Partagez | 
 

 [HUMAIN] Nora Edvardsen

avatar
PROFESSION : (La profession de votre personnage ici)
Messages : 98
Points : 746
Nora Edvardsen
Si tu savais comme il est terrible de tout savoir soudain, comme si un éclair avait illuminé la terre. A présent, j'habite une planète douloureuse, transparente, comme de la glace, mais qui ne cache rien; c'est comme si j'avais tout appris en quelques secondes, d'un coup, d'un seul.



♜ NOM : Edvardsen
♜ PRÉNOM :  Nora
♜ NOM ETERNEL : Frida Khalo
♜ RACE : Réincarnation de Rémiel
♜ ÂGE : 24 ans dans ce corps, sa première enveloppe s'était éteinte après 47 années.
♜ DATE DE NAISSANCE : 4 avril 1991
♜ PROFESSION : Elle tente de gagner sa vie en tant que peintre, mais son gagne pain se fait surtout en tant que modèle pour des cours et des artistes. Elle étudie en médecine, se disant que cette fois est peut-être la bonne.
♜ PAYS D'ORIGINE : La Norvège, dépaysant et opposée à la patrie qu'elle représentait.
♜ SITUATION FAMILIALE : Célibataire, un enfant.
♜ TRAITS DE CARACTÈRE : Forte tête, curieuse intellectuellement, rationnelle, arrogante, authentique, mélancolique, éreintée, poétique, joueuse.
♜ OPINION SUR LE SECRET : Les hommes s'éprennent de haine lorsque quelque chose est en dehors de leur connaissances et leur compréhension. Ce que la science ne peut expliquer, vaut mieux qu'ils n'en aient pas conscience. Mais avait-elle seulement son mot à dire?
♜ CRÉDITS : Alicia Vikander




♜ LIVE :
« J'espère que la sortie sera joyeuse… et j’espère bien ne jamais revenir — Frida »

Une maison bleue, les couleurs des aquarelles et les photographies, la médecine, la soif d'apprendre, l'enthousiasme de l'égalité, puis brusquement, un accident. Elle se souvenait de la douleur, précisément de toutes les sensations, de l’humiliation et sa pudeur en morceaux. Elle se souvenait de la tristesse, de l’ennui et de la souffrance. Elle se souvenait de tous les jours couchée, puis des couleurs qui sont revenues, de plus en plus nombreuses, dans une série d’autoportraits curateurs. Il lui semblait que la douleur avait été trop présente, jusqu’à la fin, elle avait eu mal. Puis elle était née dans ce corps, sans malformation, dans cette époque sans Hitler et sans Mussolini.

Elle s’était parfois demandé si c’était une deuxième chance, ou s’il s’agissait d’un piège. Nora avait attendu l’accident, parce que ça ne pouvait pas être aussi facile, les fins heureuses ne pouvaient pas être aussi simples. Et quelques fois, elle avait intérieurement traité Remiel d'étrange, bien qu’elle savait qu’elle ne pouvait cracher sur cette renaissance. Parce qu'elle avait la mémoire des longs jours à penser à la mort, puis il avait suffi des médicaments qui lui avaient été prescrits pour sentir une dernière fois la douleur. Pourquoi ramener quelqu’un qui avait mis fin à ses jours lui-même?  

Le Mexique lui manquait, la famille et le mari de Frida. Elle en avait soufflé quelques mots, enfant, faisant rire les parents de Nora. Ils prétextaient souvent que la petite fille avait beaucoup d’imagination, alors elle haussait un sourcil et les méprisait impoliment. La gamine se faisait souvent gronder, comme si elle était mal élevée, alors elle finit par se dire que sa famille ne pouvait comprendre et qu’il valait mieux se taire au sujet de ce dont elle se souvenait. Mais quelque part, elle avait soif de réponse et il n’y avait personne à qui demander. Il y avait quelque chose de frustrant à être coincé dans un aussi petit corps lorsqu’elle était consciente du passé, un long moment elle eut cette urgence de grandir. Puis elle se résigna à être un enfant et à profiter de sa jeunesse, puisqu’elle avait la chance de le faire une deuxième fois. Peut-être un peu trop, d’ailleurs, au goût de ses parents puisque l’enfant unique ne tarda pas à collectionner les aventures dans son adolescence. Il y eut des jeunes filles, des garçons, des hommes. Puis sans qu’elle s’y attende, un enfant s’était logé au creux de son ventre. Sans penser du tout au mensonge, elle l’avait annoncé à ses parents, troublée, apeurée, heureuse. L’avortement arriva aux lèvres de sa mère, alors que le refus était catégorique du côté de Nora. C’était impensable, même si ce corps était jeune, elle n’allait pas renoncer à un enfant, c’était trop précieux pour abandonner cette occasion. Les parents de la jeune fille plièrent sous son obstination à garder le bébé, mais son petit corps ne sembla pas prêt pour la grossesse et l’enfant se détacha lui-même. La fausse couche l’avait totalement assommée, le sujet n’était pas permis à la maison, aussi sa famille avait-elle compris qu’il n’était pas question de choisir pour elle si cela devait arriver à nouveau.

Nora, sans y réfléchir vraiment, s’était dirigée à nouveau vers les arts. C’était comme systématique, elle avait été et était toujours une artiste. Et puisque aucun membre de sa famille ne pouvait l’aider à se tailler une place dans le milieu, elle devait se débrouiller. La jeune femme s’était faite proposé d’entrer à l’académie en posant pour les cours de dessins d’anatomie et d’observation, alors elle s’inscrit. L’école n’en résulta que d’insultes et des jurons, elle s’était enflammée lorsqu’on avait comparé son travail à l’art surréaliste, aussi lui reprochait-on de manquer d’originalité. Son art était en effet peut commun, mais il était ''déjà vu’’, n’apportait rien de nouveau, aucune réflexion contemporaine n’y était. Nora savait pourtant que ses proches s’intéressaient beaucoup au travail introspectif de ses toiles, mais ne comprenaient pas toujours ce que cela avait à faire avec sa vie. Probablement parce qu’elle ne pouvait s’empêcher d’expulser les émotions de sa dernière enveloppe. Doucement, l’on arrêtait de dire ''surréaliste’’ pour utiliser le mot ''expressif’’. Mais ce n’était jamais assez et elle détestait qu’on la pousse à avoir une réflexion philosophique dans chaque toile. Elle se retenait souvent de remettre à leur place ces professeurs qui n’avaient aucune idée de la personne à qui ils s’adressaient, de toutes manières, ils ne la croiraient pas. La jeune peintre quitta l’école des beaux-arts d’un coup de tête au milieu de son année scolaire. Nul besoin de dire que cela lui avait fermé des portes, mais elle comprit qu’il n’était pas nécessaire d’étudier dans ce domaine pour percer dans le milieu artistique. Cela avait moins plu à sa famille, qui semblaient enthousiastes à l'idée qu'elle fasse ces études, la jeune artiste ne manquait pas de leur rappelait qu'il s'agissait de son parcours scolaire et pas du leur.

L'artiste réussit à vendre quelques toiles à l’aide des réseaux sociaux, son art était plus industriel, moins contemporain. Mais Nora n’en avait rien à faire, tant qu’elle pouvait en vivre, elle n’avait pas besoin d’étiqueter son art à un mouvement et n’écoutait rien des étudiants qui avaient une vision élitiste de l’art contemporain. Elle put sortir du cocon familial, même si ses parents insistaient pour l'aider financièrement, inquiets de ce mode de vie qui manquait de sécurité sociale. Poser lui permettait de payer un toit et de manger, ses toiles se vendaient petit à petit puis son travail alimentaire lui permit de trouver des contacts. C'est enfin qu'elle put voyager avec ses toiles, se faire exposer par des galleries et rencontrer d'autres artistes. Nora fit la connaissance de Nikolaïs Werner, un peintre qui avait le même opinion qu'elle sur les académies et qui avait réussi à vendre ses toiles malgré cela. Il l'aida à se faire une place parmi les galeries, en échange, elle posa pour lui,  plusieurs fois.

Puis cette prunelle, celle qu'elle avait perdue plusieurs fois, revint. Nora eut peur, de ressentir à nouveau l'abandon, la perte, la tristesse. Mais l'enfant vit le jour et tout se passa relativement bien, mis à part le fait que l'enfant ne connaîtrait probablement jamais son père, puisque de toutes manières il y avait trop d’hommes pour avoir une idée de qui il était. De plus il pouvait être n’importe où, considérant ses nombreux voyages. La peintre s'arrêta d’ailleurs de voyager pendant plus ou moins trois ans pour élever le bambin en Norvège, puis elle engagea une nounou pour certains voyages, emmenant même parfois sa fille avec elle. La mère préférait garder sa fille dans son pays natal pour ne pas trop la dépayser, elle savait ce que cela faisait de ne pas être chez soi trop longtemps et de vouloir rentrer.

Lorsque sa fille eût prit quelques années, la peintre eut un questionnement quant à son avenir, celui de son enfant, si elle était capable de vivre de cette manière aussi loin d'elle lors de ses voyages. Pendant plusieurs jours, les souvenirs des cours de médecines et sa passion pour la science revirent à ses pensées, mais il était hors de question d'arrêter la peinture. Elle reprit contact avec Nikolaïs, qui disait s’installer à last end, une ville que Nora savait assez ancrée dans le secret. La peintre y pensa longuement avant de prendre sa décision, d'un côté il y avait la très bonne école de médecine qui était intéressante, de l'autre une personne qu'elle aurait aimé revoir et puis, sa curiosité la poussait à approfondir ses connaissances sur le monde du secret et la magie.




♜ JOUEUR : Meade!


♜ JE RECONNAIS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RÈGLEMENT ET M'ENGAGE A LE RESPECTER : Nora Edvardsen




Mar 5 Avr - 3:20
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Enfant cadet du Patriarche Earl, il est un héritage refusé, s'extrayant de la nécrose gangrénée de sa famille.
Tell me More : Jumeau d'Howard - Fils de Pryam
PROFESSION : Médecin Légiste
Crédits : Gustavo Krier
Messages : 1331
Points : 1451
Ce DC fait saliveeeeer ** J'ai hâte de lire la suite nyaah

_________________

« Reste »

Mar 5 Avr - 10:59
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis l'héritier de la branche principale des Earl, je suis un Nécromant et un membre du secret. Je le protège et le soutient. C'est dans mon intérêt.

Tell me More : J'ai un jumeau, Morghann, et je suis le pupille d'Eurynome
PROFESSION : Neurologue
Crédits : Meridya
Messages : 1442
Points : 1636
Le Sacrifié
Bon courage pour la suite ^^

Mar 5 Avr - 16:08
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité :
Je suis le Maître de ces lieux, le conteur de vos histoires, l'oracle de vos avenirs. J'écris sur les pages blanches de demain vos déboires, vos exploits.

Tell me More : Je tiens les ficelles de vos existences.
PROFESSION : Assistant
Crédits : By Meri
Messages : 808
Points : 1379
Admin

Bienvenue Nora !


J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé


C'est un trop beau second personnage que tu nous présente là. Nous avons beaucoup apprécié ta demande lien avec Nikolaïs et son intégration dans ton background. Nous espérons que ce lien portera Nora très loin dans les méandres des intrigues ! Nous comptons sur toi, Nora a l'air d'avoir un caractère bien forgé !

Bon jeu et je ne doute pas que tu auras des scènes bien sanglantes à peindre ♥



Ven 15 Avr - 18:15
Voir le profil de l'utilisateur • • • http://weirdtales.forumactif.org • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
[HUMAIN] Nora Edvardsen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mineur humain pour warhammer jdr
» Meilleur Rpiste Humain
» Azénora
» [Présentation] Logane Nora Waldorf ~
» Database : Humain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: L'émergence :: Créations achevées-