Partagez | 
 

 Onyx étrange

avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Ces yeux, croisés au coin des couloirs, entre les classes, regards et malaises qu’elle ne pouvait justifier devant tout le monde. Des prunelles sombres, familières, elle avait fouillé dans les photos, les noms qu’elle avait apprises par cœur et pourtant rien ne manquait à ses connaissances, il n’était pas là dans les cahiers que son père lui avait transmis. Alors pourquoi avait-il ces prunelles noires? Au début elle s’était dit qu’elle avait dû rêver, mais après avoir observé plusieurs fois, c’était impossible qu’il ne soit pas un Earl. Et cette ressemblance au gardien de ses pleines lunes, c’était déconcertant.

Elle leva le nez de son livre en respirant un coup, elle devait absolument terminer cette lecture, où elle aurait du mal à rattraper les travaux plus tard dans le semestre. Ses pupilles s’écarquillèrent légèrement avant de replonger entre les phrases imprimées sur le papier, c’est un second coup d’œil furtif qu’elle jetait sur la table juste devant elle. Comment avait-elle réussit à se concentrer au point de ne pas remarquer sa présence? Elle qui avait eu du mal à rester sur le même devoir plus de dix minutes d’affilées dans la dernière semaine. Les livres qu’elle lisait étaient remplis de mensonges et pourtant, elle devait les apprendre par cœur. L’envers devait-il être priorisé à ses études? Elle s’était dit qu’en connaissant mieux l’histoire humaine, elle aurait un point de vue plus large du monde du secret, mais tout cela restait un monde qui appartenait aux humains, il n’avait pas d’intérêt pour la petite louve.

Si Meade ignorait depuis combien de temps le présumé sorcier était présent, elle fut assez attentive pour le voir commencer à remballer ses révisions pour quitter la bibliothèque. Elle ne prit pas beaucoup de temps à refermer son livre et son sac avant de le glisser autour de son épaule, en bandoulière. Ses pas la guidaient vers l’extérieur, d’abord de cette salle d’étagères remplies de livres, puis du bâtiment, elle resta néanmoins sur le campus. Était-elle vraiment en train de le suivre? La petite louve se trouva un peu pathétique, sa curiosité allait vraiment finir par la tuer et ce n’était pas une manière de parler. C’est ce qu’on récoltait à marcher derrière les nécromants, mais elle s’obstinait et suivait les pas. N’avait-elle pas été éduquée pour ne pas se faire repérer ? Autant utiliser ces atouts pour ses propres intérêts et pas seulement ceux des maudits.

La petite louve sembla hésitante, mais elle s’approcha, bien que peu assurée, elle l’aborda, probablement maladroitement puisqu’elle était derrière lui. ''Pardon, je ne voulais pas vous effrayer. '' Ses prunelles claires fixaient les siennes, intriguées, presque inquiètes. '' Je ne pouvais pas venir vous parler dans la bibliothèque ou avec autant de personne autour…’’ Elle haussa un sourcil, jaugeant ses traits. Il lui ressemblait, c’était frappant. '' Vous avez les prunelles sombres des earl mais…c’est presque improbable, et personne n’as ces yeux noirs, personne sans l’héritage de cette famille…''

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Dim 22 Mai - 7:25
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
----------Plus que quatre jours... plus qu'une trentaine d'heures pendant lesquelles il allait pouvoir réviser, si l'on enlever le temps nécessaire pour toutes les taches quotidiennes inévitables. Si peu de temps pour pouvoir finir de lire et de refaire ces exercices. Si peu de temps, mais un choix qui n'existait pas, il fallait finir à temps pour avoir des chances de réussir. Certes, c'était déjà la cinquième fois qu'il faisait le tour de ses leçons, qu'il passait en revue ses notes de cours, qu'il les recopiait pour que ça rentre en mémoire, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que si il lu restait du temps, il ne pouvait pas se contenter de se dire qu'il en avait fait assez et ainsi le gaspiller à une autre tâche.
----------Ainsi, une fois de plus, il alla dans la bibliothèque du campus, source du savoir et de la connaissance. Trouver une place de libre fut compliqué, avec les examens, beaucoup passaient leur temps ici pour commencer ou finir leurs révisions, si bien que toute les tables étaient occupées. En voyant une où seule une étudiante se trouvait, Andrew se décida à s'y installer, saluant poliment cette voisine. Elle ne répondit pas, apparemment trop absorbée par sa lecture. Tant pis. Tant mieux même. Au moins il ne serait pas importuné dans son travail, et maintenant que deux personnes étaient assises à cette table, il y avait très peu de chances que quelqu'un d'autre vienne le faire. Parfait.

----------Au moins une heure s'écoula, et le jeune White ne put s'empêcher de dévisager l'étudiante qui lui faisait face. Elle n'y prêta aucune attention, si bien qu'Andrew pris le temps d'observer ses traits. Il avait dès le début été séduit par cette abondante tignasse blonde, qui pour le moment, semblait complètement l'isoler du reste du monde. Son visage opalin penché au dessus de son livre, l'on ne voyait d'elle que la lueur de ses yeux, bien que l'on puisse deviner la finesse de ses traits. Esquissant un sourire, Andrew se remit à son travail, et ainsi une heure de plus s'écoula, durant laquelle aucun des deux ne sembla essayer de lancer une conversation. Andrew finit par ranger ses affaires, ce qui ne dérangea aucunement la lectrice, plongée corps et âme dans son ouvrage. Du moins était-ce la vision qu'en eut le jeune étudiant.

----------Quittant tranquillement la bibliothèque, il se dirigea ensuite vers le parc du campus, cherchant un coin de solitude pour faire une pause avant de se remettre à ses révisions. Un arbre, un coin d'ombre, un bosquet isolé, peu importait vraiment l'endroit, s'éloigner du brouhaha humain était la priorité. Seulement, lorsqu'il sentit cette délicate petite main se poser sur son épaule, il compris que cette solitude n'était pas pour tout de suite, bien qu'en l'occurrence, la compagnie à laquelle il venait d'être contraint n'allait probablement pas lui déplaire.

----------Andrew ne mit qu'un infime instant à la reconnaître, cette chevelure opulente et ce visage délicat étaient difficiles à oublier. Il s'attarda toutefois quelques secondes sur son visage, alors qu'elle semblait se perdre en maladroite explications. Il ne l'avouerait surement pas, ou du moins pas sérieusement, mais elle était drôlement mignonne, et si les enfers ne l'avaient pas entraîné à résister aux charmes de créatures toutes les plus séduisantes les unes que les autres, surement aurait-il, à cet instant, rougis et perdu ses moyens. Cela n'arriva point, il était supérieur à cela, plus fort que les pêchés auxquels succombaient les humains, il savait résister à la tentation, rester maître de lui-même. Il était si fier de son insensibilité, c'en était triste... Plus triste encore était le fait qu'il le prenne pour une force et ne se rende pas compte qu'en effet, il était imperméable aux sentiments. Le seul qui l'animait était la fierté... N'en était-il pas d'ailleurs l'esclave, de par son lien avec Euronyme ? Tellement fier qu'il était de servir le prince de la mort.

----------Esquissant un sourire, il se permit de l'interrompre dans ces excuses inutiles, parlant alors avec calme et assurance, pensant savoir à quoi s'attendre.

"Allons, comment pourriez-vous m'effrayez ? C'est tout le contraire, je vous l'assure. Vous n'avez pas à vous excuser." Il marqua une légère pose, souriant afin d'affirmer ses propos et de rassurer cette demoiselle qui à ses yeux transpirait d'innocence. "Quant à votre timidité, pas d'inquiétude, elle restera secrète, vous avez ma parole." Il était sérieux, autant dans l'intention que dans sa voix, même si les propos qu'il énonçaient n'avait rien de tel comparé au véritable sérieux de la conversation que souhaitait avoir Camille...L'ignorance, si dangereuse dans bien des cas.

----------Entendre que c'était de par ses pupilles d'ébène qu'elle était venue le voir démontrait en premier lieu que, tout comme lui, elle l'avait observé à la bibliothèque, quand l'avait-elle fait ? L'avait-elle ignoré volontairement ? Pourquoi l'aurait-elle fait ? Et quel était donc son rapport avec les Earl pour qu'elle s'y intéresse ainsi ? Y avait-il lieu de s'inquiéter ? Son innocence était-elle aussi manifeste qu'elle y paraissait ? Quoiqu'il en soit, les réponses à ces questions ne changeaient en rien celle qu'allait donner Andrew. Nier l'évidence était là sa seule option.

Un bref éclat de rire, et alors il s'exprima, faussement amusé. "Décidément, je dois être maudit... Vous n'êtes pas la première à essayer de faire le rapprochement, mais je craint de vous décevoir, rien ne me rapproche de cette riche famille, malheureusement."

----------Quel affreux mensonge... Cela sonnait si vrai pourtant, mais rien ne l'était. Il était entièrement lié à eux, et il était absolument ravi de pouvoir la décevoir, de pouvoir lui faire croire qu'il n'était qu'un simple étudiant. Quant à la richesse, il n'en voulait pas non, il n'en avait pas besoin, après tout, il avait déjà sa famille et sa richesse, à quoi bon en avoir une deuxième ?

"Si le vouvoiement était pour cette raison, je préférerais que cela cesse, ce ne serait que gênant d'être considéré avec plus d'égard que je n'en mérite." Bien qu'il s'exprima comme s'il était d'une famille au moins aussi grande que la leur...

"Est-ce bien prudent de s'intéresser autant à cette famille ? Si j'en avais été un, tu ne penses pas que tu aurais pu le regretter ? Il ne me semble pas qu'ils soient connus pour leur... sociabilité, je me trompe ? Ou peut-être cherches-tu justement à risquer ta tranquillité ?"

Dim 10 Juil - 16:27
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Elle cligna des yeux, se retenant de les écarquiller sous la surprise. Elle s’était probablement faite des attentes, à l’usure, étais-ce devenu si rare de rencontrer quelqu’un de sociable et civilisé ? Elle haussa légèrement les sourcils sous la remarque, plaisanterie, oubliant d’en rire. Son regard clair se posait sur lui, naïvement, curieusement. Elle ne comprenait pas, qui était-il et pourquoi n’était-il pas arrogant ? Oh, évidemment, il n’avait pas compris son sous-entendu concernant le secret. Au moins elle avait une preuve d’être subtile, ou presque ? Elle ne pouvait s’empêcher de croire que Andrew avait raison, même si ce n’est pas ce qu’il voulait dire, c’est elle qui était habituée d’avoir peur. Elle avait développé ce réflexe d’attendre le piège, les insultes, implicites ou pas, la claque ou le coup. Était-ce les chasseurs ou sa propre famille qui lui avaient fait développer ce mécanisme de défense ?

''Oh, inutile de garder ce secret, je crois que c’est apparent. ''

Au grand malheur de ceux qui tentaient de la cerner. Ce n’était pas un secret, c’est l’image qu’elle souhaitait montrer aux autres. La seule chose qui poussait réellement la petite louve à se contenir était sa fierté. Elle l’empêchait de montrer sa colère, enfouie au fond de son ventre, cachée même à elle-même. La culpabilité y était aussi, mais elle était tellement plus difficile à étouffer.

''Maudit, c’est un bien gros mot vous ne trouvez pas ? ''

Elle ne le croyait pas, mais dans sa tête tournait l’idée d’une probabilité. Il était peut-être un descendant, très éloigné, mais alors il mentait encore. Rien ne le rapprochait de cette famille…Peut-être la croyait-il humaine, mentant en voulant protéger le secret. Il n’y avait pourtant aucune raison de nier l’appartenance à cette famille, leurs yeux sombres n’étaient pas cachés aux membres de l’endroit.

''Je vouvoie les inconnus, tout simplement, mais si vous insistez…C’est vrai que c’est parfois étrange de vouvoyer quelqu’un de son âge…Ou à peu près. Je ne peux pas m’empêcher de me demander comment c’est possible…Tes yeux ne sont pas juste sombres, ils sont noirs. Et tu lui ressemble, si tu savais à quel point c’est frappant. ''

Il n’était peut-être pas lié directement à Morghann Earl, mais il lui rappelait tout de même une version plus jeune du nécromant. Probablement en plus sympathique et en moins froid. Meade n’avait jamais entendu un éclat de rire de la voix du sorcier jusqu’à maintenant.

''Ce n’est pas vraiment l’asociabilité qui fait du mal. Dans le pire des cas je risque une réponse froide…'' Dans le cas d’Andrew, peut-être un depuis quand tu me suis j’appelle la police. ''Ce n’est pas si mal…je crois que ma curiosité me pousse peut-être à me mettre en danger. Mais ça en vaut la peine, au moins la majorité du temps. '' Elle ramena sa main derrière sa nuque, gênée par la situation. Elle se retrouvait soit devant quelqu’un qui n’allait pas lui dire la vérité, soit devant une personne qui n’avait rien à voir avec ses spéculations. Dans tous les cas, il y avait de quoi mettre un malaise. ''Je suis désolée de t’avoir dérangé avec ça…Déranger ma tranquillité, comme tu dis, devrait pas t’interrompre dans tes études. '' Même si elle interrompait les siennes pour des yeux noirs, à en penser qu’elle se cherchait des excuses. Il avait probablement mieux à faire, si ce n’était pas rentrer chez lui.

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Dim 17 Juil - 6:48
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
----------Ainsi, sa réaction l'avait surprise ? Était-ce de par sa trop manifeste politesse, ou parce qu'elle était déçue de ne pas avoir eu la réponse qu'elle espérait ? Andrew n'en savait fichtre rien, mais il nota sa surprise en haussant lentement un sourcil, tandis qu'il retenait un sourire. Il l'écouta avec patience, surpris de constater qu'elle était plutôt bavarde pour quelqu'un clamant être timide. La glace qui les séparaient s'était-elle brisée si facilement ? Le sourire d'Andrew ne s'en fit que plus visible.

----------Pour ce qui concernait cette malédiction, au yeux d'Andrew, le mot aurait pu être tout à fait approprié si l'on excluait tout ce que l'envers renfermait. Après tout, si il n'était pas mort, il aurait pu appartenir à cette riche famille, et vivre parmi eux avec tout les avantages que cela incluait. Alors qu'en revenant d'entre les morts, on lui montrait chaque jour cette fenêtre d'un futur impossible, lui rappelant sans cesse qu'il ne pourrait avoir cette vie enviée par tant de personnes, parce que lui connaissait la vérité, et qu'en mourant, il avait finalement gagné bien plus. Surement une histoire difficile à expliquer de par la complexité de la situation dans laquelle se trouvait Andrew, mais au moins était-elle clair dans son esprit, malgré l'incapacité dans laquelle il était à l'expliquer avec compréhension.

"Disons que c'est comme si l'on me narguait sans cesse avec quelque chose que jamais je ne pourrais obtenir, à force de répétitions, je le perçois comme une malédiction oui..." Tenta d'expliquer Andrew, incertain de savoir si cela n'allait pas la rendre plus curieuse à ce sujet...

----------Il... lui ressemblait ? Elle devait à coup sûr parler de Morghann, le père d'Andrew. Ce n'était pas si surprenant que ça qu'elle ait fait le rapprochement, après tout, Morghann était déjà venu à de multiples reprises pour faire cours à l'université, bien que ce soit aussi, sauf erreur, le cas de son oncle ou de son grand-père... Mais tout de même, elle était la seule à n'avoir jamais fait le rapprochement... Qu'elle l'ait rencontré personnellement était-il possible ? Ça expliquerait peut-être aussi cet intérêt surprenant qu'elle avait à son égard...

"Je... lui ressemble ? Quelqu'un de la famille Earl ? Je ne voudrais pas mettre en doute tes observations, mais... tu es sûre ? Sur ce point, tu es la seule à n'avoir jamais évoqué la chose, donc je suis un peu surpris. Surtout qu'ils viennent de temps en temps ici, ça se serait déjà remarqué je pense."

----------Peut-être commençait-il à en faire trop pour chercher à se discréditer, mais si jamais c'était le cas, lui-même ne s'en rendait pas encore compte. À ses yeux, ce n'était là qu'une tentative d'en connaître plus sur ce qu'elle savait en faisant le réel ignorant. Le fait est qu'il cherchait peut-être à trop le faire, l'ignorant... Après tout, il savait absolument tout de l'histoire, vu qu'il en était l'acteur principal. Et courir le risque de faire croire qu'il en connaissait une partie était d'après lui trop risqué, mieux valait faire croire qu'il ignorait absolument tout.

----------Elle était en effet un peu trop curieuse, ou du moins l'était-elle si elle était complètement étrangère aux affaires des Earls, mais le fait qu'elle ait été la seule à remarquer la ressemblance physique entre Andrew et Morghann laissait la place au doute. Andrew ne savait pas vraiment comment réagir, coincé entre le fait de devoir se méfier de cette ravissante jeune femme ou bien essayer de la croire et lui accorder sa confiance. Éteignant son sourire pendant quelques infimes secondes, il mit finalement les mains dans les poches arrière de son pantalon.

"Désolé.. je ne voulais pas dire ça. Tu peux rester, tu ne me dérange pas... En fait, je pensais faire une sieste, mais discuter n'est pas plus mal !" Souriant, il essayait de se montrer rassurant, il souhaitait en savoir plus.
"Je suis curieux aussi d'ailleurs, tu as l'air d'en savoir plus que ceux qui sont venus me voir seulement parce que j'avais des yeux "trop" noirs... Disons que... ça m'intrigue."

----------Se tournant légèrement sur lui-même, il invita Meade à le suivre pour aller s'asseoir à l'ombre d'un arbre, histoire de se poser, plutôt que de rester, tel deux imbéciles, plantés là en plein milieu du parc.

Mer 3 Aoû - 0:28
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Elle eut un regard soucieux, curieux, penchant la tête sur le côté, non seulement elle ne comprenait pas mais elle voulait savoir, cherchant de quoi il pouvait possiblement parler. Elle n’avait aucune réelle certitude qu’il faisait partie de l’envers, mais pourtant, les yeux noirs ne pouvaient êtres humains, c’était impossible. Alors si elle allait droit au but, qu’ils cessent de tourner autour du pot ?  Elle n’avait pas non plus envie qu’il croit qu’elle était une espionne des Earl, même si elle ne pourrait plus rien cacher de ce qu’elle savait au seigneur de l’envers…Et Elle savait plus qu’elle en avait l’air, ces petits yeux innocents avaient vus des massacres et des secrets. « Désires-tu vraiment cette chose à ce point ? Parfois, avoir devient malsain...»C’était peut-être un peu biblique comme propos, mais s’il parlait de la famille Earl, il y avait bien des choses qu’il valait mieux fuir.

Elle resta muette jusqu’à ce qu’il l’invite à venir s’asseoir, la petite louve évitait son regard, aussi évitait-elle celui d’Emily qui émergeait près d’elle, gardienne à l’instinct protecteur. C’est lorsqu’elle croisa son regard qu’elle réalisa que la vielle louve faisait les gros yeux, voulant indiquer à Meade de s’en aller…Allait-t-elle faire cela chaque fois qu’elle parlait à un sorcier ? Meade comprenait, c’était légitime, après ce que Morghann lui avait fait…Après ce que les Earl avaient fait d’elle et de sa fille. Elle soupira et baissa la tête, ne pouvant pas répondre à cette désapprobation. Elle sentit sa main sur son épaule, puis elle n’insista plus devant de le refus de la petite louve. Cela faisait assez longtemps qu’elle observait le vide, inutile de lui donner des airs de folle.

Elle le suivit, la tête baissée, cette tension l’empêchait de réfléchir correctement. Étais-ce la culpabilité qui refaisait surface ? Meade s’assied sous un arbre du parc, ou du moins ce qui servait de cour au Campus. Les mains dans l’herbe, elle retrouvait un point d’ancrage et un peu de sérénité. Un endroit vert pour décontracter…À cette heure il n’y avait pas tellement d’étudiants, mais le midi c’était une autre histoire. La jeune louve se sentait mal, elle était consciente que son attitude devait être étrange. Comment s’expliquer et ne pas avoir l’air d’une étrange qui entend des voix et voit des choses ? « C’est compliqué. » Souffla-t-elle difficilement, cherchant les mots pour expliquer sans révéler le secret qui l’habitait, pas seulement celui de l’envers. « Pour une raison ou une autre, cette famille n’est pas en très bon terme avec mon père… » Une boule se forma dans sa gorge, elle n’aimait pas avoir à mentir à un inconnu, comment camoufler la vérité d’une manière acceptable pour garder le secret ? Pour ne pas mettre sa vie en danger… « Mais mon père tient aux histoires de bourgeois, je n’ai jamais trop compris pour quoi, mais il a tenu à m’apprendre et à ce que je connaisse tous les visages…Tous les noms importants. Il aime se mêler des affaires des autres. » Si, c’était à peu près exacte, mis à part la magie et sa place au sein de la politique de l’envers. « J’ai rencontré deux Earl, ils m’ont reconnu, puisque je ressemble à mon père…À l’université, ils m’ont abordé…Alors oui, je leur ai parlé et…je n’en suis pas morte. » Plaisanta-t-elle un peu, un sourire un peu aigre au visage. Elle baissa la tête en perdant le brin de joie qui était né dans ses yeux. « Pas encore… » Chuchota-t-elle. Pourquoi faisait-elle cela ? Elle savait qu’elle allait probablement terminer dans la gueule de son propre père lorsqu’il le découvrirait. Elle soupira doucement en détournant le visage, la petite louve s’était renfermée sur elle-même, c’est à peine si la tignasse blonde daignait laisser son visage découvert. « Voilà, tu sais…Je suis désolée, je suis trop curieuse. Tu as probablement besoin de sommeil pour arriver à étudier. Et c’était vraiment bizarre de ma part de venir te voir comme ça… »

Mais il était gentil et ce n’est pas comme si elle avait mieux à faire, elle n’avait pas envie d’étudier, pourquoi imposait-elle à son père de payer ses études ? La petite louve soupira, elle resserra un peu sa main sur son propre bras avant de tourner la tête vers le sorcier. « Dit, tu voudrais bien aller prendre un café ? Si je dois t’empêcher de dormir, autant arriver à rester éveillé. Je connais un endroit où ils font des lattés avec des dessins sur le dessus à quelques minutes de marche. » tentative de se faire des amis autres que des gens qui veulent seulement boire et fumer avec toi, en cours. Un sourire, sincère, elle tentait de se relever, de penser à autre chose que sa situation familiale compliquée.

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Dim 7 Aoû - 3:51
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

----------Malsaine envie que de vouloir ainsi user de tromperie pour parvenir à ses fins, que de mentir sans sourciller ni regretter, y prenant même un certain plaisir en voyant à quel point ces mensonges peuvent apporter de vérités à nos oreilles. Cette inconnue n'était assurément pas aussi ignorante qu'elle en avait l'air, mais elle l'était bien plus que ce qu'elle même le pensait. La cupidité était malsaine oui, si c'était seulement cela qu'elle entendait. Andrew ne pouvait cesser de penser que peut-être elle était au courant, de leur malsaine spécialité magique, du côté morbide que la magie des Earls avait. Le savait-elle ? Ou cet emploi des mots n'était qu'un simple hasard ? Andrew n'avait toutefois pas réagi à cette remarque, mais cela n'avait fait qu'accroître les doutes qu'il commençait à avoir.

----------Il ne remarqua pas vraiment le moment d'absence de la louve, occupé à chercher un coin qui puisse les abriter tout les deux des regards ou de quoi que ce soit d'autre. Après tout, il cherchait le calme, et il comptait bien en profiter, la voix légère de Camille n'allait assurément pas y nuire. Peut-être ce qu'il allait apprendre d'elle à la rigueur, mais il était confiant quand au fait de ne pouvoir être surpris aisément. Ses doutes ne concernaient que le lien qu'elle pouvait avoir avec le secret, et ce qu'elle en savait concernant les Earls. Qu'elle soit une menace en elle-même ne lui venait pas à l'esprit, après tout, elle ne venait le voir que parce qu'elle pensait qu'il était un Earl. Et... elle semblait plus les craindre qu'autre chose... Ce qu'elle lui raconta avec hésitation une fois qu'ils se furent assis permit à Andrew de se rendre compte avec quasi certitude de ce point.
----------Soufflant de concert, il avait répété ce mot qui en signifiait tant. "Compliqué..." Il s'était tourné vers elle, appuyé alors sur un coude, et avait terminé sa phrase. "... les choses le sont souvent oui." Écoutant avec attention, essayant du mieux qu'il pouvait de comprendre, certaines pièces du puzzle semblait se mettre en place. Nombreuses manquait pour qu'Andrew comprenne tout de la situation dans laquelle la louve se trouvait, mais il était en train de se rendre compte de certaines choses. Sa famille, son père en particulier, avait une histoire avec les Earls, et de par la peur de celui-ci, sa fille s'était retrouvée impliquée, bon gré mal gré, dans cette intrigue familiale aux allures... morbides. Oui, concernant les Earls, ce n'était pas étonnant. Qu'elle ait parlé ainsi de la mort n'avait pas échappé à Andrew, mais il n'était pas sur de savoir si elle était tout simplement terrifiée, par la menace que son héritage perdu pouvait représenter, ou si elle était réellement consciente de leur affiliation à la nécromancie. "Tu as tout l'air de devoir plutôt t'inquiéter de ton propre bien que de celui des autres... Je ne suis pas sur de tout comprendre, ta vie me semble en effet bien compliqué, pour ce que tu en révèles. Et l'envers semble l'être tout autant, si ce n'est plus." Un choix de mots tout réfléchis, bien que cela puisse l'amener à se méfier de lui. Mais il souhaitait connaître son secret, et s'il lui fallait en partie révéler le sien, ou lui le faire croire, ce serait chose faite. Il commençait peut-être lui aussi à succomber au péché de la curiosité...
----------Elle avait tout l'air d'être une victime de cette histoire, elle méritait qu'on s'intéresse à elle, au mieux pour essayer de l'aider, au pire pour l'exploiter afin d'en apprendre plus sur les Earls. Elle faisait vraiment peine, lorsqu'on la regardait. Tendant avec délicatesse une main, prudemment presque, comme s'il risquait de se faire mordre, il approcha ses doigts des mèches de le jeune fille et les écarta de son visage avec lenteur. "Mais pour l'instant, tu n'as pas à t'en faire, tu ne crains rien ici." Non pas qu'il voulait dire ici, en cet endroit précis, mais plutôt ici, à l'université, en sa compagnie. "Et que ce soit pour mon sommeil, ou la bizarrerie de ta venue, ma foi... je ne suis pas sûr que le peu d'ombre de cet arbre ou le faux plat sur lequel on s'est assis m'eut été confortable. Je suis encore moins sûr de pouvoir abandonner si triste créature..." Pour mieux la briser ensuite, pour la faire sienne et s'en servir, ou simplement pour la soutenir et l'aider à se relever ? Les choix étaient si multiples... Mais tout aussi intéressants les uns que les autres, et peut-être même bien compatibles.

----------Croisant finalement le regard de la louve, Andrew vit - de nouveau - ses prunelles bleues, infime nuance de couleur sur ce portrait à la blancheur candide. Les apparences sont parfois si trompeuses. Offrant un mince sourire, le jeune sorcier se releva, alors que sa réponse commentait ses actes. "Si il y a des dessins dessus, tu peux compter sur moi !" Son quota de sourires venait vraiment d'être dépassé, son visage risquait de paraître bien maussade dans les jours à venir. Il lui offrit toute fois de bon cœur sa main, l'aidant à se lever à son tour, et ainsi prendre la direction de la sortie.
----------Réfléchissant à ce qu'elle même pouvait bien avoir à cacher, Andrew continuait de se demander pourquoi elle était venue le voir, pensant qu'il était un Earl, et alors qu'elle semblait craindre à ce point cette famille. Il n'arrivait pas à en avoir d'idée, et cela l'embêtait. Sa curiosité s'en trouvait vexée.

"Je ne suis peut-être pas ce que tu espérais, mais si je peux t'aider, j'aimerais savoir comment... Si tu veux bien m'éclairer ?"

----------Il n'était en effet peut-être pas un nécromant, mais il demeurait un sorcier. Et contrairement à nombre d'entre eux, du moins, de ce qu'il avait cru comprendre, lui ne méprisait pas les créatures de l'Envers, bien au contraire. Elle n'étaient que des merveilles parmi d'autre, pleines de surprises et de pouvoirs cachés, pleine de mystères et d'histoires oubliées. Même si, concernant ce point, il ne savait rien de la nature magique de cette demoiselle.

"Juste une chose avant, je ne connais toujours pas ton prénom... Moi c'est Andrew."

Dim 7 Aoû - 7:24
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Elle ne pouvait pas tout dire et ce n’était pas que pour protéger le secret. Meade en était convaincue, ce garçon ne pouvait être humain ou au moins, il devait y avoir quelque chose de surnaturel en lui. Compliqué, elle ne savait pas comment tout expliquer sans tout dire. C’était difficile de devoir déblatérer autant de mensonges en tentant de s’expliquer, pourtant elle ne manquait pas de mentir à sa famille, depuis longtemps. Son père lui avait appris, toute jeune, à se méfier, à paraitre plus inconsciente et tête en l’air.

Il avait raison, qualifier la chose de compliquée n’était qu’une autre expression évasive. Ce n’était pas des earl dont elle était effrayée, mais bien de sa propre famille. Finir dans la gueule de son père, entre les crocs et les griffes des siens…Comme ils l’auraient fait avec Emily, sans aucune pitié. Aurait-il seulement des remords si on lui demandait de tuer sa propre fille ? Hésiterait-il à le faire, ou exécuterait-il ses ordres sans réfléchir ? Camille n’avait jamais eu de mal à faire des massacres lorsque c’était nécessaire. Le regard glacé se figea sous les mots du sorcier, invisible sous les mèches blondes, évidemment qu’il ne savait pas, mais il mettait les mots sur son mal sans même l’avoir deviné. Elle manqua un battement de cœur, quel choix de mots considéré…Celui-là n’était pas un simple humain, définitivement. Mais avait-il besoin de savoir sa nature ? Elle n’avait rien à cacher, mais elle préférait être certaine avant de se démasquer.

Son propre mal, comment seulement penser à cela quand elle avait fait tant de morts innocentes. Il n’y avait rien de plus égoïste que l’insouciance, dans son cas et elle ne pouvait pas simplement les oublier, elle qui n’avait aucune conscience de ses actions…Une image noire, une éclipse dans le temps, la mémoire lui était interdite, à la fois rongeant sa conscience et la rendant plus vivable. Et si elle les avait vus ? Leurs visages, leurs corps agonisants, aurait-elle pu l’accepter ? « Je ne suis pas douée pour expliquer…Et puis il y a toutes ces choses que je n’ai pas le droit de dire. J’ai fait des promesses et…pour être honnête…J’ai peur de mon père. » Ça sonnait peut-être comme une adolescente qui craignait de se faire gronder, même si c’était à peu près ça, en un peu plus sanglant. Meade devait arrêter de s’excuser, elle l’avait déjà assez fait et Andrew ne semblait pas gêné par sa maladresse, inutile alors d’en ajouter.

Comme une petite bête sauvage, presqu’apprivoisée, son visage eut un mouvement de recul, puis se laissa approcher lorsqu’il comprit que cette main n’allait pas la frapper. Elle releva la tête et les yeux, croisant les obsidiennes opaques. Elle aurait tellement aimé pouvoir le croire, avoir un endroit où réellement rien ne pouvait lui faire du mal. Mais même la petite maison où Morghann l’emmenait n’était pas réellement un sanctuaire. S’il le désirait, le nécromant pouvait se débarrasser d’elle. « J’aimerais que ce soit possible. Un sanctuaire. » Un boisé, une petite maison, un endroit rien qu’à elle, avec quelques livres, un peu de musique et une route pour aller courir. Créature, c’était bien elle, une louve, sans humanité. Lui qu’elle venait tout juste de rencontrer, comment pouvait-il saisir sa mélancolie ? La comprendre, vouloir être bienveillant…Ce n’était peut-être qu’une tromperie. Mais elle n’avait pas envie de se méfier, ce serait pour un autre jour. Le regard triste se fendit d’un sourire, puis d’un rire, de cette situation absolument absurde, mais de ce brin de joie, petite luciole entre ses mains dans le noir.

La petite louve s’aida de la main afin de se relever, puis passa sa main sur ses jeans pour secouer la terre qui aurait pu rester sur ses jeans. Elle sourit en entendant son prénom, se confirmant silencieusement qu’elle n’avait jamais entendu parler d’un Andrew Earl. « Meade, Camille, au choix. Ou les deux, si tu veux. » Rire, ou plutôt souffle, souriante. La jeune louve resta un moment immobile, histoire de prendre un instant pour se souvenir des directions, puis elle se mit à marcher vers l’extérieur du campus, ils pouvaient traverser le terrain pour arriver directement à la rue qui menait au café.

« Tu sais, quand je dis que je suis venue par curiosité, ce n’est pas une excuse, ni des attentes que je me fais. J’avais vraiment juste besoin de savoir. » Et non de tenter de se rapprocher des Earl et de faire monter son statut social…ou quelque autre jeu de bourgeois ridicule. « Ce n’est pas parce que j’ai besoin d’aide…ou de l’assistance d’un Earl. Ils ne vont pas stabiliser ma situation familiale. » Elle plaisanta un peu, ne pouvant s’empêcher d’hausser un sourcil. « Je n’avais pas le choix d’en parler pour répondre du mieux que je peux à ta question…Mais je ne crois pas que quelqu’un puisse m’aider. Éventuellement, j’irai habiter ailleurs, je tenterai de m’éloigner de ces histoires…Il n’y a pas tellement plus à faire. Attendre… »

C’est après quelques minutes de marche qu’ils arrivèrent au dit-café, Meade ouvrit la porte au sorcier derrière elle et s’approcha du comptoir en sortant son portemonnaie de son sac. La petite louve jeta un regard au menu qui était suspendu au mur, mais réellement, elle savait qu’elle allait probablement prendre la même chose qu’à son habitude. Le regard candide quitta le menu pour faire un sourire à la barista qui la saluait. « As-tu déjà goûté à un Chaï latte? C’est un peu épicé ici, mais ça reste sucré. Si tu en as envie j’en prendrai deux. »
Elle commanda après avoir entendu son accord, puis compta les quelques pièces avant de les tendre à la serveuse. La petite louve se mit sur le côté du comptoir, là où ils allaient recevoir le breuvage. Elle observa, joyeuse, la jeune femme verser le lait dans le contenu métallique, puis préparer sa recette avant de venir devant elle pour tracer une silhouette féline avec quelques cœurs. La petite louve esquissa un rire, quelle ironie pour un canin comme elle. «merci beaucoup, c'est adorable!» Le sorcier eut droit à une fleur, Meade ne pouvait s'empêcher de penser que ces dessins étaient si jolis qu'il était difficile de les voir disparaître si rapidement. Mais la tentation du goût sucré sur ses lèvres prenait bien souvent le dessus sur son envie de regarder ces jolies œuvres. Meade s'installa à une table, près de la fenêtre, faisant attention de ne pas renverser la tasse en chemin.

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Sam 13 Aoû - 20:45
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
----------Au fil des questions, et à force d'inquiétude et de gentillesse, enfin, cette coquille de timidité, de peur et d'excuse s'effritait. Peu à peu il commençait à en apprendre, à découvrir ce qui préoccupait tant cette louve de laquelle il n'envisageait pas encore le moindre croc. Elle tâtonnait délicieusement dans ses explications, dans ses réponses, Andrew en souriait presque. Pourtant, il restait impassible, compréhensif, réfléchissant aux mots à employer, et aux sens cachés que pouvaient éventuellement avoir ce qu'elle disait. Il y avait trop de connotations au Secret en plus de son intérêt pour les Earls pour que le doute soit désormais possible. Il ne savait pas encore ce qu'elle était, mais il comptait bien le lui faire avouer. *Tant de choses qu'elle ne pouvait dire, de promesses, des histoires desquelles s'éloigner ?* L'erreur et l'hilarant malentendu étaient certes possible, seulement, ils étaient à LastEnd, l'ordinaire était une chose toute somme bien rare. Et les choses ne semblaient que s'accentuer depuis quelques temps.

"Aaaah... la famille, on a parfois l'impression qu'elle est plus une épreuve qu'une bénédiction..." répondit dans un soupir Andrew, pensant pour le coup à sa situation. Qu'aurait-il pu être si il était né dans une autre famille de sorciers ? Que serait-il devenu sans l'intervention d'Eurynome ? Y penser l'angoissait souvent, si bien qu'il se mettait à culpabiliser d'envisager ainsi penser à ne pas servir son Maître.

----------Il s'était ensuite levé, questionnant Meade après s'être présenté.

"Enchanté de faire ta connaissance, Camille" Avait-il répondu d'un sourire... charmeur ! Alors que leurs pas les dirigeaient vers ce café qu'elle semblait apprécier.

----------Leur courte balade leur avait permis de bavarder un peu, mais le café était vraiment proche tout de même. "La situation est-elle à ce point désespérée pour que tu veuille fuir ? Tu aurais quelqu'un chez qui aller au moins ?" Il s'était laissé guidé, suivant d'un rythme léger cette délicate créature, pourtant si féroce en quelques occasions. "Quant aux Earls, je suis soulagé que tu ne cherche pas d'aide auprès d'eux... Ils ont beau avoir fortement aider à fonder cette ville, j'ai le sentiment qu'ils apportent tout de même plus de problèmes qu'autre chose... Peut-être qu'une simple impression..." Si il pouvait autant que possible les éloigner d'eux, ce serait pour le mieux, les puissants avaient la trop forte tendance à vouloir s'accaparer ce qui les entourait, c'était une grande qualité, bien sûr ! Mais dangereuse pour les projets des autres, bien trop souvent. Cela dit, concernant les Earls, ce n'était ne effet qu'une impression, il les craignait pour ce qu'il était, et pour ce qu'ils étaient, mais rien de tendait à prouver qu'ils étaient véritablement mauvais. Mais pour quelqu'un d'extérieur à leur cause, qui d'Elie ou des Earls pouvaient être considérés comme mauvais ? Les deux ? Aucuns ? L'avis d'Andrew sur ce point était en revanche tout fait. Cette famille était nuisible. Leur patriarche du moins l'était, il lui fallait encore se faire sa propre opinion des autres membres de la famille. Il y comptait bien, un autre jour, en autre compagnie.
----------Repenser aux Earls l'avait rendu un peu maussade, faisant naître en lui des sentiments contradictoires, mais en grandes partie négatifs. Il avait mis un temps à répondre à Camille lorsqu'elle lui avait demandé s'il avait déjà goûté du... - Chaï latte - il en avait déjà perdu le nom. "Je ne connaissais pas, je veux bien goûter oui. Mais ne t'emb..." Coupé qu'il fut dans sa phrase, alors qu'il souhaitait payer sa part. Tant pi, ça avait l'air de lui faire plaisir de pouvoir l'inviter. Il en sourit légèrement, quittant ses pensées inquiètes.

----------Une fleur ? C'était charmant, risible, et ridicule, mais charmant comme dessin mousseux. La jeune femme qui les servit savait y faire ! Regardant d'un bref regard la tasse de la louve en face de lui, il remarqua ce félin dessiné, et leva alors les yeux vers elle. "C'est... mignon, comme endroit."  Un bref rire, un regard, et il commença à siroter son thé, histoire de goûter, avant d'en boire une goulée, malgré la chaleur de ce dernier. "Tu as dis que ça s'appelait comment, ce café ? Il n'est vraiment pas mauvais !"[/center]

----------Étant cette fois face à face avec la louve, Andrew eut le loisir de la regarder sans paraître trop inconvenant aux yeux de la demoiselle, du moins le pensait-il, ce n'était pas toujours son fort. Ses yeux allèrent de sa bouche à son nez, s'arrêtèrent un moment sur ses yeux, étincelles bleues à l'allure fatiguée. Ces mèches blondes qui s'arrêtaient à hauteur d'épaule, encadrant délicatement ce visage que le sorcier commençait à apprécier. Il finit par ancrer son regard dans celui de la louve, alors que, assis tranquillement - bien qu'étonnement droit - il buvait de temps à autre une grande gorgée de thé.

"Tu disais que tu étudiais l'histoire, c'est cela ? Qu'est-ce qui t'y attires ?" Questionna-t-il, d'une pure curiosité, nourrie par aucun desseins précis. Si ce n'est d'apaiser un peu la discussion.

----------Le concernant, il aurait bien aimé en apprendre plus sur la mythologie, essayer de comprendre l'histoire de ces Dieux qu'il se savait susceptible de côtoyer. Il aurait aimé en rencontrer, connaître les prières à faire pour cela. S'attirer leurs faveurs en était probablement une raison, bien que leurs maigres pouvoirs ne devaient pas leur permettre grand chose. Mais plus que cela, c'était surtout pas envie de découvrir ce monde dans lequel il vivait, et dont il n'avait pour l'instant découvert que de minces bribes. Un projet donc, qui ne craignait pas de voir le jour vu le peu d'intérêt que nourrissait Andrew à la lecture. Il préférait de loin voir les choses par lui même. Mais dans ce cas précis, aucunes actions ne pouvait être envisagée sans connaissances.

Dim 21 Aoû - 1:18
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Andrew parlait comme d’un quotidien familial un peu embêtant, mais qui en fait faisait partie de la vie, des choses qu’on devait endurer qui n’étaient pas si mal que ça. Une épreuve, une plaie, une douleur dans le cou quelle était la différence ? Ah, la famille ! Lorsqu’elle menaçait de vous déchirer la chair et les os, lorsqu’elle vous donnait l’héritage de mains tachées de sang…Non ce n’était pas bien long de se retrouver à paniquer, lorsqu’on se réveillait, enfant, nue dans la boue, l’herbe et le sang. Des bouts de chair encore logés entre les ongles et des cheveux qui n’étaient pas les siens au visage.

Ah! La famille, mais nous les aimons comme ça, non ? Haha ! La jeune louve ne sut répondre, elle s’empêcha de lever un sourcil, de répondre, agressivement. Meade se contenta de détourner le regard comme si elle n’avait rien entendu de cette conclusion si réductrice. Mais elle ne pouvait pas lui en vouloir, il ne pouvait pas savoir.

Pleurer et crier en lavant le sang. Être effrayée, ne pas savoir de quoi, irrationnellement, avoir l’impression que quelque chose allait la tuer. Puis ressentir la culpabilité grandissante lorsqu’elle réalisait qu’il n’y avait rien à craindre, rien d’autre qu’elle-même.

Les mots surgissaient de ses pensées, la faisant sortir de ses souvenirs. La petite louve tourna la tête pour offrir un sourire à Andrew. Camille, il pouvait l’appeler ainsi, même s’il s’agissait du prénom de son père. Ce n’est pas comme si elle allait ramener un humain aux yeux noirs chez elle, même pour faire ses devoirs, son père le dévorerait tout cru en croisant son regard. Ou alors est-ce elle qui aurait des problèmes ? Certainement, dans tous les cas.

« Ce n’est pas vraiment pour fuir…Je ne connais pas vraiment les Earl. On m’a prévenu qu’ils étaient importants et très riches. Mais je n’en ai rencontré que deux…Je ne crois pas pouvoir les juger tous sur cette base. Tu as probablement raison, ils sont dangereux. Mais la richesse est souvent corrompue, c’est cliché dans les jeux de bourgeois de prévenir de ne pas s’approcher d’une famille ou d’une autre. »


Elle passa son sac autour de son épaule afin de le déposer au sol, accoté sur la chaise. Elle fronça les sourcils en regardant le dessin, les deux mains posées autour de la tasse. C’était le moment où elle regardait le travail du barista en tentant de ne pas le boire tout de suite. Mais c’était un peu difficile, avec l’odeur sucrée-amer qui lui montait aux narines et puis il y avait longtemps qu’elle n’avait pas bu un Chaï. Elle se souvenait du goût agréable et craquait, portant la tasse à ses lèvres. Meade souffla doucement sur le café avant de prendre une gorgée qui lui brûla légèrement la langue, elle aurait dû attendre un peu plus.

« Chaï latte. À l’automne, ils mettent des épices de citrouilles dedans. Certains disent que c’est contre l’essence du café, mais il ne faut pas les écouter. »
plaisanta-t-elle un peu.

Rien, avait-elle envie de répondre, rien du tout et elle ne savait pas ce qu’elle y faisait encore. Apprendre, réciter, se souvenir des noms des dates des années des périodes et des époques. Écrire et réécrire les atrocités que les humains avaient fait. Il y avait assez d’historiens dans l’endroit, pourquoi devait-elle analyser encore ce qui avait déjà été écrit trop souvent ?

« Quand je me suis inscrite, c’était l’humanité qui m’intéressait. Je voulais élargir ma compréhension de l’anthropologie…Mais pour être très honnête…c’est décevant et déprimant. Étudier en histoire est le meilleur moyen de devenir pessimiste sur la nature humaine. Mais je ne sais pas quoi faire d’autre. Je ne suis pas vraiment douée en d’autres domaines. Bon, je me débrouille en littérature, j’ai de bonnes notes en mathématiques, mais je n’en ai sincèrement rien à faire de finir dans un bureau. Je suis douée pour…apprendre des choses par cœur. Alors je me suis dit… »
Elle soupira, définitivement ce n’était pas la réponse qu’Andrew attendait, voulant simplement un sujet de conversation. Meade baissa la tête en esquissant un sourire, puis un rire discret. Elle leva sa tasse en perdant son regard dans la mousse qui perdait ses formes.

« Désolé, je ne voulais pas devenir trop sérieuse. Je vais finir par trouver un domaine, tout le monde y arrive après tout. Et j’ai la chance d’avoir du soutien pour payer mes études. »
Pourquoi elle n’y arriverait pas ? Parce que ce qui l’intéressait ne se trouvait pas dans une université de l’endroit. C’était pourtant là qu’elle avait commencé à chercher rédemption, non ?

« Je ne vais pas partir du jour au lendemain, m’enfuir pendant la nuit et ne jamais revenir. »
Meade se permit de rire un peu, c’était presque ce que sa mère avait fait. C’était presque un scénario de film épique, non, nul besoin de prendre telles mesures.

« Je me trouverai une excuse, une raison d’aller ailleurs, de voyager ou de poursuivre des études dans une autre université. Je ne veux pas m’en aller comme une fugitive…Juste changer un peu d’air et prendre une pause du drame familial quotidien. On dit que les enfants s’entendent mieux avec leurs parents lorsqu’ils n’habitent plus avec eux. Je veux juste avoir un projet…une vie extérieure à ça. Quelque chose pour moi, juste pour moi… »

Faire un voyage, un roadtrip, ou peu importe. Un projet, personnel qui n’impliquait pas d’aider son père dans ses histoires politiques, ni d’appliquer ce qu’il lui avait appris.

« Pour ce qui est de quelqu’un chez qui aller, je prendrai un appartement. Je suis majeure, il me faudrait juste…un boulot. Mais bon, je vais commencer par me trouver un domaine d’études sérieux. »


La petite louve prit une autre gorgée, devenant un peu plus légère. Étais-ce l’effet de penser un peu à elle-même et à ce qui la rendrait heureuse ?



« Mais oh, j’y pense, je ne t’ai jamais dit que j’étudiais l’histoire. C’est que t’as remarqué mes livres scolaires ? » Sans être offensée, elle se mit à rire en sortant un livre de son sac. Montrant la couverture, elle souriait. « Ce n’est pas comme si c’était subtil ein. « Histoire et société ». Et toi Andrew ? Dans quel domaine tu étudie ? »

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Ven 26 Aoû - 7:09
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
----------La richesse, le pouvoir, la connaissance, tout ce qui peut amener un être à se penser supérieur aux autres peut le corrompre... La manière dont Meade relevait cette idée de cliché était toutefois dérangeante. Prétendait-elle qu'Andrew puisse être l'un de ces joueurs ? Elle n'avait pas tord en effet, mais qu'elle puisse le penser était étrange, il n'avait pas eu l'impression de se comporter comme tel. Outre sa manière certes trop polie de s'exprimer, mais ce seul détail faisait-il de lui quelqu'un de "bourgeois" ? Ce n'était pas son avis. Quand à la possible dangerosité des Earls, outre leur richesse et leur importance sociale, le fait qu'ils soient d'éminentes personnalités au sein du Secret, ainsi que des sorciers nécromants compétents était un facteur à prendre sérieusement en compte !
----------Quant à ce qui concernait les Earls, ainsi que Meade le faisait remarquer, tous n'étaient peut-être pas à qualifier de mauvais et dangereux, Andrew l'espérait sincèrement d'ailleurs, ne serait-ce que pour se rassurer de savoir avoir un père ayant échappé aux vices et à la corruption que le pouvoir peut engendrer.
----------Rongeant ses freins, le jeune homme s'abstint de tout commentaire à ce propos, préférant profiter de la tranquillité du lieu et des explications de sa nouvelle amie, si tant est qu'il puisse la considérer comme telle. L'autre raison était qu'il ne souhaitait pas trop pousser la conversation sur ce sujet si délicat qu'était celui de sa famille, craignant de trop s'exposer et de se dévoiler, compromettant ainsi sa mission. Déjà que rester inconnu auprès des Earls se révélerait très probablement impossible, il était inutile de les aider ou d'amener quelqu'un d'autre à être au courant.
----------Andrew continuait donc de boire lentement et sporadiquement son café, résistant à l'envie prenante d'user de magie pour faire perdurer le motif un peu plus longtemps à la surface de sa tasse.

----------"À t'entendre, on croirait presque que tu ne considère pas en faire partie, de la race humaine." se permit de commenter d'un air amusé Andrew, persuadé qu'en effet, elle ne l'était pas, d'humaine. Il ne savait pas ce qu'elle était, mais aurait parié une journée en enfers qu'elle avait quelque chose de magique, différent d'une sorcière. Sa perception de la magie le lui laissait croire, de même que les réponses qu'elle lui avait fournie. "Cela dit, je n'ai aucun mal à te croire..." Même si les autres races étaient tout aussi affligeantes.

----------"En littérature dis-tu ? Là dessus, je ne peux que louer ton talent, j'ai moi même horreur des livres. Si l'on pouvait apprendre autrement qu'en recueillant l'expérience couchée sur papier de nos aïeux, je serais un fervent candidat. Quoi qu'il en soit, de ce que tu me racontes, je ne doute pas un instant que tu puisse trouver ta voie. L'histoire, la littérature, et les mathématiques sont tout de mêmes des sciences bien différents les unes des autres, la troisième tout du moins. Être polyvalent, c'est toujours une grande ressource à exploiter."

----------"Mon sens du détail me fait défaut, désolé, ce n'était pas très délicat de ma part." Il l'avait remarqué en effet, lorsque le livre était dans son sac oui, mais aussi lorsqu'il était posé sur la table, alors qu'il avait jeté un regard vers elle pour la détailler. "Pour l'instant, j'étudie en médecine, mais j'aimerais bien étudier la mythologie aussi, enfin, les mythologies. Je n'ai toutefois pas le courage de me plonger dans les volumes qui en traitent. Ce n'est pour l'instant qu'un vague projet, une idée saugrenue ayant surgit un jour, demeurant en place sans pour autant croître ou s'affaiblir."

----------Comme expliqué un peu plus tôt dans le fil des pensées de notre jeune sorcier, pouvoir côtoyer de plus près les déités de ce monde le tentait diablement, de même que de rencontrer toute autres créatures issues du monde de l'envers.

----------"Tu ne partirais pas du jour au lendemain... est-ce une promesse faite à quelqu'un ?" La phrase de la louve sonnait tout comme en tout cas, et dans cette atmosphère devenue agréable, Andrew se prenait la liberté d'être un peu plus spontané sur ses remarques."En revanche, il me semble t'avoir déjà dis que tu n'avais pas à t'excuser, c'est toujours valable d'accord ?" Trop sérieuse, et puis quoi encore ? C'était lui qui avait lancé cette discussion sur les études, pourquoi donc se blâmait-elle ? "Enfin du coup, si je comprends bien, tu ne sais pas vraiment quoi faire comme études, ni ce qui t'intéresserais ? Il y a moyen que je puisse t'aider à trouver ta voie ?" Il marqua une petite pause, ressassant ses idées.
----------"Si ça peut te rassurer, je ne ferais pas ça gratuitement, j'aurais aussi besoin de ton aide, très certainement." Termina Andrew, un léger sourire espiègle décorant son visage, alors qu'il vidait sa tasse de Chaï latté.

Lun 20 Fév - 1:17
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 349
Points : 1552
L'Altruiste
Elle faillit recracher son latté, mais à peine était-il visible que son visage s’était crispé l’instant d’une seconde, elle se contenta de répondre un « Hmm… » Définitivement, il fallait être plus subtile que cela. Pas qu’elle voulait à tout prix cacher sa nature, surtout étant convaincue de celle d’Andrew, mais rien n’était certain et le secret était plus important. Les deux mains sur sa tasse ainsi, s’il portait attention, il pourrait probablement voir la marque à son poignet, caractéristique de sa malédiction, simple tatouage à l’œil humain. Mais encore fallait-il qu’il la connaisse, cette marque. Et tant qu’il ne l’approchait pas avec une bague en argent, ça devrait aller. « À t’entendre, on dirait presque que tu t’imagines des histoires beaucoup plus dramatiques que je n’en raconte. » dit-elle, souriant pour ne pas alourdir l’ambiance. C’est vrai qu’elle trouverait, qu’elle finirait par se débrouiller, là-dessus Meade ne manquait pas de confiance en ses capacités. Ce qu’elle avait peur, c’était les sacrifices qu’elle y laisserait. C’était de ne pas trouver quelque chose qu’elle aimerait.

« Je ne comprends pas ce que l'on peut avoir en horreur dans les livres. »
Elle se penchait vers l’avant, souriante, voilà quelque chose qui la passionnait au moins un peu. « Ce sont des mondes à part entière, personne ne peut cacher sa nature lorsqu’ils lisent et même l’écriture est source d’authenticité. Écrire, vraiment sincèrement, c’est se mettre à nu. Et lire, c’est se laisser embarquer dans le monde de l’autre. Et tout devient tellement, tellement distant. » La petite louve se calma un peu en reculant dans sa chaise. « Mais je comprends que ce ne soit pas le truc de tout le monde. » Haussant les sourcils, ses yeux clairs s’agrandissaient, la curiosité ne quittait jamais son esprit et malgré le petit deuil qui l’habitait, il lui arrivait de retrouver cet émerveillement. « La médecine, tu aimes ça ? Les mythologies, c’est ce qui m’intéressait au départ, c’est ce que j’aime bien à propos des programmes universitaires, ça devient très large au final… » Il y avait de quoi satisfaire sa curiosité, mais lorsqu’on savait que la plus part étaient des mensonges c’était un peu…décevant. Elle voulait savoir l’envers de l’histoire et toutes ses vérités. Fallait-il commencer là ? Ou étudier l’envers d’abord ? « Oh tu sais, je n’ai pas été un exemple de délicatesse non plus. » rétorqua la petite louve en riant nerveusement.

Meade releva la tête, alors qu’elle, avait un regard si clair, presque translucide, rencontrait les yeux opaques d’Andrew d’un air un peu déconcertée. Elle pencha la tête sur le côté, ne pouvant s’empêcher d’avoir cet air de chiot un peu confus. « Oh, d'accord… pa…d’accord. » C’était presque risible de voir comment elle s’était presque excusée encore une fois. « Non, non, j’ai fait de promesses à personne. Il n’y a justement rien qui m’attache à cette ville. » Personne non plus, elle avait un projet, dans un an, ce serait terminé, elle pourrait partir. « Tu es conseiller en orientation ? » Dit-elle en riant, non elle n’avait pas vraiment besoin de lui. « Ne le prend pas mal, vraiment, mais je ne crois pas que tu puisses m’aider. » Elle avait juste besoin d’air, de liberté et peut-être d’un entourage plus sain, sans le savoir. « Mais qu’as-tu donc besoin ? » Répondit-t-elle au garçon, se retenant un peu de répondre un ''Qu’est-ce que tu veux ?’’ Parce que son sourire espiègle faisait quand même un peu peur. « Si tu veux que je t’aide dans ton projet de mythologie va quand même falloir lire quelques bouquins, peut-être moins que si tu étais seul. Et moi aussi, il faudrait que je m’y mette plus sérieusement, je ne suis pas vraiment une experte… »

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Jeu 2 Mar - 3:10
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
----------Andrew ne remarqua pas l'effort que fit Camille pour cacher sa surprise et réaction face à sa première remarque et avait ainsi continué à parler comme si de rien était, notant simplement avec une certaine curiosité la présence de cette marque, ce tatouage à son poignet, lequel lui laissait une étrange sensation de "déjà vu". Peut-être l'aurait-il reconnu s'il s'était montré plus assidu et surtout plus curieux dans ses recherches, s'il avait passé plus de temps à feuilleter et étudier les ouvrages traitant des créatures de l'envers. Certainement aurait-il pu l'assimiler à la marque caractéristique des loups-garou maudits par ses ancêtres. Mais ce n'était pas le cas. Le jeune Earl se nota simplement dans un coin de la tête de chercher où est-ce qu'il avait bien pu l'avoir déjà vu, persuadé d'une part que ce n'était pas sur un simple site référençant différents tatouages mais bien un symbole cachant une certaine signification. D'autre part parce qu'il n'avait nulle envie d'en demander l'origine, considérant le stigmate comme d'ordre personnel et n'ayant pas envie de changer brutalement de sujet.

----------"Je préfère apprendre par la pratique et la possibilité d'expérimenter ou de voir à l'œuvre le mentor de la discipline concernée. Même si les livres demeurent un outil indispensable à cela, notamment lorsque la pratique n'est pas possible. Et concernant l'écriture... et bien, je n'ai jamais vraiment essayé, mais à t'entendre tu sembles plus parler de lecture de fictions que d'études, de même que pour l'écriture, je me trompe ? C'est un aspect que je n'ai pas abordé pour l'instant, principalement parce que j'estime avoir encore suffisamment à découvrir dans ce monde-ci, et que le temps que je souhaite consacrer à cela me semble déjà insuffisant."

----------Débarquant dans le monde des humains depuis peu, Andrew n'avait en effet pas la même vision que pourrait en avoir quelqu'un y ayant vécu depuis sa naissance, les problèmes de la vie courantes lui paraissant d'ailleurs bien moindre comparé à ce qu'il avait jusque là été confronté. Curiosité et enthousiasme étaient ainsi bien plus présent que lassitude et frustration. Il avait aussi à minima un but en venant vivre ici, ce qui ne lui donnait ni l'envie ni l'opportunité de passer du temps dans des loisirs que l'on pourrait alors juger de futiles et dérisoires. Puisse son avis en la matière changer un jour lorsqu'il découvrira les joyaux de littérature dont regorge l'humanité !

----------"Dire que j'aime cela serait peut-être exagéré, mais c'est un domaine qui m'intéresse beaucoup oui. La médecine pour ce que l'on y apprend pour l'instant n'est pas l'aspect qui m'intéresse réellement, mais c'est aussi une manière de pouvoir rencontrer certaines personnes, donc je continue jusqu'à ce que ça porte ses fruits." Les personnes évoquées étant bien entendu les Earls, bien qu'en cela, l'idée de se pointer aux cours de cette discipline avait peut-être été un peu audacieux de la part du jeune sorcier. Une manière pour le coup tout sauf discrète de leur manifester son existence.

----------Ayant fini pour sa part son Chaï latté, Andrew se contentait de regarder Camille, sa tête posée sur sa main droite, dont le pouce touchait sa pommette et les doigts sa tempe. Son autre bras était de biais, la main posée, elle, sur son biceps droit. Souriant calmement, il eut toutefois un léger mouvement de recul à la remarque presque froide de la blanche louve, alors que celle-ci le questionnait sur sa profession d'apparent conseiller. "Que nenni, juste quelqu'un essayant de se montrer généreux. Je ne prétends pas non plus être certain de pouvoir t'aider, ni ne m'y évertuerais si tu ne le souhaite pas, mais c'est une chose qui peut se tenter. Avancer seul est rarement attrayant, tu ne penses pas ? Et puis si comme tu le dis tu t'intéressais au début à la mythologie, c'est peut-être une bonne occasion !" Offrant alors à son amie du jour un visage éclatant d'enthousiasme, noyant son regard dans ses prunelles bleu pâle.

----------Mouvant son bras gauche pour aller cherchant dans une poche intérieur de sa veste sa montre, un modèle à gousset qu'il avait trouvé du meilleur goût, Andrew y observa l'heure, notant ainsi que bientôt son prochain cours allait commencer.

----------"Que dirais-tu de continuer à discuter sur le chemin du retour ? Ce n'est nullement par ennui ou manque d'intérêt, mais le fait est qu'il me reste un cours, je préférerais ne pas le louper..." informa ainsi Andrew alors qu'il rangeait soigneusement sa montre en en refermant le clapet.

[HRP - navré pour les délais... éè Un peu ailleurs, et aussi beaucoup de mal à faire des réponses alros qu'on s'est mis à avoir autant de parties de dialogue séparées comme ceci. Avant ça me gênait pas tant que ça, mais depuis que je m'y suis remis, j'ai un mal de fou à gérer la chose. Enfin bref !

Et si tu souhaites qu'on continue, fasse une ellipse pour cela, hésites pas !! ^-^]

Jeu 6 Avr - 21:39
• • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
Onyx étrange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bien étrange rêve...
» Quête Pierre Onyx [ Pv Stones ]
» Une étrange découverte
» Visite étrange en début de nuit
» Fragment de la piere d'Onyx [Quête avec Hope^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales :: 
 :: Les flashbacks
-