Partagez | 
 

 L'antre de la bête | Max & Isha

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 144
Points : 846
Dans un premier temps, Juan Diego ne comprend pas ce que compte faire l’Each Uisge ni de quelle manière il parvient à le saisir de la sorte mais foutu pour foutu, il s’accroche à lui et la sensation de téléportation lui retourne l’estomac, tant qu’il en vomit son dernier repas dérobé dans la blanche neige. Il a lâché la sorcière du Concordat, s’accordant avec lui-même qu’il vaut mieux recracher cette graisse dans la poudreuse que sur sa protégée. Il peste entre deux haut-le-cœur. De toutes évidences, régurgiter pour son espèce n’a strictement rien d’agréable.

Kwanita pousse un cri, passant de la brûlure des flammes à celle de la glace. Elle se met très vite à trembler. L’une des joues de son visage est boursouflée, ses cheveux ont presque brûlé jusqu’à la racine de ce côté-là, tandis que de l'autre, les mèches tombent jusqu'au sol où elle est assise. Son corps est couvert de nombreuses plaques rouges et gonflées. Ce qui reste de sa peau ayant échappé aux flammes est rougi par le froid, plus encore que sa teinte mate naturelle. Ses prunelles d’un marron hétérochromé se pose sur Isha Carter dont elle a entendu la voix un peu plus tôt. Il peut y voir de la terreur autant qu’une lueur de haine mais qui n’est visiblement pas celle de la sorcière. C’est l’âme qui la dévore, l’âme qui veut la pousser à le tuer. Elle secoue la tête de gauche à droite, espérant chasser cette voix, cette chose qui lui dit, lui impose quoi faire. Elle ne veut pas lui céder à nouveau. Elle ne veut pas tuer. Elle ne veut pas faire du mal.

Sa nudité ne l’inquiète plus tant : elle s’est prostrée à genoux et croise ses bras sur la poitrine, les mains sur ses épaules. Elle a suffisamment à faire, à lutter avec elle-même : « Enlever… Ça. » L’adolescente étouffe un sanglot. Elle a mal, elle a peur, elle a froid. De ses digits coulent toujours des filaments de soie qui habillent ses épaules, se collent à sa taille et reposent sur ses hanches. Son regard appelle à l’aide et rappelle le danger qu’elle représente encore malgré elle, la plongeant dans une double terreur. L’une palpable, l’autre sournoise.

Tour d’Isha

Dim 11 Sep - 20:32
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Il était sonné, après ce qui venait de se passer mais en même temps pas mécontent du résultat auquel il était parvenu avec son idée. Et en plus de ça, il était excessivement fier d'avoir réussit à vaincre son passif avec les araignées géantes. Il avait vaincu haut la main ! Ou plutôt haut le feu, mais c'était presque pareil. Au final, c'était lui qui avait eut le dernier mot. Pourtant, même s'il avait effectivement vaincu, il n'était pas temps pour des réjouissances plus poussées car il avait encore sur les bras une sorcière du Concordat possédée et à moitié brûlée. Et hélas, il ne pouvait pas la laisser dans cet état, il allait falloir qu'il s'en occupe. Se redressant péniblement et clignant plusieurs instants des yeux, désorienté par la téléportation de l'Each, il lui fallu de long instant avant de réussir à connecter ses neurones. Il croise finalement le regard de cette fille en souffrance et s'approcha en vacillant, prêt à se battre pour lui retirer cette horreur… C'était plus important que jamais après tout, il ne manquerait plus qu'elle essaye encore de le tuer ou s'enfuit en révélant le Secret tout autours d'elle. Parce que le méchant, ça allait être lui. Alors plaider sa cause parce qu'elle l'avait attaqué était une chose, mais expliquer que des humains avaient vu ça en était une autre et là, ça serait pire que tout. Cependant, c'était moins simple que de le dire. Il fallait encore le faire et sans les outils adéquats, il n'était pas certain de réussir…

Les outils adéquats ! Bien sûr ! Ce qu'il fallait, c'était que Max l'amène à la boutique avec la fille ! Alors tout serait plus simple, il serait sur place, pile là où il fallait et avec tout ce dont il avait besoin pour l'opérer comme il se devait. En plus ce serait le moyen de se débarrasser et de séparer la créature de la sorcière. Ce serait certainement mieux ensuite s'il voulait plaider son cas. « Max… Il faut qu'on la transporte à la boutique. Ici je ne peux rien faire correctement, je risque de lui arracher son âme avec celle qui la parasite. Elle est déjà assez amoché comme ça » Il la gardait à l’œil et approcha encore lentement. Il fallait qu'il l'ausculte de plus près, tout en sachant très bien que l'âme voulait sa mort. Finalement, il sort de nouveau la fiole de contention et l'approche lentement de la fille pour voir à quel point l'âme s'accrochait… Logiquement, ce serait dur et sans merci mais on pouvait toujours rêver, non ? Et surtout, la façon dont elle réagirait lui en dirait plus sur son identité. Il était encore trop tôt pour dire de laquelle il s'agissait. Lentement mais distinctement, il s'adressa à l'âme… « Je te conseille de te montrer coopérative. Si tu tue ton hôte, le traitement que je t'ai infligé jusqu'ici n'aura été qu'un doux rêve »

Jeu 15 Sep - 23:39
• • • • • •
avatar
Messages : 144
Points : 846
Ses yeux ne lâchent pas ceux de Lovecraft. Son regard se fait brûlant, pénétrant. Tendre réincarné, infâme bourreau qui lui demande de rentrer comme si rien n’est. Comme si on peut oublier les années de prison, de torture, de macération. Comme si on peut oublier cette sensation de liberté, enfin, et y renoncer pour retourner à l’ombre. L’humain se berce d’illusions. Il doit vouloir plaisanter. Doit-elle en rire ? Doit-elle faire preuve d’empathie pour satisfaire cet homme ? Qu’il la laisse en paix ? Elle n’a pas envie de le satisfaire. Elle ne désire que le contrarier, aller contre lui, son gré, ses demandes, ses ordres, ses menaces. Alors elle se met à rire, secouant Kwanita de quelques spasmes d’hilarité. Elle se moque. Elle trouve cela amusant. Elle se lève, ne sent pas la douleur des brûlures : ce n’est que le corps de Kwanita, pas l’enveloppe de son âme écorchée depuis un temps qui lui semble infini. Elle s’infiltre dans celle de l’amérindienne, s’y greffe, la ronge, comme de la gangrène. L’adolescente criait si l’âme n’avait pas le dessus. C’est douloureux pour la sorcière, mais pour l’âme, c’est sur une gorgée du meilleur des vins, la plus douce des liqueur. Son visage se tord dans une expression haineuse alors qu’elle crache ces mots enrobés de miel : « Oh Isha… Mon tout doux… Que d’invectives… Que de menaces plates et vides. »Ses lèvres s’élargissent en un sourire mauvais, et si plein de souffrance. « N’aies craintes pour elle. Je la laisserai vivre, assez pour qu’elle puisse exprimer de vive voix ce que tu lui as fait, combien ton marché et tes agissements l’ont rendue folle. Oh non… Je ne suis pas certaine que depuis les barreaux d’une prison ou les limbes du trépas que le Cénacle t’infligera, tu puisses me faire le moindre mal. Encore. »

Elle encre dans la mémoire de Kwanita les horreurs qu’Isha lui fait subir, les méandres d’un enfer à l’image ce que ce l’âme a vécu, enfermée. Mentir ? Et qui croirait-on ? Une sorcière du Concordat ou des individus placés en liste noire ? Elle oriente sa main vers le cheval, une toile d’araignée se tisse avec violence et le retient au sol. Elle l’observe avec dédain. Un même dédain qu’elle offre à la chose en train de vomir ses tripes un peu plus loin. Elle tend une autre main vers Isha, prête à riposter s’il approche et plonge son regard hétérochromé dans celui de l’humain, semblant le sonder profondément. « Agenouille-toi. » Ordonne-t-elle à son tour. « Confesse tes péchés. Avoue tes crimes, tes hontes. Implore mon pardon. » Ses prunelles glissent sur l’équidé qu’elle tient dans sa poigne. Dans sa nudité splendidement droite, là, dans la neige, elle toise le hère. « Repends-toi de la complicité que tu lui as accordée. Implore mon pardon. Confesse l’aberration. Fais preuve de sagesse. »

Lun 19 Sep - 9:39
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 257
Points : 700
Poney de l'Enfer
L'each a de la neige plein les naseaux, plein les crins, plein l'esprit. Son encolure se dressa sitôt que son nom fut prononcé, mais son attention restait sur la neige. Isha voulait de la neige ? Il avait à sa disposition une monture prête à tout ce qui pouvait avoir un lien, de près ou de loin, avec ce présent céleste ! Ah. Transporter la petite à la boutique. Oui, aussi, ce devait être possible. De retour à la réalité, Max s'ébroua, se remit difficilement debout, d'un violent mouvement de l'arrière-main. Ce temps fut suffisant pour métamorphoser l'expression et la voix de Kwanita.
À peine relevé, à peine emprisonné ! L'each eut plusieurs mouvements, cabrés et rués, réflexes furieux d'une créature née de l'idéal même de liberté. La panique ramena tôt son esprit à penser convenablement, et la sagesse d'une forme humaine lui revint. Ce fut difficile, mais bientôt sa grande silhouette équine devint celle, frêle, qui se tenait sur deux pattes. Et… Les liens se resserraient ! Qui était l'abruti qui s'amusait à changer les règles du jeu pendant ce dernier ? Max tira sur ces liens, tandis que la voix de la sorcière se faisait entendre. Quel genre d'insecte avait-elle fumé pour s'imaginer un seul instant qu'Isha Carter s'agenouillerait devant elle ? Si un jour Isha s'était agenouillé devant quelqu'un, ç'avait été uniquement pour ramasser un mégot, et encore ! À quel jeu jouait cette âme ? Gagnait-elle du temps en les faisant parler ? En perdait-elle, bêtement, en cherchant à satisfaire la rage de son emprisonnement ? Elle n'en serait sans doute que meilleure une fois à nouveau enfermée.

Max songea à profiter du peu d'attention qui lui était porté. À ce moment exact, la voix de Kwanita changea d'interlocuteur. Maudite âme ! La panique de son instant de rêve brisé, la colère et la frustration dues à la toile qui l'emprisonnaient, se lisaient dans le regard sombre que l'each porta à la malheureuse sorcière. Pauvre folle. Croyait-elle tenir sa bride ? Il n'y avait qu'une seule personne qui lui donnait des ordres. Les autres ne pouvaient jamais que proposer. Sa réponse transpirait de haine:

"- Je ne puis accéder à vos désirs. Vous ne pouvez comprendre. Pour certains êtres, les demandes ne se refusent pas. Il aurait fallu que vous soyez ce qu'est pour moi Isha."

L'instant suivant, quatre sabots fouettaient la neige. L'instant suivant, quatre sabots se fondaient dans les ombres. L'instant suivant, Isha était saisi par la ceinture, puis happé par-delà l'espace, jusqu'à une antre qu'il connaissait bien: la sienne. L'instant suivant, il était à nouveau seul. L'instant suivant, un each uisge furax se jetait sur Kwanita, sortant de nulle part, pour l'arracher à ce lieu sacré qu'était le Lac, et la propulser, de force, contre le sol de l'antre d'Isha.

Mar 27 Sep - 21:37
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Il avait envie de rire un bon coup devant tant de naïveté, à la place de quoi il se contenta de hausser un sourcil et de lui dédier un regard ironique. Elle croyait vraiment que le Cénacle n'était pas déjà au courant de ce qu'il faisait, de la nature de ses activités et de leur ampleur ? Pas étonnant qu'elle se soit fait avoir en premier lieu et ait été transformée en matière première. Si d'après certains les innocents héritaient du paradis, il lui semblait plus probable qu'ils finissaient chez lui, à attendre d'être consommé. Elle croyait vraiment qu'on croirait qu'elle était folle à cause de lui ? Oh, il aurait de gros soucis, ça c'était absolument certain et il allait devoir appeler son père à l'aide pour les régler mais au final peu importait… Il était juste coupable d'avoir défiguré la gamine, ce qui serait réglé quand les mages guérisseurs lui referait le portrait dans le bon sens du terme. Et la voilà qui lui demande de l'implorer. Il pouffe de rire : « Je te dirais bien d'aller mourir, mais c'est déjà fait » Il n'avait pas de honte, et n'était coupable d'aucun crime. Le seul crime ici avait été celui de cette pauvre fille. Le crime de naïveté. Elle avait payé chèrement ce défaut, et en quoi était-ce un fardeau pour lui ? Darwin énonçait sa théorie avant qu'il ne vienne au monde la première fois. Pourtant, sa jubilation mauvaise se dissipa aux paroles de Max et il ne pu s'empêcher de lui sourire. Il l'aimait son poney, décidément… C'était bien la seule personne à qui il ne la ferait pas à l'envers. Il fut percuté, et transporté sans ménagement, mais il n'en voulait pas à l'équidé, bien au contraire. Se mettant rapidement debout, il attrapa tout le matériel nécessaire à l'entreprise et un moment plus tard, Max ré apparaissait avec la possédée sur laquelle il se jeta. La soulevant, ils la jetèrent tous deux dans le cercle de protection, là où elle ne serait plus un danger pour personne.

Un bref instant, il se permit de soupirer, vidant l'air de ses poumons pour se calmer… « Putain, je t’emmène au resto après ça, c'est ma tournée... » Prenant les instruments, il observa la sorcière et l'âme au travers d'elle. Faisant jouer l'objet entre ses doigts. Quoi faire, exactement ? L'extraire, certes, mais quoi d'autre ? La vendre, finalement ? La tuer ? Merde, après ce qu'elle venait de leur faire ! Il avait envie de la torturer et de l'expédier dans un trou infâme d'où elle ne sortirait jamais. Et en y pensant ? Il avait peut-être effectivement un trou adéquat. Avec un sourire revenu, il prit son paquet de cigarette, s'en alluma une, glissa un regard vers le poney. « Je vais en avoir pour un moment. Quand on aura finit, il faudra embarquer la gosse chez les Khans. Ensuite on ira au resto, on va se remplir à raz bord, et demain, je subirais les foudres du Cénacle pour avoir cramé la gueule d'une sorcière comme il se doit : avec une bonne gueule de bois et quelques histoires en tête… »

Dim 30 Oct - 16:37
• • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
L'antre de la bête | Max & Isha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU
» L'antre de la Bande dessinée
» L'antre du démon {pv Zarathos}
» (-18)( Mission de classe D ) Dans l'antre du diable...
» Un antre de paix. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: Refuges aux pensées :: Archives de RP :: Janvier - Mars 2016-