Partagez | 
 

 [CREATURE] Meyrick Vetrov

avatar
L'étrange sous la normalité :
Créature, disent-ils, se targuant de le classer, de le comprendre et de l'adresser, pensant, sans doute, ses ailes étriquer, son esprit évincer, par l’appellation écrasée… Il ne l'est pas, ne le sera jamais. Les mots, les noms portent plus qu'ils ne peuvent l'appréhender, et son être au chemin lézardé d'impacts de destins aussi divers qu'altérés, porte déjà l'empreinte d'un concept unique : il est un Aîné, l'ailleurs son royaume par tant de vermisseaux occulté.

Tell me More : Douce et délicate petite chose que le secret, comme les ailes d'un papillon qu'il s'amuse à trouer de la pointe d'une aiguille.
PROFESSION : Héraut des Aînés
Crédits : Jovana Rikalo & Altug Elveris
Messages : 81
Points : 610
Meyrick Vetrov
..........



♜ NOM : Vetrov, syllabes courtes, rimes d'un secret chuintant, ponctué d'un roulement, l'orage d'ailes ombreuses, squameuses l'air emplissant. Un son fétide, sous la glace de ses origines, sous le vélin délicat d'une sibérienne appartenance, trompant celui qui l'observe puis le meurtrissant. Juste une inspiration, une toquade comme une autre, pavant son interminable route de sinistres relents. Hommage à l'infinie abandonné.

♜ PRÉNOM : Meyrick, inattendue trouvaille, comblant la fantaisie de son carême, repos entre deux existences, ersatz de cette non-vie volontaire qui, parfois, lui manque. Une appropriation, comme tant d'autres, une réconciliation miniature d'avec sa véritable nature, le fond de son intellect cousu comme une dentelle mortuaire sur le suaire d'humanisation que les circonstances l'on contraint à adopter pour prétendre à l'éternité qui avait toujours semblé acquise.

♜ NOM ETERNEL : Les mortelles créatures et avant elles les existences antiques l'on doté d'une pléthore de patronymes et de dénominations, pour couvrir et comprendre ce qu'ils voyaient de sa divinité, de cette essence première, stellaire, qui à l'aube d'un cosmos balbutiant s'évadait aux travers des plans, des nébuleuses et des innombrables angles de perception et de ramifications d'un moyeu originel unique. Aucun ne le désigne véritablement, mais il en est un qu'il considère sans méprise, celui qui lors de sa première venue sur cette terre lui fut offert : Nyarlathotep.

♜ RACE : Créature, disent-ils, se targuant de le classer, de le comprendre et de l'adresser, pensant, sans doute, ses ailes étriquer, son esprit évincer, par l’appellation écrasée… Il ne l'est pas, ne le sera jamais. Les mots, les noms portent plus qu'ils ne peuvent l'appréhender, et son être au chemin lézardé d'impacts de destins aussi divers qu'altérés, porte déjà l'empreinte d'un concept unique : il est un Aîné, l'ailleurs son royaume par tant de vermisseaux occulté.

♜ ÂGE : Sans âge, son être éternel brisa la coquille d'une sphère de naissance, d'un concept impalpable depuis longtemps abandonné. Ses corps sont variés, exotiques aux humains de ces îlots brisés, qu'avec une fierté mal placée ils nomment Grande-Bretagne. Il est chacun de ces corps faibles et friables, il est chacune de ces vies, et aucune, portant la défroque humaine comme un tissu trop délicat pour durer. Son ennui vient bien assez tôt, lui faisant délaisser ses masques les uns après les autres, sans qu'il cesse de s'inventer de nouvelles identités comme les éléments d'une partition minutieusement agencée.

♜ DATE DE NAISSANCE : Années humaines qui ne sont en rien flot d'une vulgaire temporalité, les phases et les âges des mondes et des plans n'étant que des résidences d'été dont on l'a un jour coupé. Un chiffre vulgaire sur un bout de papier, sur une plaquette plastifiée, une clef sur une note de son morceau en gestation, prêt à être rejeté hors de la matrice de son principe créateur, poudre aux yeux des bipèdes agnelets. Il semble presque s'en amuser, lorsqu'au plus fort de l'acculturation, il se laisse infester, pirouette aisément réprimée, aisément niée.

♜ PROFESSION : Héraut de son éternel ouvrage, la voix, le coeur et l'âme des entités de l'ailleurs selon les concepts des mortels créatures, des mots comme poussière au vent, espérant décrire ses préséances au sein du sultanat chaotique, lui le porteur de chaos, pharaon sombre aux milliers de masques et à l'imagination débridée, au-delà de l'horizon des condamnés. Intendant de leur éternité, il prête assistance aux siens, mettant toute l'ampleur de son génie malveillant au service de leurs volontés.

♜ PAYS D'ORIGINE : Les infinies plaines célestes, au-delà de la compréhension mortelle, voilà tant d'éon que la vie de cette petite planète ne représente qu'un grain de poussière dans un désert galactique. Peut-être avait-il pour la première fois émit conscience aux alentours d'Aldebaran, peut-être s'était-il incarné pour la première fois au sein de l'Hyperborée… Forgé par Azatoth, le chaos est son noyau, l'essence de son être, partout présente, partout vibrante.

♜ SITUATION FAMILIALE : Hors de propos que cette considération bassement matérielle, de celles d'une créature sachant sa fin inéluctable et qui désire voir son sang se perpétrer. Loin d'être isolé, pourtant et pour la plus grande horreur d'une humanité encore aveuglée, mais dont des représentants isolés trébuchent parfois dans ses rets, prenant conscience du mortel danger. Leurs noms sont connus au monde, par l'entremise méprisable d'une plume isolée… Azatoth, Sub-Nigurath, Abhoth… Ils sont là, ils existent, peuplent le monde, ruminant leur dépit, cherchant la clef qui les libérera de la cage de chair qu'un antique cataclysme leur infligea, conspirant pour, une fois de plus, se couronner de la matière même de ce monde qu'ils avaient un jour dominé. De tous néanmoins sa loyauté penche plus volontiers vers Azatoth, son créateur, dont les souhaits sont les desseins qu'il s'empresse de réaliser.

♜ TRAITS DE CARACTÈRE : Manipulateur – Cruel – Loyal – Fascinant – Convainquant – Merveilleux – Horrifiant – Conspirateur – Destructeur – Humanisé…

♜ OPINION SUR LE SECRET : Douce et délicate petite chose, comme les ailes d'un papillon qu'il s'amuse à trouer de la pointe d'une aiguille. Il ne souffre pas de lui, pourtant, ses cultes ont toujours été secrets, des entités impalpables et invisibles, non nécessaires et simplement amusantes, utiles en un sens… Non, il ne souffre pas du Secret, son existence même est un Secret pour tant de ces petites choses qui peuple ce monde qu'ils espèrent occulté. Mais la révélation de la vérité aux yeux du monde éveillé… oh ! Ce serait une telle vague de chaos, de telles élans de passions incontrôlées, de telles controverses explosant en un univers entier de possibilités, terreau d'un chaos nouveau et encore singulier, nouveau et ô si tentant. Une nouvelle plante dans son jardin rampant, une nouvelle plante qu'il cultiverait comme il cultivait les humains depuis longtemps.

♜ CRÉDITS : Jovana Rikalo & Altug Elveris





♜ LIVE :


Résumé


Grand ancien issu d'Azatoth, Nyarlalothep est le héraut des siens et l'un des ennemis majeurs de l'humanité. Changeant de forme à loisir, il se fond parfaitement dans la masse et propage son noir savoir dans le seul but de mener les mortels à leur perte. Sa vision des créatures magiques est aussi évolutive qu'il l'est lui-même, allant du mépris consommé à un amusement cruel, en passant par un certain intérêt. Sa véritable apparence est un mystère absolu, mais lorsqu'il ne prend pas l'apparence d'un être humain, les formes qu'il adopte sont toutes terribles, inimaginables et conduisent souvent les infortunés spectateurs à la folie. Ses défroques humaines sont presque uniquement masculines, et égyptiennes, bien qu'il se soit diversifié de longue date. Seul d'entre tous, il peut imiter les hommes et s’acculturer. Cela ne le détourne pourtant jamais de son but. Certains mythes et prophéties de Lémurie, d'Hyperborée ou d'Atlantide le présentent comme le futur destructeur de la terre, mais la destruction pour la destruction ne l'amuse en rien : il préfère semer le chaos et la folie.

Parmi toutes ses actions sur terre, et au delà, il peut être cité : son statut de patron pour certains sorciers et sorcières, son don à l'humanité des connaissances nécessaire à la construction de la bombe H, il fut le parrain de nombreuses sectes depuis l'antiquité, il est lié à la quête de l'éternelle Kadath, il s'empresse toujours de venir en aide aux autres Anciens...


Succin passif


Le chaos fut sa première perception, immensité sans étendue, présent sans exister, une multitude, une puissance à disposition… qui n'était puissance que pour des organismes qu'il n'avait alors pas même envisagé. Baignant dans un martèlement exalté, au son des flûtes inimaginables, il s'était éloigné d'Azatoth, intellect aventureux et curieux de cette potentialité dans laquelle il évoluait. Le sultanat de son créateur n'était qu'un point minuscule dans cette immensité qui lui tendait les bras, et il y avait tant… Les mondes en fusion, la matière pulsante, et le chaos, toujours, son essence vibrante d'un rythme sans âge. Les étoiles étaient des flirts, une nouvelle force, un simple jeu et moins le concept qu'une manière de l'inventer. L'abîme résonnait, palpitante et l'appelant, offerte à ses mains expertes…

-

Il y en avait d'autres. De ceux qui lui ressemblaient, à ceux qui différaient, des créatures égales, et d'autres friables et pleines de défauts. Les premières étaient peu nombreuses. Défiantes et proches tout à la fois, un lien entre lui et elles, unique et impossible à nier. Les secondes étaient innombrables et grossières, colonies éparses au travers des univers, qu'il observait en les découvrant pour la première fois. Il avait tourné son attention vers d'autres concepts, dédaignant les planètes, les mondes pendant un 'temps', qui n'en était pas un, et lorsque son attention s'était de nouveau tournée vers ces masses d'éléments chimiques, de composés et de réactions en chaîne, ils étaient là. Une nouveauté bien vite décevante en de nombreuses occasions. Et en d'autres méritantes, il s'arrêtait pour les observer…

-

Ridicule concept… le temps. C'était ainsi que les races inférieures de la terre l'appelait. Le temps. La plaisanterie avait secoué les cosmos qu'il envahissait alors, un tremblement métaphysique qui ressemblait à l'agonie d'un millier de planète, et à la pollinisation d'une absolue coïncidence.  Avait-il alors conçu la première graine d'acculturation qui le ferait péril de l'humanité ? Avait-il alors pour la première fois inventé le concept d'hilarité ? Le temps, oh quelle superbe mascarade. Il ne s'agissait pas de la première tentative exercée d'essayer de dépasser les limites des sens inférieurs, tant de ces races avaient voulu comprendre, maîtriser, cataloguer ce qui rampait à la limite de leurs capacités. Sans jamais y parvenir. Il se détourna de nouveau d'eux, laissant leur 'temps' avancer…

-

Kadath était là, quelque part, et il s'y était intéressé au travers de tous les pans d'existence qu'il pouvait alors aisément atteindre, mais quelque chose l'empêchait de pénétrer dans son enceinte. Quelque chose lui en avait interdit l'accès. Il savait déjà, il savait mais n'y pouvait rien, et ainsi lui venait l'impuissance… une sensation désagréable, un nouveau concept difficile à appréhender, et qu'il avait déjà, pourtant, apprivoisé. Il savait mais ne pouvait rien y faire, il devait se tourner vers d'autres pans d'univers avant de revenir vers la cité, revenir vers la clef qui permettrait à ses desseins de se réaliser. Il pouvait réaliser d'autres pans de son imagination avant celui-ci, Kadath, aussi attrayante et aussi utile soit-elle, ne bougerait pas. Oui… il sentait les rêves de son créateur endormi, la vibrance des volontés des autres, au travers des univers et des angles. Il retournait à eux, alors, et reviendrait. Après tout, il n'existait nul… temps.

-

Les terres des rêves lui plaisait, vastes et riches, et surtout changeantes, les plus changeantes de toutes, après les quartiers d'Azatoth. Kadath avait atténué son intellect mais il le retrouvait, de nouvelles idées, de nouveaux concepts venant s'ajouter à la volonté qu'il était. Et lorsqu'il s'en fut lassé, engorgé de ses nouvelles créations, idées, conjuration, il retourna au vaste espace cosmique, puis à la terre, monde aventureux ayant traversé bien des pans pendant qu'il s'occupait ailleurs. Et les volontés des autres s'étaient également tournées vers cet espace, certaines s'étaient illuminées tandis que d'autres s'étaient atténuées… Pour la première fois depuis qu'il avait parcourut les champs d'étoiles lointaines, c'était la matière physique qui éveillait en son intégrité une idée. Une idée appuyée par les songes de la nef hurlant au centre de toute chose, et par les soupçons de Kadath. Pour la première fois, il décida de s'incarner.

-

Il se sentait lourd et gauche, son intellect étriqué par un concept d'une désagréable nouveauté : les limites, celles qu'il appréhendait. Les limites de la chair, cette chair friable, grotesque qu'il avait décidé de porter. Mais il y avait des avantages à ce mal être que la chair constituait, et le premier d'entre eux était de jouer avec ces petites créatures qui grouillaient à la surface solide du monde qu'il infiltrait alors. Les humains. Mais ils n'étaient pas les seuls. Il y en avait d'autres, auprès des humains, parasites comme les puces pour les animaux quadrupèdes… des dieux, disaient-ils, des êtres supérieurs. Ils étaient utiles eux aussi, ils pavaient la voie à ses projets, les rendant encore plus aisés. L'hilarité était un concept qu'il rouait désormais, une partie de son déguisement terrestre. La chair était une limite qu'il pouvait contourner, dépasser s'il acceptait l'inconfort qu'elle imposait… et il y avait beaucoup à exploiter. Du chaos à créer.

-

Quelque chose avait changé. Quand était-ce ? Impossible à savoir, il en venait à user d'un terme mortel alors même qu'il n'en souffrait toujours nullement… les pans lui étaient accessibles, et pourtant quelque chose avait changé. Son corps était plus lourd, plus encombrant, on l'y avait scellé, et il n'était pas le seul à avoir souffert de cette condition. Tous. Ils avaient tous subit le même sort. Et quelle force, quelle entité, quel intellect avait eut la portée, l'impérieuse puissance de leur infliger ce sort ? Il n'en savait rien, mais une part de plus en plus conséquente de son esprit était dédié à la recherche d'une solution, écho aux désirs des siens qu'il ne pouvait jamais ignorer. Leur prison ne serait pas éternelle, aucune ne l'avait jamais été. Et lorsqu'ils seraient de nouveau libres… alors rien ne l'empêcherait d'achever ce qu'il avait commencé.

-

Le temps. Ils courraient après, et lui construisait, conspirait, grandissait à la limite de la vision du monde, dans ce recoin mort impossible à apprécier, à appréhender. L'ombre et l'ignorance des humains et des créatures le servait, ses forces avaient grandies, s'étaient développées...Ses masques changeaient, ses suivants également, tandis qu'il parcourait la planète, enseignant aux hommes les arcanes de dangers qu'ils ne comprenaient pas encore. Les guerres se succédaient, son empreinte sur chacune d'elle, uniquement pour disparaître, abandonnant la céramique brisée des traits empruntés pour s'en forger une nouvelle. L'Envers se construisait, les nexus s'écroulaient, et il observait le poing se refermer sur ceux qui se pensaient en relative sécurité. Et lui décida de se détourner d'eux quelques temps, s'enfonçant dans ce qui, pour les hommes étaient des immensités, profitant de ce qui, encore était… jusqu'à ce que ce ne soit plus. Les nexus furent alors sa demeure, Salem une résidence secondaire, pendant un temps.

-

Chaos et guerres, et les filins de ses créations se mouvant au loin. Des victoires pour la plupart… Hiroshima l'avait tant mis en joie, et également des surprises : il n'était pas prêt d'oublier l'épisode de son cabinet, lorsqu'un humain trop aventureux avait décidé de se passer de lui pour mourir alors qu'il était pourtant sur le point de parvenir à le supprimer, au moins temporairement. Une rencontre pour le moins étrange, pour lui également, même s'il n'avait pas un moment douté de l'emporter sur cette frêle esquif malmenée dans sa raison et son intégrité. Et malgré tout, il y avait eut un instant, un très bref instant, où il avait été tenté de le laisser le blesser, le tuer, juste pour voir si la malédiction pesant sur lui disparaîtrait avec son corps physique. En fin de compte, pourtant, il n'avait pas jugé l'opportunité suffisamment fructueuse pour tolérer le geste. Quittant finalement l'Amérique pour un temps, il avait rejoint les confins asiatiques, vierge de sa présence en ce pan nouvellement atteint par une planète encore jeune…

-

Howard Philip Lovecraft… Cet homme était presque aussi intolérablement dangereux pour eux que l'avait été, en un sens fort ironique, fort controversé, Al-Hazred. Il fallait l'éliminer. Tous le pensait. Et il s'y était employé… pourtant une fois encore, on avait cherché à l'empêcher d'accomplir les souhaits des siens. Lui. Il s'était mit en travers de sa route. Et sa proie lui avait échappée, emportée par ces misérables créatures conspiratrices que les humains adoraient encore en nombre. Hors de sa portée. Pour le moment du moins. Il l'éliminerait, attendre n'était nullement un problème, il disposait d'un considérable atout… le temps des mortels ne le concernait pas. Il serait toujours là. Et toujours il veillerait à ce que ce que Lovecraft avait tenté de semer ne reste que graines perdues, de la masse ignorées. Et pour les autres ? Ceux dont les yeux s'ouvraient à ces récits et ces secrets, il les ferait siens, les subornerait comme il l'avait toujours fait. Confiance absolue, détermination sans failles… Last-End l'attendait.



♜ JOUEUR : Meridya


♜ JE RECONNAIS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RÈGLEMENT ET M'ENGAGE A LE RESPECTER : Meyrick Vetrov




Lun 18 Avr - 2:29
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Tiens, tiens, tiens.... Ne serait-ce pas là mon grand... rivale ?
Si je devais jouer le jeu je dirais que c'est un déplaisir que de te voir mais.... non, je kiff ma vie, ma race et tout ce qui va avec. Cette fiche est d'enfer, ta plume toujours aussi magnifique! Tu me vend tellement du rêve please Quoi qu'il en soit, soit le re-bienvenue e hâte de lire la fin de cette fiche et d'avoir le plaisir d'écrire avec toi !

PS: viens pas fourrer tes ignobles tentacules sur mon territoire èé paix et amour sur toi ♥

Lun 18 Avr - 15:14
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis le Maître de ces lieux, le conteur de vos histoires, l'oracle de vos avenirs. J'écris sur les pages blanches de demain vos déboires, vos exploits.

Tell me More : Je tiens les ficelles de vos existences.
PROFESSION : Assistant
Crédits : By Meri
Messages : 801
Points : 1260
Admin

Bienvenue Meyrick !


J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé


POULPYYYYYYY fou ABLBLBLBL *craque* boing
J'aime beaucoup ce nouveau personnage qui promet bien des heures chaotiques pour Last End (cette ville va vraiment finir à feu et à sang). Toujours une écriture aussi délicieuse, tant que j'ai envie de manger du calamar ♥

Love sur tes tentacules ♥ Cthulhu



Lun 18 Avr - 21:57
Voir le profil de l'utilisateur • • • http://weirdtales.forumactif.org • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
[CREATURE] Meyrick Vetrov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Base de Creature Monstrueuse?
» *~ Les Races et les Langues ~*
» Nouveaux grey kights!
» Les animaux fantastiques, de Newt Scamander
» Un dur "réveille"...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: L'émergence :: Créations achevées-