l'humain et le démon. Je te souhaite bon jeu et te félicite pour cette interprétation ♥ howardXmorghann



Lun 8 Aoû - 22:02
Voir le profil de l'utilisateur • • • http://weirdtales.forumactif.org • • • •
 
[DEMON] Kessy White
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le trone du seigneur demon!
» Young Haitian MD named White House fellow
» Le Demon Du Rire
» Plein de demon du chaos a vendre
» Golden Demon: Games Day

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: L'émergence :: Créations avortées-