Partagez | 
 

 [HUMAINE] Aslaag Sigrid

Invité
Invité
Pourquoi dit-on que seul l'humain est capable d'empathie ?
Il suffit simplement d'accepter ce qui nous semble impossible...



♜ NOM :Sigrid
♜ PRÉNOM : Aslaag
♜ RACE : Humaine.
♜ ÂGE : 20 ans
♜ DATE DE NAISSANCE : 14 Février 1996
♜ PROFESSION : Employée d'un petit refuge pour animaux
♜ PAYS D'ORIGINE : Pays de Galles - Pembroke
♜ SITUATION FAMILIALE : Il fut un temps où elle faisait partie d'une famille parfaite, mais sans père ni mère, ce ne sont que des souvenirs, presque disparus.
♜ TRAITS DE CARACTÈRE : Bienveillante - Naïve - Impulsive - Curieuse - Loyale - Influençable.
♜ OPINION SUR LE SECRET : Elle est persuadée que tout ce qui est surnaturel existe, les fées, goules au autres cryptides la fascinent. Cependant, elle n'a jamais réellement entendu parler du secret. Elle continue de chercher des preuves de l'existences de créatures fantastiques. Son arrivée à Last End marquera sans doute la fin de sa quête.
♜ CRÉDITS : Aslaag




♜ LIVE :

Partie 1 :

Elle était là, étendue sur son lit. Le léger drap qui servait habituellement à lui préserver un peu de chaleur la couvrait, comme une instrument de pudeur à présent.. Elle regardait l’homme à ses cotés, différent de celui de la veille, certainement également de celui du lendemain. Il y avait une tension, un désir qui s’émanait de leur deux personnes, de leurs deux corps. Sans un mot, elle se pencha pour l’embrasser. Un geste tendre, comme traduisant l’amour s’installant après plusieurs années de vie commune, cet attachement si particulier qui unissait deux êtres jusqu’à la mort. Pourtant cela faisait quelques heures qu’ils se connaissaient. Quelques heures où ils n’avaient pas beaucoup parlé… Mais elle se berçait de l’illusion que cet homme était le sien, son âme sœur, comme si il était toujours là avec elle. Lui accueillit ce baiser avec plus de fougue. Content de lui, il avait réussi à trouver une fille pas difficile. Certes, elle semblait assez étrange, il avait l’impression qu’elle le collait comme si ils étaient mariés, mais bon, c’était un bon coup, si il devait passez par là, pourquoi pas. Il serait certainement reparti le lendemain lorsqu’elle se réveillera, seule dans son lit, cherchant d’une main sur son matelas la présence masculine qui l’avait accompagné dans cette nuit torride.

Pour l’instant, aucun d’eux ne pensait à cet instant, il appartenait au futur et ces deux êtres étaient dans le présent, d’un certaine manière. La jeune femme se retourna afin de se positionner sur son partenaire, elle laissa ses cheveux roux se balader sur le corps de son compagnon, quel était son nom déjà ? Richard ? Ronald ? Peu importe. Elle déposa lentement un baiser sur son torse lorsqu’un éclat de lumière illumina soudain leur acte. Sursautant tous deux, ils se redressèrent et se couvrirent machinalement du morceau de tissu qu’ils avaient sous la main pour regarder vers la porte qui laissait à présent pleinement entrer la lumière du couloir. Une petite silhouette se dessinait, un ours en peluche dans les mains, elle le serrait comme si elle y plaçait tout son amour, comme si il pouvait la protéger en retour.

« Maman… Il y a quelque chose dans ma chambre… Il est revenu… »

Le visage si détendu et joueur de la jeune femme se transforma en une mine sévère, un mélange d’énervement et de déception que la fillette n’était pas encore apte à comprendre du haut de ses 6 ans. Elle se leva en prenant soin de se couvrir d’une chemise qu’elle attrapa en vol, et se dirigea rapidement vers sa fille, éludant la réaction étonnée de l’homme qui partageait son lit ce soir là : « Quoi ? T’as une gosse ? T’aurais pu… » La suite de sa phrase se perdit, la jeune femme raccompagnait déjà la petite dans sa chambre dont elle claqua la porte après y être entrée. Cherchant à se calmer, elle soupira un instant tandis que la fillette la fixait de ses grand yeux bleus, ne sachant réellement si elle se sentait rassurée ou si elle regrettait d’être allée chercher sa mère pour se sentir en sécurité.

Un instant, aucune des deux ne parla, puis la jeune mère se pencha vers sa fille :

« Combien de fois t’ai-je dis de ne pas venir dans ma chambre la nuit ? Je suis occupée le soir, surtout quand il y a un homme avec moi. »

La petite, qui n’en était pas à son coup d’essai, ne se souciait plus de surprendre ce genre de scène. Il ne se passait plus une nuit depuis l’accident où sa mère n’avait pas ramené quelqu’un à la maison. Certains la remarquaient, d’autres ignoraient son existence, mais elle, elle les voyait tous, lorsqu’ils passaient devant sa chambre, à moitié saouls pour se ruer dans le lit de la chambre au fond du couloir. Bien sûr, elle ne comprenait pas tout à fait ce qu’ils s’y passait, sans doute trop innocente pour réaliser ce qu’elle venait d’interrompre. Elle serra sa peluche en s’asseyant sur son lit en marmonnant :

« Je suis désolée, mais il est revenu… Je l’ai entendu… »

« Nous en avons déjà parlé, ce sont des cauchemars, rien de plus » répondit la jeune rousse, excédée.

Vexée, la petite fille haussa la voix,  telle une enfant qui tente de convaincre un adulte septique « Mais c’est pas vrai ! Il y a un monstre ! Il est dans ma chambre ! Il se cache sous mon lit et il vient… »

« Aslaag ! Stop ! Arrête avec cette histoire ! Les monstres ça n’existe pas ! »

Le ton qu’elle avait employé était plus dur et sévère qu’elle ne l’avait voulu. Une pointe de regret ponctua son regard en voyant les larmes monter dans les yeux de sa petite fille. D’un geste lent, elle s’approcha et la fit s’allonger dans son lit avant de la border. Elle avait du mal à savoir comment se comporter avec la petite parfois. Elle se voyait en elle, les mêmes yeux clairs, les mêmes cheveux roux, elle n’aurait pu nier leur lien de parenté, c’était certain. Mais son caractère était tellement différent. Elle était fragile, pleine d’espoir, naïve. Les monstres, quelle connerie, à la hauteur des croyances fantaisistes de son père. Un autre soupire, emprunt de tristesse cette fois ci, elle aussi y avait cru à ces histoires, ces mythes, ces légendes, juste histoire de suivre l’homme qu’elle aimait dans ce qui le fascinait. Mais il n’était plus là. Son souvenir perdurait à cause de sa fille, comme des piqûres de rappel, qu’elle lui enfonçait dans le cœur à chaque fois qu’elle se comportait comme lui.

« Ecoutes moi, je sais que tu as peur que des créatures invisibles, maléfiques et surnaturelles se cachent sous ton lit. Mais tu n’as pas à en avoir peur, elle lui prit la main, tout cela n’existe pas, ce sont des croyances créées de toutes pièces par les hommes, pour fuir la réalité. Est-ce que tu veux fuir la réalité ? » Machinalement, Aslaag fit non de la tête, comme pour satisfaire sa mère sans en être convaincue. « Bien. La seule chose dont tu dois avoir peur, ce ne sont pas les fantômes, les loups garous ou les vampire qu’ils faut craindre, le pire monstre, celui qui est bien réel, c’est l’homme. Aucun monstre ne te guettera au coin d’une ruelle sombre pour t’enlever, aucune créature ne cherchera à te torturer pour satisfaire ses instincts primitifs. La pire espèce qui existe, crois moi, ce sont les hommes car rien ne peux les arrêter de sévir une fois qu’ils sont lancés. Les gens ne meurent pas à cause de fées ou de licorne, les hommes sont les seuls monstres dont tu devrais avoir peur. Ce n’est pas les esprits qui tuent les gens, ce n’est pas le monstre que tu penses avoir vu sous ton lit qui a tué ton… » Elle s’arrêta. Elle allait trop loin pour elle-même, trop loin pour sa petite qui devait avoir perdu le fil de ce qu’elle racontait, elle était trop petite pour ça, pour comprendre la folie humaine, pour comprendre ce qu’était réellement le monde. Sans oublier que penser à son mari agrandissait le creux qui s’était formé dans sa poitrine quelques mois plus tôt.

Aslaag la regarda sans se rendre compte de l’état dans lequel s’était mise sa mère, elle comprenait une grande partie de ce qu’elle avait dit, elle le voyait à la télévision, aux infos ou dans des films. Ses yeux se posèrent sur le visage de sa mère, elle se laissa faire quand elle lui déposa un baiser sur le front et la laissa repartir vers la porte en restant muette jusqu’à la porte de sa chambre avant de dire, au moment où elle allait refermer la porte :

« Je t’aime Maman… »

Lisa s’arrêta dans son geste, murmura un « Moi aussi… » à peine audible, puis traversa le couloir afin de retrouver son lit et celui qui l’y attendait, elle en avait bien besoin maintenant.

Aslaag s’enfonça dans son lit, elle sentait la présence, le monstre qu’elle pensait sous son lit, comme si une main cherchait à se mettre sur son épaule, d’un geste rassurant, paternel. Étrangement, elle n’en avait soudainement plus peur. A bien y réfléchir, elle préférait cela à la présence de sa mère.



Partie 2 :


Celui là, elle ne le sentait pas. D’accord, elle l’avait simplement croisée dans le couloir, mais sa manière de la regardé l’avait déplu. De haut en bas, son regard s’était attardé sur ses sein et la courbe de ses reins. Il semblait affamé, ce qui dégoûta l’adolescente. Mais bon, elle n’avait plus son mot à dire depuis longtemps. Cela faisait presque 12 ans qu’elle voyait tous ces hommes passez, l’idée même d’imaginer la réputation de sa mère dans la ville lui donnait le vertige, elle espérait que personne ne ferait le lien avec elle. Autant qu’elle le pouvait, Aslaag faisait tout pour que personne ne sache que Lisa Sigrid, la traîneuse de bar à la recherche de coups d’un soir, était sa mère. Elle ne la supportait pas vraiment, cela faisait longtemps qu’elles ne parlaient plus toutes les deux. Cependant, mis à part cette indifférence mère-fille, Aslaag avait toujours été sociable, souriante, quelques peu naïve, surtout en ce qui concernait l’amour, l’amitié, l’humain. Après tout, avant de devenir la traînée de service, sa mère avait aimé son père, d’un amour pur, beau, qui faisait des envieux. La jeune Lisa Hannigan, anglaise d'origine, partie en vacances en Espagne et ce cher Elias Sigrid, quittant pour quelques semaines sa Finlande natale pour un voyage d'étude dans ce même pays. Ils avaient simplement réservé dans la même chambre d'ôte, le destin s'était chargé du reste. Elias la considérait comme un cadeau du ciel ou "des dieux" comme il disait parfois, passionné de mythologie nordique et des lois inexplorées qui régissaient ce monde. Lisa le voyait comme un refuge, la personne à qui elle pourrait toujours se raccrocher, tant qu'il était là, elle était chez elle, peu importe sur quel continent ils pouvaient bien ce trouver. Ils avaient tout du couple parfait, tout le monde sentait qu’ils allaient durer, surtout lorsqu'Elias décida de rejoindre sa dulcinée en Angleterre avant de l'épouser, très rapidement. La naissance de leur fille, la petite Aslaag, venait compléter le conte de fée dans lequel ils étaient. Et pourtant, même avec tout cela, leur avenir avait été détruit, en l’espace de quelques secondes, le bonheur se transforma en tristesse, les rires en larmes, l’attention en indifférence. Aslaag serra alors le poing, repenser à son père, à ce soir où il fut percuté par un chauffard ivre. C’est après cela que sa mère a commencé à tenir ses discours sur l’homme et le mal, l’humain est la pire chose sur terre et toutes ces conneries... Elle avait perdu son principal repère.

Elle était à présent dans la rue, connaissant l’itinéraire par cœur, elle regardait un livre assez vieux qui appartenait à son père. C’était un petit livre banal, certainement acheté en supermarché, dans lequel son père avait écrit ses contes préférés, histoire de toujours les avoir sur lui, de pouvoir lire à sa fille n’importe quel conte à n’importe quel moment. Elle était très friande de toutes ses histoires qu’il lui racontait. C’était un passionné du surnaturel, il aimait chercher la vérité dans le mystère, comme un policier l’aurait fait. Mis à part qu’il était plus ouvert quand aux coupables possibles. Il aimait beaucoup les théories sur les extra-terrestres. Aslaag quant à elle préférais les fées et fantôme, comme si tout cela lui paraissait évident. Elle faisait des recherches, se documentait, tentait parfois de provoquer des phénomènes paranormaux. Sans avoir de résultats bien sûr, mais cela n’avait pas altéré son envie, sa passion. Oui, finalement, c’était bien ça, une passion, une fascination, quelque chose qu’elle pensait sincèrement réel, au-delà de l’aspect fantastique. Elle était convaincue que d’autres choses existaient.

Presque plus par automatisme que parce qu’elle s’en rendait compte, elle s’arrêta devant sa destination et releva la tête. « Refuge pour animaux. » Cet endroit l’apaisait, elle donnait de son temps pour ses petites bêtes, veillait sur eux autant qu’elle le pouvait et pouvait voir leurs airs heureux et innocents en retour. C’était son échappatoire, elle y passait très certainement plus de temps que chez elle. Elle rangea son livre dans son sac et rentra dans l’édifice. Quelques heures passèrent avant que la jeune rousse, apercevant l’heure tardive, se résigna à rentrer, elle fit une dernière caresse à certaines de ses bêtes favorites et rentra chez elle après avoir salué ses compagnon de bénévolat.

C’est en arrivant devant chez elle qu’elle comprit que quelques chose n’allait pas. La porte était fermée à clé, aucune lumière ne filtrait à travers les fenêtres. 22h30, sa mère n’était certainement pas du genre à se coucher aussi tôt, surtout si elle ramenait quelque chose. Une fois à l’intérieur, son pressentiment se confirma, aucun bruit, aucun signe de vie dans cette maison bien sombre. Rien, le calme complet. Dans un léger élan de panique, Aslaag fouilla toutes les pièces, tous les placards, elle retourna la maison entière, forcée de constater qu’il n’y avait non seulement personne, mais également aucuns vêtement ni effets personnels appartenant à sa mère. Jusqu’au moment de rentrer dans sa chambre, elle avait cru s’être trompée de maison, mais non, aucun doute, elle se trouvait au bon endroit, seule. Elle ne réalisait très certainement pas qu’elle avait vu, il y a quelques heures, sa mère pour la dernière fois.


Partie 3 :


Près de deux longues années plus tard, Aslaag avait laissé tomber l’idée de retrouver sa mère. Après de nombreux rendez vous chez la police, après une recherche presque bâclée, ils avaient conclu qu’elle était tout simplement partie. Aucune trace de violence, pas de sans, rien de cassé dans la maison, non, rien ne laissait penser qu’elle avait été forcée d’abandonner maison et enfant.

Refusant tout d’abord cette solution, Aslaag avait continué. Un travail à mi-temps et un studio près de son anciènne maison, c'était tout ce qui lui fallait pour dédier son temps à des recherches et autres démarches pour que l'on ne ferme pas si facilemet le dossier de sa mère. Le fait que l’homme qui était chez elles ce soir là ne lui ait pas plu jouait sans doute beaucoup. Elle avait fouillé, recherché dans les gares les plus proches, les aéroports, au cas où quelqu’un l’aurait vu. Mais rien, de toutes évidences, personne ne l’avait vu, sans doute qu’ils étaient partis en voiture. Plus le temps passait et plus l’idée que sa mère était tout simplement partie résonnait dans la tête d’Aslaag. Après tout, c’était logique. L’absence mentale se suivait bien souvent de l’absence physique. En réalité, elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait tant recherché. Finalement, elle avait simplement lâché prise. Lisa était partie, peut-être avait elle trouvé un nouveau refuge. C’était à son tour de partir, de laisser tomber, de vivre comme elle le voulait. Et ce qu’elle voulait, c’était partir ce cette ville dans laquelle elle avait toujours été. Pas forcément loin, simplement aller là où se sentirait chez elle.

De ses grands yeux bleus, elle regarda le panneau des départs. Ses deux grosses valises à la main, contenant toute sa vie roulant derrière elle. Où allait-elle aller ? « Londres », « Glasgow », « Leeds », les noms de ville défilaient devant ses yeux en ce début de mois de novembre 2015, mais un seul retint son attention, elle se sentit comme immédiatement attirée par cette ville au nom peu commun… « Last End ». Ce nom résonna dans sa tête, elle le connaissait sans se souvenir d'où elle avait bien pu l'entendre.

Il lui semblait, dans un souvenir vague que celà avait un rapport avec le surnaturel, mais elle avait été tant
occupée ces dernières semaines, que sa mémoire des récents événements  s'en trouvait altérée. Puis dans un flash de mémoire, elle se rappela. Mais oui, ce nom, elle l'avait vu plusieurs fois au infos. Elle laissait souvent la télévision en arrière plan et avait été distraite il y a quelques semaines une histoire d'un "dingue convaincu de l'existence de ce créatures surnaturelles". Elle se rappelait vaguement qu'il avait été envoyé dans un asile après plusieurs interventions quelques peu médiatisées alors qu'il parlait d'un "envers". Maintenant qu'elle se souvenait, elle en était presque convaincue, cette histoire s'était passée à Last End. Une folle envie s'empara alors d'elle, elle avait laissé sa quête de découverte trop longtemps derrière elle au profit de sa mère, elle avait envie de reprendre les recherches de son père, qui sait, peur-être pourrait elle trouver des preuves, ou côtoyer la magie de ce monde...

Sans plus attendre, elle fonça au guichet afin de prendre un billet, après avoir réalisé que le départ était dans moins de 10 minutes. Une fois assise, à sa place, quelques peu essoufflée par sa course, un grand sourire lui étira les lèvres , un rire même s’en échappa sans qu’elle s’en rende compte. S’enfonçant dans son siège, elle sortit son livre et lut pour la énième fois « Hansel et Gretel ». Sa nouvelle vie allait bientôt commencer à Last End.



♜ JOUEUR : Aslaag, j'ai commencé le RP il y a à peu près 6 ans et je reviens après 2 ans de pause ^^ J'ai 20 ans, j'aime tout ce qui touche aux arts (surtout le théâtre la musique, le chant et le cinéma-audiovisuel 8D) et également le fantastique et le surnaturel. J'ai connu Weird Tales en cherchant sur les top RPG et il correspond à ce que j'aime, j'ai tout de suite été inspirée pour un personnage, c'est un univers qui me parle énormément ! Oh et j'aime aussi beaucoup le fait que les avatars soient réels et non manga, c'était un critère. De plus, la communauté à l'air accueillante et sympa, que des points positifs !


♜ JE RECONNAIS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RÈGLEMENT ET M'ENGAGE A LE RESPECTER : Aslaag Sigrid ~




Mer 20 Juil - 14:25
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1438
Points : 1513
Le Sacrifié
Coucou Aslaag !
Je viens aux nouvelles, qu'en est-il de ta fiche, est-ce que tu as tout ce qu'il te faut ^^

Lun 15 Aoû - 15:35
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Hey ! Désolée pour le retard, j'ai eu un petit contre temps ^^
J'ai encore quelques trucs à régler sur mon perso, mais ça devrait être réglé bientôt o/

I'm on it 8D

Lun 15 Aoû - 20:17
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1438
Points : 1513
Le Sacrifié
Okay ! ^^ Aucun soucis, merci pour les nouvelles bichette coeur

Mar 16 Aoû - 0:40
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1438
Points : 1513
Le Sacrifié
Coucou Aslaag,

N'ayant toujours pas de fiche terminée, je me dois de prévenir que d'ici la fin de la semaine prochaine, elle sera archivée et ton compte supprimé :/

Jeu 1 Sep - 14:03
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Elle sera terminée demain ! Dimanche au plus tard ! Je voyais quelques détails avec Morghann , maintenant que tout est réglé, je me suis mise à l'écriture, il ne me reste plus grand chose à faire (finir décrire et poster) o/

Désolée encore pour le temps ^^

Jeu 1 Sep - 15:00
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis le Maître de ces lieux, le conteur de vos histoires, l'oracle de vos avenirs. J'écris sur les pages blanches de demain vos déboires, vos exploits.

Tell me More : Je tiens les ficelles de vos existences.
PROFESSION : Assistant
Crédits : By Meri
Messages : 799
Points : 1258
Admin

Bienvenue Aslaag !


J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validée


Une jolie petite fiche et un futur prometteur pour ce personnage ! Ta plume est agréable, l'histoire simple mais efficace, et on a hâte de savoir comment elle va réagir si elle apprend un jour le grand Secret ! En attendant, nous t'invitons bien évidemment à entrer en jeu pour de belles aventures. Au plaisir de te croiser lors de futurs RPs, et de gros bisous à toi !

Et maintenant ?


Maintenant que tu es officiellement l'une des nôtres, tu peux aller faire enregistrer ton avatar, et demander un RP. Si tu es intéressée par un plongeon immédiat au cœur du forum, tu peux aller lire et peut-être t'inscrire dans une trame globale ou bien rejoindre une bande de conspirateurs dans les trames des membres.

N'hésite pas non plus à créer ton journal de bord afin de garder le fil de tes futures aventures ! De plus, jeter un petit coup d’œil aux journaux des autres personnages te donnera peut-être des idées de liens et de trames, que tu pourras ensuite mettre en place et même partager !



Jeu 15 Sep - 18:21
Voir le profil de l'utilisateur • • • http://weirdtales.forumactif.org • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
[HUMAINE] Aslaag Sigrid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Lassitude de la vie humaine -Terminé-
» "La vie humaine se compose de deux parties : on tue le temps, le temps vous tue." [PV]
» La connerie humaine est sans limite !!!...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: L'émergence :: Créations avortées-