Partagez | 
 

 Swanahilda Von Schwarzwald

Invité
Invité
Swanahilda Von Schwarwald
Dévote de Freyja



♜ NOM : Von Schwarzwald
♜ PRÉNOM : Swanahilda
♜ NOM ETERNEL : //
♜ RACE : Sorcière-Humaine
♜ ÂGE : 30ans
♜ DATE DE NAISSANCE : 20 mars 1986
♜ PROFESSION : Maîtresse pâtissière, spécialisée en chocolat.
♜ PAYS D'ORIGINE : Allemagne
♜ SITUATION FAMILIALE : Fiancée à Howard Earl
♜ TRAITS DE CARACTÈRE : Protectrice, bienveillante, observatrice, calme, charmante, dévouée.
♜ OPINION SUR LE SECRET : Contre la révélation
♜ CRÉDITS : Camilla Hansen




♜ LIVE : Le visage de Swanahilda se découpait sous la lumière diffuse d’un écran. Les yeux clos, l’air paisible, elle respirait avec lenteur. Son téléphone en main, elle portait sur ses épaules, un châle épais, d’une teinte brune, couvrant ses courbes masquées d’une tenue de maison. Elle se tenait recroquevillée sur un coin de son canapé, une main sous son visage. Presque solitaire dans son appartement, elle avait tenue autant qu’elle avait pu, dans l’espoir de contacter son frère. Le Jedi lui manquait, elle lui avait proposé de venir laissant un message plus tôt dans l’après-midi. Pas de réponse, elle avait pensé à une affaire prenante. Depuis la mort de sa belle-sœur, elle se souciait plus encore de son frère, comme il était dans sa nature de s’en faire pour chaque personne de son sang ou de sa famille depuis son plus jeune âge. Mais elle avait une affinité plus grande avec Diederich…peut-être parce que son excentricité l’amusait autant qu’elle la peinait, car au fond elle sentait qu’il s’étouffait sous cette parure pour consoler son cœur.

D’ailleurs, tout ce qui importait à la jeune femme, c’était de s’assurer qu’il aille bien. Elle préférait qu’il vienne jusqu’à chez elle, pour en être certaine, car elle pouvait aussi profiter de sa soirée en sa compagnie. Depuis ses fiançailles, elle était soucieuse, les choses changeaient. Ce n’était pas le nouveau statut qui la préoccupait, c’était la vie maritale en elle-même avec un inconnu, mais fort heureusement, elle se rassurait sur le fait que cela ne ferait que renforcer les familles, les Von Schwarzwald devaient connaître cela. Les Patriarches en avaient décidé ainsi et elle n’éprouvait que plus d’admiration pour Pryam Earl.
Bien entendu, elle ne connaissait pas Howard, mais les liens familiaux de l’alliance allait les réunir, à moins qu’il ne fusse un être abject et violent, elle serait un soutient et une présence, comme il est d’usage.

Sous les pans d’une dame de distinction, Swan’  était la dévote d’une déesse de l’amour, de la fertilité, de la guerre et de la sexualité. Elle était une incarnation voluptueuse d’une beauté pâle, certains disaient que l’aura de la sorcière était imprégnée d’un charme, d’une séduction qu’on ne pouvait ignorer, comme si elle portait autours de son cou Brisingamen. Un jour peut-être…Swanahilda espérait le trouver , l’obtenir, en avoir le droit, c’était une quête dans sa magie pour laquelle elle rivalisait avec ses cousines.

Pour autant, elle se souvenait d’avoir toujours plut, sans vulgarité, elle savait se déplacer et paraître pour plaire, un sourire, un regard, cela lui avait été appris et cela s’était imprégné inconsciemment dans ses gestes, sa déesse l’avait guidé et protégé.  Swan, bien que dévote d'une déesse d'amour, ne se parait pas des affinités de la luxure, elle était charmante, comme une dame de son rang, elle était belle, ses traits aux teintes germaniques faisaient tout, dans la strict intimité, elle était une femme épanouie. Son éducation familiale ne la poussait pas à la démesure de la luxure et ce n'était guère les abandons à ce sujet qui faisait d'elle une excellente dévote! C'était son affinité et sa servitude qui le faisait alors qu'elle agissait pour Freya sur les autres, plus que sur elle-même.

Il était notable qu’elle avait obtenu l’enseignement de la sexualité sans en faire l'attrait principal de son existence. L’amour sans engagement lui plaisait, un amant lui était régulier depuis quelques années, il suffisait pour sa strict intimité de femme, elle avait une pudeur calme sur sa propre vie privée qui n'avait pas souffert de regard désapprobateur, puisqu'elle n'était ni dépravée, ni poussée à l'abandon absolu comme sa déesse protectrice pouvait le paraître dans les mythes. Elle n'était pas la déesse après tout, elle n'était que sa servante. Aujourd'hui les fiançailles annonçaient pour autant un mariage, au début, sans amour et s’il venait à exister, il faudrait concilier.

Elle avait pour précepte que les choses liaient à la luxure n’avaient pas à être vulgaires, tout au contraire, si elle n’était plus en âge d’être virginal et ce depuis plusieurs années, personne ne connaissait l’intimité de ses draps hormis un homme coutumier. Elle ne s’exposait pas, elle ne se montrait pas, l’obscénité n’était pas le fondement de son culte, et les jugements ne lui importaient que peu. C’était une vérité.

D’un sursaut, la belle créature se réveilla et frotta ses paupières, vérifiant son téléphone sans appel, sans message. Fatiguée, elle essaya de retenir un bâillement mais finit par se redresser en quête d’un verre d’eau. Dans la pièce, siégeait un petit autel à sa déesse, sur le devant du marbre trônait une décoction de plante, formant les prémices d’une couleur rosée. Le monde sorcier savait, allègrement que la meilleur potion de charme provenait de ses créations.

Swan ne créait pas de potion d’amour, pas vraiment, elle pouvait offrir des potions de charme pour plaire physiquement ou des potions de fertilité pour faire pousser les graines fécondes d’un amant dans le ventre aride ou rendre vivaces des bourses asséchées. Elle pouvait pousser aux filtres d’amour en présageant toujours de faire bien attention, l’Amour était une chose sans tricherie, si l’autre aimait, il irait le dire à la personne de son cœur et ne se leurrerait pas sur l’objet de son sentiment.  Elle ne s’engageait pas à faire tomber amoureux quelqu’un de force, ou bien, cela ne durerait pas. Généralement la punition se présentait, celui qui avait bu, s’était installé avec l’autre, finissait par mourir prématurément. L’âme sœur primait sur ce genre de chose, si l’autre n’était pas fait pour celui ou celle qui avait provoqué, les choses se terminaient. Elle pouvait faire des rites pour attacher quelqu'un à une autre, mais il était certain qu'il fallait se méfier du souhait que l'on faisait à ce moment-là.

Elle était plus favorable dans les pratiques du Seid, chamanisme de sa déesse uniquement enseignée aux femmes. La divination par les transes et les voyages de l’âme lui étaient familier, mais elle ne s’exécutait que sur express demande, d’une haute entité. Il était hors de question de s’aventurer là sans requête, les portes ne s’ouvraient pas sans cela, sans une demande dont elle ne pouvait être l’initiatrice. Cette particularité n’était pas sienne et n’était pas pour elle, mais une chose offerte aux autres. Peu d’initié connaissait cette faculté et seuls les trolls donnaient son nom pour ce genre de requête difficile.

Cette particularité la fatiguait d’ailleurs et c’était pour cette raison que ce soir, elle était épuisée. Swan’ haussa les bras vers le plafond pour se détendre les muscles endoloris et bailla délicatement avant d’orner son visage d’un sourire. Un de ses deux chats vint se frotter à ses jambes réclamant la nourriture qu’elle lui donnait chaque soir. Délicatement, elle saisit l’animal noir,non sans entendre la clochette du rouquin qui s’éveillait à l’idée de la nourriture.

Rotz et Serych étaient ses chats, ils portaient à leur coup les médailles ornaient de leurs noms respectifs, ils étaient ses compagnons d’existence. Le roux Rotz grimpa sur le comptoir de la cuisine en miaulant et elle grattouilla son crâne, en posant Serych à côté de son comparse. Se dirigeant vers le frigo, la belle sorcière sortit de la porte deux sachets de gelée à leur attention.

Du plus loin de ses souvenirs, elle se rappelait sa vie de famille, sa mère et son père, son frère et sa sœur. Il planait à son esprit des nostalgies, de son éducation, de la langue anglaise et allemande qu’elle avait apprise dès le plus jeune âge, de son manque d’accent comparé à son aîné et de sa lignée politique contrariée par l’appartenance à sa déesse.
Swan’ avait semble-t-il été béni de la protection de Freyja comme l’une de ses grandes tante. Une vieille femme à l’aube de sa vie qui s’était déplacée pour sa naissance et avait demandé à assister à l’accouchement sur commandement de Freyja. Il n’aurait pas été favorable de contrarier l’élégante vieille femme, dont la distinction se portait sur ses traits avec une noblesse allemande sublime. Elle avait été de celle qui avait connu la fuite lors de la chute du IIIème Reich et avait pour bagage, des talents poussés. Il n’était pas de nature secrète qu’elle avait été prisée par des soldats de la Weirmatch, et l’affinité de sa déesse à la guerre, se traduisait par le repos de l’âme qu’elle insufflait à ces hommes en noir désormais morts, à moins que son vieil époux, ne soit l’un d’eux sorciers rescapés de cet événement désormais presque aveugle, comme il le fut au temps jadis selon les positions de la famille.

Elle n’était pas seule de la lignée à avoir été choisie par l’éminente entité scandinave, d’autres cousines, variant d’âge, avaient connu cette venue, Freyja posait son regard sur les plus blondes –ou les plus rousses- des femmes de ce clan, aux regards clairs et à l’avenir promis de la beauté. La tante, ancienne chanteuse de renom sous le IIIème Reich, assista à sa naissance et la mère de Swanahilda racontait la venue de la déesse sur le berceau, quelques heures à peine après sa venue. Il fut ainsi scellée qu’elle porterait des atours d’exception et que  son rôle serait d’apaiser  les guerriers et de quérir leurs âmes, de moitié, pour que Freyja les accueille en sa demeure, laissant alors le reste à Odin.

Ainsi fut-il soupçonné qu’elle ne serait pas politicienne.

Posant la gamelle des chats sur le sol, elle retira le châle . Son épaule dénudée apparût alors, caressée par l’abondante chevelure d’or. Elle vérifia l’heure à sa pendule de cuisine, détournant son attention du cadran pour aller chiper, un chocolat dans une boîte de renom. Swanahilda Von Schwarzwald était gourmande, il était de nature d’honorer sa déesse avec du miel et de l’ambre, mais aujourd’hui le chocolat, le caramel, les petits fruits spécifiquement rouges, la fleur de sureau étaient possibles. Un homme offrant une boîte de chocolat à une demoiselle ou un damoiseau portait inconsciemment un cadeau à sa divinité, une chose savamment instaurée, surtout quand il provenait des cuisines de sa pâtisserie spécialisée dans le chocolat. Elle permettait ainsi le culte de Feyja sans que les autres le sachent dans un savant mélange d’opportunité.

Elle prit un autre et le déposa sur l’autel de sa divinité juste au-dessus de la décoction, saisissant un bâton d’encens, elle souffla dessus, jusqu’à ce que la braise éclaircisse l’extrémité. Une odeur de miel se dégagea et Swan’ pensa à sa protectrice en lui adressant quelques mots, avant de s’éloigner pour aller éteindre le poste de télévision.

La descendante de la famille allemande se souvenait sans déplaisir de ses jeunes années, du printemps qui annonça sa magie aux alentours de ses cinq ans. La jeune enfant présenta d’une manière naturelle ses pouvoirs en s’amusant avec de faire glisser les meubles dans sa maison de poupée en affirmant que l’agencement plaisait mieux à ses jouets de telle manière. Rien de bien extraordinaire, mais ce fait, qui gagna en croissance avec les années, annonça qu’elle n’était pas sans magie, ce qui fut un plaisir pour sa famille. La vieille tante se pencha alors un peu plus sur son cas, comme elle le faisait avec celui de ses cousines et d’année en année, la jeune femme fut de plus en plus liée à ses pouvoirs et surtout à sa déesse protectrice.

Nul doute qu’elle forgea avec le temps, un caractère bien propre. D’une douceur bienveillante et d’une nature calme, l’enfant devint demoiselle puis femme sans se préoccuper, trop, des avis parentaux sur sa tenue à suivre. Elle se pliait avec ferveur à l’engagement familial, veillant à ne jamais laisser ses concepts tâcher son nom. Observatrice et réfléchie, elle prônait dès un âge adolescent le calme et le partage, préférant largement l’apaisement au conflit, mais si on la poussait à quelques retranchements, ce n’était qu’en touchant à sa famille et aux siens. Dans ces cas là, elle devenait impardonnable et froide, incapable de se laisser faire, Swanahilda se présenta comme une femme aux tempéraments calmes mais agités de courroux si le besoin en était. Certains pourraient la prendre simplement pour une douce créature, calme et sans colère, mais à vrai dire, il ne faut pas s’en prendre à ceux qui sont siens, de sang ou d’entourage, aux risques de se promettre un courroux féminin d’envergure.
Ainsi fut-elle bien consciente de se reconnaître en son frère, quand il mit fin à une vie avec beaucoup de violence, se connaissant bien assez pour dissimuler cette part d’elle-même et ne rien laisser présager aux autres, elle ne pouvait blâmer le débordement de son jedi de frangin à la mort de sa femme.

Pragmatique et de bonne nature pour autant, la lassitude est une chose saisissante chez elle quand elle constate le débat clos, mais elle est de nature persévérante quand ses idées lui paraissent justes et surtout bonnes. Ce qui est certain, c'et qu'elle est ce qu’on appelle protectrice, respectueuse mais sans pour autant se laisser marcher sur les pieds. Si elle admire et respecte le patriarche Earl, il n’en reste pas moins qu’elle épousera Howard comme cela est prévu mais ce sera lui qui primera sur les choses autres. Consciente que l’amour ne viendra peut-être jamais, ne s’y attendant pas elle-même, elle reste décidée à partager au mieux une entente qui rendra leur couple probablement plus sûr que quelque chose basé sur les faux-semblants et les mensonges. Bien certaine de ne pas être digne de confiance immédiatement, comme il ne le sera pas pour elle, puisqu’ils ne sont que des étrangers l’un pour l’autre, elle estime que les deux parties auront à mériter de construire quelque chose d’agréable. En tous les cas, elle ne sera pas de nature à favoriser une quelconque animosité fatigante à son avis, qui n’apportera rien aux familles dont ils sont les héritiers.
Pour autant imparfaite de part sa nature voluptueuse, Swanahilda sait se montrer une ennemie sournoise si le besoin en était et probablement sans culpabilité si la finalité des choses amenait à sa propre satisfaction.

Consciente que le monde autour d’eux est en danger et le secret plus encore, la jeune femme pense d’abord au monde de l’Envers qui risque de s’effondrer sous la résonance de la vérité. Swanahilda se considère comme le rouage d’une magie, plus qu’autre chose et plutôt un élément d’une histoire, une aide, plus qu’autre chose. Mais cela correspond à la présence de sa déesse à la guerre... Peut-être est-elle encore un peu faite d'innocence quand à la réalité, elle qui n'a vécu qu'une vie de célibataire, mesurée pour faire honneur à sa famille et qui n'a jamais été propulsée dans une réalité certainement plus abrupt que celle qu'elle vit actuellement!



♜ JOUEUR : Je fais du rp depuis maintenant 10 ans je crois? Un peu moins peut-être, j'ai découvert le fofo en faisant une demande de partenariat avec mon forum. J'ai un mogwaï de 16 mois et je suis donc une maman au foyer et voilà.


♜ JE RECONNAIS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RÈGLEMENT ET M'ENGAGE A LE RESPECTER : Swanahilda Von Schwarwald




Jeu 19 Mai - 18:23
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis le Maître de ces lieux, le conteur de vos histoires, l'oracle de vos avenirs. J'écris sur les pages blanches de demain vos déboires, vos exploits.

Tell me More : Je tiens les ficelles de vos existences.
PROFESSION : Assistant
Crédits : By Meri
Messages : 808
Points : 1379
Admin
Correction transmise par mp Wink

Mer 25 Mai - 15:14
Voir le profil de l'utilisateur • • • http://weirdtales.forumactif.org • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1442
Points : 1636
Le Sacrifié
Tu t'en sors ? ^^

Ven 3 Juin - 14:59
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Coucou!

J'ai eu un peu de charge IRL, un gamin fiévreux et des nuits trèèèèèèèèèèèèèèèès réduite Wink je vais m'ateler à la fiche plus sérieusement sous peu, désolé du retard :/

Mar 7 Juin - 9:29
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Enfant cadet du Patriarche Earl, il est un héritage refusé, s'extrayant de la nécrose gangrénée de sa famille.
Tell me More : Jumeau d'Howard - Fils de Pryam
PROFESSION : Médecin Légiste
Crédits : Gustavo Krier
Messages : 1331
Points : 1451
Pas de soucis, occupe toi bien de ton petit c'est le principal.
Merci d'avoir prévenu et bon courage ^^

_________________

« Reste »

Mar 7 Juin - 10:46
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1442
Points : 1636
Le Sacrifié
Mdr Repose toi bien et courage avec le bout de chou :/

Jeu 9 Juin - 6:56
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1442
Points : 1636
Le Sacrifié
Comment va le bout de choux Swana ? Et toi ?^^ Tu t'en sors ? Pas trop crevée ? catkiss

Lun 20 Juin - 13:02
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
Swanahilda Von Schwarzwald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Swanahilda Von Schwarzwald

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: L'émergence :: Créations avortées-