Partagez | 
 

 L'antre de la bête | Max & Isha

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 147
Points : 902
01 février 2016 - Vers 13h

Une fuite de gaz. Ceux qui étaient en charge de dissimuler le secret manquaient d'imagination. Il fallait avouer que l'idée camouflait assez bien la pagaille de l'envers. Et elle, forcément, elle avait mis le nez dedans. Elle était journaliste. Au plus proche de l'action était son credo, mais jamais plus on ne l'y prendrait. Jamais plus. Si seulement elle parvenait à s'en sortir vivante. Ses longs cheveux noirs étaient en bataille, son teint était blême, ses yeux cernés, elle semblait avoir perdu du poids très rapidement, à en juger par les vêtements qu'elle portait et qui étaient, de toutes évidences, devenus un peu trop grands pour elle. Elle les tenait en courant et dans un angle de rue, heurta de plein fouet Max. Tout deux tombèrent à la renverse au sol. Paniquée, elle se releva, jeta un regard à Isha, l'expression navrée et terrorisée, elle s'excusait : « Je suis désolée... Je ne voulais pas, je suis désolée... » Elle fondit en larmes et prit la fuite en courant. Max, quand à lui, se sentit jusqu'au plus profond de son être attiré par l'endroit d'où la jeune femme provenait. Un désir anormal et surnaturel. Une envie qu'il ne semblait partager avec personne d'autre, une envie dévorante et irrésistible quand bien même il le savait : là où il allait transpirait le danger. Il savait qu'il se jetait dans la gueule du loup mais rien ne semblait pouvoir empêcher ses jambes de le rapprocher de ce qui l'appelait. De toutes évidences, la femme ne s'était pas excusée de l'avoir renversé... Mais de lui avoir transmis son fardeau.

Tour de Max, puis Isha.

Information pour Max : Tu sembles être attiré vers le haut d'un immeuble d'entreprise (des bureaux) de 8 étages, qui se trouve à une centaine de mètres sur ta droite.

Jeu 31 Mar - 22:33
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Ils sortaient tout juste du fast-food. Max s'était baffré, raffolant de ces cochonneries pleines d'huile, de sel, de gras. Le ventre arrondi, bien rempli, un mystère se créait autour de lui: comment était-il possible de parvenir à garder autant d'énergie, quand sa digestion aurait dû aspirer toutes ses forces ? La monture d'Eurynome batifolait autour de son ami humain, sautillant, plaisantant gaiement sur un détail X ou Y de leur environnement, pas le moins du monde alourdie par le copieux repas. Par contre, cela avait éjecté son humeur vers le beau fixe. Ceci dit, la présence d'Isha n'y était sans doute pas pour rien non plus.
Peut-être que de l'anxiété, du stress et du sérieux aurait été de rigueur. L'each uisge n'était cependant pas de ceux qui forçaient leurs sentiments pour s'adapter aux situations. Aujourd'hui, le ciel aurait pu tomber sur leurs têtes, les seuls pensées que cela lui aurait arrachées auraient été "tiens, il va pleuvoir des piafs", suivies sans doute d'un "aïe" de meilleur aloi. Une telle insouciance lui avait permis de ne pas paniquer lorsqu'en arrivant sur son lieu de travail, deux jours plus tôt, la nouvelle était apparue sous ses yeux. Très naturellement, l'each avait proposé à Isha de se joindre à lui pour récupérer les âmes. Voilà qui annonçait une semaine bien particulière ! L'infernale créature était partie d'autant plus confiante qu'avec Isha, le roi des âmes, ils ne pouvaient que réussir dans leur quête !

Max marchait à reculons, face à son camarade, pour lui expliquer à grands renforts de gestes et imitations la rencontre qui était la cause de son retard, ce matin. Une bestiole du marché des trolls, la peau couverte d'écailles et le faciès plat, n'avait eu de cesse d'harceler sa pauvre personne en coincointant que sa marchandise n'était pas chère. La vaillance et la ruse de Max étaient venues à son secours, lui permettant de mettre l'individu dans un tonneau et de…
La monture d'Eurynome tomba juste aux pieds de son ami, et ce fut un miracle que ce dernier parvienne à ne pas se prendre les pieds dans ses cheveux ou épaules. Ses coudes avaient amorti une partie de sa chute, mais son menton allait sans doute développer un beau bleu… Déjà qu'il portait quelques traces rouges, due au frottement contre la pierre. Ses coudes saignaient, mais l'each ne le voyait ni ne le sentait. Se retournant à toute allure, Max put très vaguement distinguer la jeune femme et ses excuses, avant de n'en plus voir que des couleurs qui s'enfuyaient à toute allure. Se redressant, s'époussetant, la malheureuse victime de cet attentat à l'humaine marmonna:

"- Elle avait Lulu à ses trousses, cette gamine !"

Sans réfléchir, son regard se tourna vers une autre direction. Là-bas, cet immeuble. Il fallait y aller. L'injonction était inscrite jusque dans le coeur de ses veines, d'un seul coup. Ce n'était pas normal, et Max n'était pas suffisamment stupide pour ne pas le deviner. Mais cet appel… Il était beaucoup trop puissant pour lui. Quelle était cette créature qui avait raison de son esprit d'each ?
Pas le temps de réfléchir. Déjà ses jambes avançaient vers l'immeuble d'où provenait l'appel. Oui, c'était certain, cela venait de là-bas, du haut…  Quelque part, Max voulut également savoir ce qui pouvait faire cet effet, et c'était comme si l'appel s'engouffrait dans cette aubaine qu'était sa curiosité. Pas moyen de lutter. Mais une idée traversa l'esprit de l'each: Isha serait sans doute en mesure de lui venir en aide, s'il comprenait ce qui ne tournait pas rond. Une de ses papattes se tendit vers la sienne, l'attrapant, l'entrainait directement sur son chemin, à grandes enjambées énergiques.

"- Viens, Isha, viens ! Il faut aller par là ! Là-haut, il y a des âmes, je le sens… Allez, viens, dépêche-toi !"

Sa voix avait une inflexion inhabituelle, très travaillée, imitant les humains totalement fascinés. Pas d'explications, rien, juste l'impératif, et cette course à peine retenue, tandis que la créature possédée cherchait à s'engouffrer dans l'immeuble.

Sam 2 Avr - 13:30
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Il était rare qu'il soit d'une telle humeur, mais cette fois, rien ne pouvait le faire sourire. Il ne savait même pas où il trouvait la patience de supporter d'accompagner Max… surtout quand son mécontentement le rendait aussi acariâtre et critique. Qu'est-ce qu'il avait à sautiller partout cet idiot ? Ce n'était vraiment pas le bon moment pour ça. Il fallait se concentrer. Les âmes, ça ne s'attrapait pas avec un filet à papillon. Il avait passé tout son temps à essayer d'organiser les recherches pour retrouver les marchandises qui lui manquait, et à répondre aux questions des enquêteurs de l'Envers. Et pour le moment, il n'en avait pas retrouvé tant que cela… ou peut-être serait-il plus juste de dire qu'il n'avait pas retrouvé celles qu'il espérait le plus retrouver, à savoir les plus fortes. Elles étaient encore perdues dans la nature, et ça lui ôtait toute forme de bonne humeur. C'était des millions qui se faisaient la malle bon sang ! Et son père n'était pas content. Lui-non plus d'ailleurs. Outre les sempiternels soucis que causaient des évasions de ce genre, il y avait aussi le fait que cela risquait d'attirer les autres… Un poids d'angoisse lui comprimait la poitrine, et il ne cessait de sursauter, tentant de toujours voir un maximum de son environnement. L'idée d'être à nouveau poursuivit le rongeait autant que de voir la première poubelle du coin lui exploser au nez. Davantage même.

Lui lançant un regard blasé, mains dans les poches, il essaya d'estimer le moment où l'Each se prendrait les pieds dans quelque chose. Et d'un seul coup hop, c'était fait. Il s'arrêta lourdement, les pans de son manteau oscillant alors qu'il se penchait. Une vague expression d'un amusement à reproche lui ombra le visage avant de s'éventer. Sur quoi était-il tombé finalement ? La jeune femme était apparemment choquée et secouée… et quelque chose lui fit froncer les sourcils. Drôle de regard que celui-là… La regardant s'éloigner, il pondéra un instant l'idée de la rattraper pour vérifier que ce n'était pas la victime d'un sort ou d'une créature. Son regard pourtant passa à Max lorsqu'elle eut disparut. En voyant l'équidé s'avancer de nouveau, il le suivit, curieux de la suite…. Et si c'était une âme ? Alors ce serait parfait, ça avait l'air assez grave pour que l'âme en question ait suffisamment de valeur pour qu'il veuille vraiment la récupérer. Si Max pouvait lui servir de détecteur, comme il l'avait imaginé dès le départ, et d'appât, alors c'était vraiment parfait et il n'y aurait plus qu'à circonvenir le problème dès qu'ils auraient la chose sous les yeux. Se pressant juste assez pour ne pas être distancé, il n'allait cependant pas assez vite pour passer devant la créature, préférant qu'elle serve de tampon entre sa pauvre personne humaine et la chose qui pouvait se trouver quelque part devant.

Il arrêta pourtant Max quand celui-ci voulut presser davantage. « Attend, tu ne peux pas entrer là comme ça » Regardant un moment, il se rendit vite compte que le bâtiment en question était constitué de bureaux. Seulement des bureaux ? Et de quoi ? Enfin dans tous les cas, passer par la grande porte serait certainement un peu impossible, mais il y avait peut-être une entrée de service, ou pour la manutention quelque part. Il suffisait de la trouver et de l'utiliser sans se faire voir. Brouiller les caméras ne serait pas si compliqué que ça après tout… à moins qu'il n'y ai moyen d'attérir immédiatement là-haut ? Se mettant dans un coin tranquille pour pouvoir lui parler sans risquer de passer pour un fou, il demanda : « Tu pourrais nous emmener là-haut avec tes pouvoirs ? Après tout la neige c'est comme de l'eau non ? » Ce pourrait être encore plus simple que ce qu'il avait imaginé avant : « Sinon la seule façon de fonctionner serait d'utiliser une entrée de service, mais ce sera délicat et ennuyant. Et tu devras faire très attention… voir il faudrait revenir avec plus de matériel que ça » S'il s'équipait au marché, il y avait moyen de trouver tout ce dont ils avaient besoin. Mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Les choses étaient bien assez difficile ainsi…

Sam 16 Avr - 4:31
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Max était parvenu à entraîner son ami dans son sillage. Pas moyen en revanche de savoir si ce dernier avait compris ou non que quelque chose ne tournait pas rond. L'each y avait pourtant mis du coeur ! Peut-être fallait-il continuer ainsi. Oui… Ses mots devinrent une sorte de litanie, tout juste murmurée, des "Par là, par là, des âmes, oui, des âmes" qui revenaient sans cesse, tandis que son regard se parait d'un voile faussement transcendé.

Bientôt, leurs pas empressés parvinrent non-loin de la principale porte du bâtiment. L'appel en Max poussait son engouement par-delà la raison, et c'était déjà un miracle de sa force d'esprit que de parvenir ainsi à s'empêcher de courir. L'appel… Le rejoindre, au plus vite. Une attraction sans fondement, si forte… L'each ne voyait rien d'autre, ne réfléchissait pas tant, et songeait naïvement au chemin basique de ces structures humaines: porte, ascenseur… Comme cela était présenté dans les films. Il fallut bien la voix d'Isha pour enfin retenir la monture d'Eurynome, la forcer à l'arrêt. Pas rentrer ? Mais ! Rejoindre l'appel…!
Isha était néanmoins de son côté. Même l'appel le savait. Max le suivit sans souci dans ce coin un peu plus à l'écart, malgré ses grands yeux fixés sur le haut de l'immeuble. Les paroles de son ami lui apparurent comme une sorte de parole d'entité supérieure, de grand guide omnipotent, omniprésent.

"- Oui… Oui, nous pouvons. Nous pouvons aller là-haut par la voie de l'eau, oui…"

La créature des enfers se laissait peut-être un peu emporter dans son rôle de possession. Là, elle paraissait totalement… Shootée ? Le mot adéquat aurait pu être "high". Loin, très loin au-dessus de ce monde, loin au-delà du sol et des basses préoccupations, celles qui ne concernaient pas l'Appel. Un signe de main, et Max se faisait guide d'Isha vers un coin plus camouflé encore à la vue des ignares, des proies, ceux qui devaient ignorer le Secret. Là, les ombres vinrent entourer sa frêle silhouette, durant le léger laps de temps nécessaire pour que sa forme d'origine lui revienne, épousant à la perfection son âme, lui offrant la puissance et les sens qui étaient si atrophiés chez les bipèdes. L'each s'ébroua, étira plus ou moins ses muscles comme engourdis et, prestement, fit signe à Isha de se hisser sur son dos. C'était bien parce qu'ils étaient en mission, c'était bien au nom de leur amitié, hein ! Du bout du nez, Max chercha à le pousser à se rapprocher de son dos. Allez, allez, ce n'était pas si dur de monter à cru !

Il fallut… Le temps qu'il fallut. Mais ce temps-là écoulé, Max n'eut qu'une sorte de bond à faire pour les glisser dans les confins de l'espace et des dimensions, suivant le lien, la trame que créait l'eau, avant d'atterrir sur le haut du bâtiment, le coeur battant de hâte et d'excitation comme la source de l'Appel se rapprochait, le souffle fort, et rapide.

Mer 20 Avr - 18:32
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
Après maintes et maintes tentatives de la part d'Isha pour monter à cru sur le dos de Max, les deux comparses se retrouvent sur le toit plat de l'immeuble recouvert d'une fine couche de neige. Un mur de quelques pieds de haut entoure la plateforme gravillonnée. L'endroit est désert, seule une entrée et un escalier permet de rejoindre l'étage inférieur. La vue est imprenable à qui aime rêvasser mais ce n'est pas le cas de Max qui fonce toujours tête baissée vers l'étage inférieur. Il sent que c'est là ! Tout près ! Un paradis qui se révélerait infernal très bientôt une fois dans l'antre de la bête.

L'antre n'est alors plus très loin. Les deux amis se retrouvent dans un couloir sombre. L'interrupteur ne fonctionne plus, à moins que l'ampoule ne soit grillée. Dans la pénombre, seule la lumière provenant de la porte de toit laissée ouverte permet une visibilité des environs proches. Toute évolution se fera dans l'obscurité complète si elle n'est pas remédié. Sous leurs pas, le sol est comme duveteux et collant. Disons que s'il y avait une femme de ménage payée par ces bureaux, elle ne devait pas nettoyer cet étage depuis une dizaine d'années et un régiment d'araignées y avaient sûrement élu domicile. Étrange qu'il n'y ait aucune d'elles visibles d'ailleurs, mais leurs toiles imprègnent les lieux, si bel et si bien qu'il est difficile d'imaginer qu'il existe encore des murs derrière ces épais filaments.

Au contact de ce tissage savant, Isha entend enfin l'Appel, enivrant, attirant, si plaisant. Comme la mélodie d'une sirène venant... De la troisième porte à droite ? Alors qu'à travers le mur de gauche, on peut entendre le gémissement d'une personne probablement bâillonnée.

Tour d'Isha ~

Jeu 21 Avr - 19:27
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Il n'était plus si certain de vouloir monter sur le dos d'un canasson de toute évidence bourré. C'était comme monter en voiture avec quelqu'un ayant trois grammes d'alcool dans le sang. Et si Max les envoyait il ne savait où, en enfer ou pire ? Nul part, dans une limbe ? Ce serait bien sa veine, de mourir de façon aussi stupide. Mais s'ils voulaient découvrir ce qu'il y avait en haut et peut-être récupérer un de ses âmes fugueuses, alors il allait bien falloir qu'il prenne le risque...et puis oh ! Il avait déjà côtoyé pire danger non ? Oui mais ça ne rendrait sa mort potentielle que bien plus stupide encore. Poussé du museau, il écarta son bras « Oui oui oh ! Donne moi une seconde enfin ! » Finalement, il se décida et avança prudemment pour essayer de grimper sur son dos, pas une mince affaire quand on ne savait pas monter du tout et qu'on était à cru. Il glissa la première fois, manquant s'ouvrir le crâne par terre, faillit se tromper de sens et après une bataille rude, il parvint à se tenir sur le dos de l'équidé infernal. Sans la moindre grâce certainement mais il y parvint, essayant de ne pas s'accrocher de toutes ses forces à la crinière pour éviter de tomber. L'impulsion qui leur fit traverser la fabrique du monde fut comme une apnée et il s'accrocha plutôt à son cou, serrant les dents. Lorsqu'ils réapparurent, Isha cligna des yeux, désorienté et à moitié assommé et il lui fallut une ou deux minutes pour reprendre ses esprits et glisser gauchement du dos de son comparse. Ça ce n'était pas une expérience qu'il comptait renouveler !

Se forçant à fermer les yeux et essayer de retrouver son équilibre, il faillit perdre Max des yeux alors que celui-ci reprenait déjà sa chasse. « Hey attend ! » Il pressa le pas pour le suivre jusqu'à un couloir, qu'il observait avec circonspection. Approchant prudemment une main d'un mur, il grimaça en se rendant compte qu'il est collant de toiles d'araignées. Beurk. Cet étage devait être désaffecté mais ce n'était tout de même pas hygiénique de laisser traîner tout ça. Pourtant le sujet se perdit bien vite dans son esprit alors qu'il entendait enfin ce qui droguait son Each de camarade… Il fronça les sourcils devant l'attrait produit, le sentiment d'urgence qui naissait à en trouver la source. Oui ce devait bien être une âme. Il déglutit, se force au calme. Ce n'est pas la première fois qu'une âme tenterait de l'enivrer, il fallait résister même si c'était infiniment difficile. « Ne… ne le laisse pas te monter à la tête Max, il ne faut pas que ça te contrôle » Mais lui-même avait beaucoup de mal à appliquer son propre conseil. Pour essayer de détourner un peu son attention de l'appel, il chercha son téléphone dans une de ses poches et alluma la lampe torche qui y était intégré. C'était son téléphone de chantier, plus pratique avec le marché et toutes les bizarreries qui s'y trouvaient. Tenant le faisceau de lumière pour essayer d'en voir plus du couloir et toujours en proie à ce début de fièvre magique dû à l'appel, il entendit enfin le bruit étouffé qui s'y superposait.

« Tu entends ça ? Tu sais d'où ça provient ? » ça ce n'était pas commun aux âmes ou alors c'était la première fois qu'il en voyait la réalisation. Et il n'arrivait pas à savoir exactement ce qu'était ce bruit suspect…


Ven 13 Mai - 2:19
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Max était déjà loin devant, la truffe au vent ! Rien ne l'arrêtait, hélas. La sensation gluante sous ses pieds lui parvint, sans importance. Ce qui important vraiment était cet appel enivrant qui menaçait de prendre possession de tout l'intérieur de son crâne, y compris du peu de raison qui s'y trouvait, y compris de sa conscience. Il n'y avait rien ici, que des ombres. Pas besoin de voir, juste suivre…
La voix d'Isha parvint à le retenir. S'il avait été un petit peu moins son meilleur ami, cela n'aurait sans doute pas fonctionné. Max se retourna, la mine interrogatrice. Sous forme poney, Isha aurait pu l'entendre gratter le sol d'un sabot sous l'effet de l'impatience. Sous cette forme, le bruit des baskets sur les toiles d'araignées était plus feutré. Ah, que Sarah allait être heureuse de retrouver des toiles d'araignée sur le paillasson, ce soir…!
Qu'attendait donc Isha ? C'était lui le Maître des Âmes ! Il était bien plus légitime que Max à passer devant. Face à l'inflexion étrange qu'avait pris la voix de son ami, l'each uisge comprit que ce dernier commençait enfin à ressentir l'Appel. Pas d'inquiétude, néanmoins: son ami-employeur devait être plus habitué, plus résistant. Face au conseil, Max réalisa qu'il pouvait être autre chose qu'une marionnette. Fermant les yeux, serrant les poings, la monture d'Eurynome rassembla sa volonté, et… Vit la lumière au bout du tunnel. Rouvrant les yeux, elle vit surtout la lumière du téléphone d'Isha, qui lui arracha un grognement mécontent et lui fit tourner la tête. À sa question, l'each sentit ses oreilles équines chercher à se dresser sur sa tête, à fouiller les directions autour d'eux. Au lieu de cela, ses oreilles humaines restèrent bien en plus, juste plus attentives. Totalement immobile, n'osant pas même respirer, Max se focalisait sur ce son plutôt que sur l'appel. Pourtant il continuait à l'attirer, à murmurer le bon chemin. Il fallait le suivre, le suivre...
À deux doigts de craquer, à deux doigts de s'occuper à nouveau de l'appel, Max perçut le bruit. On aurait dit une voix étouffée. Humaine… Seule.Max profita immédiatement de la force psychologique que lui offrit sa propre curiosité pour résister à l'Appel, tant que cela lui était possible.

"- Oui ! Ça vient de… Par là !"

Hop hop, au petit trot Max parcourut le couloir, sa main tapotant le mur. Lorsque ses doigts rencontrèrent ce qui ressemblait à une porte, pas une seule hésitation: ils l'ouvrirent. Il fallait se hâter, pour le bien de la santé mentale de l'each. S'il y avait eu quelque autre humain dangereux dans le coin, ne leur aurait-il pas déjà sauté dessus ? Au fond, ils n'avaient pas été discrets…
Pas d'importance ! Voyons voir ce bipède gémissant !

Lun 16 Mai - 14:13
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
Frémissement de la toile d'araignée, l'immense tissage aurait-il une vie ? C'est une sensation, une impression, qui petit à petit croit dans le cœur des deux proies amis. Tout ce qui couvre les murs n'est pas tout à fait naturel, et lorsque Max en caresse les murs à la recherche de la porte, il a même la sensation que cela fonctionne comme un système nerveux... Comme si les messages remontaient à la source.

Avec un peu de bonne volonté, les deux parviennent à se défaire de l'emprise de l'appel dans un semblant de lucidité. La porte sur la gauche s'ouvre. Les toiles, ici aussi, recouvrent murs, sol et plafond. Le gémissement se fait plus fort. Les deux compères remarquent alors des dizaines de cocon, pendus et plafond, comme des chrysalides. L'une d'elle remue : c'est de la que vient le gémissement et à la lumière de la torche d'Isha, le visage d'un homme terrorisé se dessine, embourbé dans la toile et pendu par les pieds. Il essaie de dire quelque chose mais il est bâillonné. Les autres corps pendus ne bougent pas et pourtant... on jurerait presque qu'ils sont encore vivants.

Un petit détail intéresse les pensées voyageuses d'Isha : cette toile doit être sacrément solide pour porter de tel corps ! Il faut avouer qu'ils sont tous médicalement obèses.

Tour d'Isha Razz

Mer 18 Mai - 21:16
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Max était plus candide que lui, et en un sens c'était une très bonne chose puisqu'ainsi il prenait les risques à sa place. C'était sans doute peu amical de sa part, de l'utiliser, mais il ne fallait pas trop lui en demander. Et l'Each était assez grand pour objecter s'il le voulait, au final. Et il ne le faisait pas. Donc il pouvait continuer, en toute logique. Le laissant ouvrir la porte, il fit glisser la lumière de sa torche sur les cocons, un à un, en fronçant les sourcils. Ce n'était pas normal, pas physiquement possible, donc c'était de la magie, quelle qu'elle soit. Pendant un instant il se glaça de terreur à l'idée que ces toiles aient été faites par les habitantes de  Leng… les grandes et antiques araignées servantes des Seigneurs de l'Ailleurs. Ce serait vraiment la pire rencontre qu'il pourrait faire, à moins bien entendu de tomber directement sur les Seigneurs en question, dont plusieurs étaient en ville. Mais il se raisonna. Non, ce ne pouvait pas être elles, c'était autre chose, forcément. Même une araignée comme Arachne lui semblait plus sympathique. Gardant ses pensées pour lui, il reprit néanmoins la parole « On devrait tester les toiles. J'ai un couteau de troll, et un briquet, on peut voir ce que ça donne. Et si on ne peut pas les décoconner, on les laisse là, tant pis. On est pas venu pour jouer les sauveurs  »


Dim 29 Mai - 9:23
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
"- Waaaaah !"

Un murmure s'était échappé de l'each, dont le regard pétillait d'émerveillement devant la scène révélée par la lampe de son ami. Fabuleux. Ils étaient dans une de ces histoires que l'humain racontait si bien. Les ombres, les silhouettes qui se devinaient tout juste, la bonne odeur du glauque et de sa crasse gluante, la présence âcre de la mort qui rôdait. Jubilatoire. À ce titre, les gémissements des humains prisonniers étaient une mélodie des plus délicates aux oreilles de la monture d'Eurynome.
La suite de l'histoire allait fatalement être à la hauteur. Du sang, assurément, peut-être des mélanges mi-solides mi-liquides plus ou mois organiques ici et là, une créature aussi immonde que dangereuse… Ca allait être chouette ! Dans sa tête, Max n'était qu'impatience et excitation, enfant qui sautillait dans tous les sens pour que le futur arrive plus vite. Désirant tout vivre, il ne fut pas question de prendre des précautions. Surveiller leurs arrières, ç'aurait été se priver de la crainte d'être surpris. Il fallait jouer le jeu en entier, faire mine d'être aussi stupide que les vrais héros !

"- Oh… Oh ouais ! Vas-y, file-moi le briquet, j'ai envie d'un bon feu, là, tout de suite !"

Max crut voir l'un des humains encooconé s'inquiéter un peu d'une telle réplique. Cela lui arracha un rire bref, mais franc, plissant le coin de ses yeux et étirant ses lèvres. Sans plus attendre ni d'avoir réfléchi ni d'avoir obtenu l'aval de son ami, Max chercha à s'emparer de son briquet. Ceci fait, l'each se tourna vers ses cibles.

"- C'est l'Âme qui a fait ça, tu penses ? Ça me parait bizarre… Elle les aurait engraissés en si peu de temps ? Ou alors… Elle les a choisi ainsi. Mh. Elle sait pas s'y prendre. Les plus gras ne sont pas forcément les meilleurs…"

S'ensuivit une explication sur la façon de choisir ses proies, du bon rapport entre la fermeté de la viande, son élasticité, sa quantité, le gras qui allait avec, ainsi que des aveux quant à son appréciation des hamburgers-frites. C'est que ç'avait été salé juste ce qu'il fallait ! Ils savaient s'y prendre sur certains choses, les bipèdes. Max joua, pendant ces explications, à essayer de faire se balancer un cocon façon pendule… Avant de rapprocher le briquet de la toile.

"- …Mais, euh, Isha ? Les âmes, elles ne mangent pas les gens, normalement, non ?"

À moins qu'elle n'ait trouvé un hôte inapte à l'accueillir, et que cela ait créé un monstre ? À moins qu'elle ait un copain ici ? Ou mieux, des sbires ? Max adorait ce suspens. Cela ne l'empêcha pas de faire crisser le métal du briquet, et d'allumer la toile du malheureux qui avait gémi pour les accueillir. Il allait avoir des choses à leur raconter, pour sûr !

Lun 30 Mai - 21:46
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
Les yeux du prisonnier éveillés se font globuleux à l'approche des flammes. Il hurle et son bâillon étouffe son cri. Il est terrorisé à l'idée de devenir un cochon grillé. A la dernière seconde, il ferme les yeux crispé avant de se retrouver au sol dans un grognement sourd. Le feu s'est propagé sur la toile en une fraction de seconde. La salle entière s'est embrasée comme un enfer sur terre avant de s'éteindre tout aussi brusquement. Le combustible avait pris feu avant de disparaître et cela n'avait pas duré assez longtemps pour que l'étage s’enflamme. Une chance... Cela aurait pu tourner au brasier héraldique. Max cligne des yeux, à présent conscient de ce que son action aurait pu lui coûter, avant, probablement, de trouver cela aussi chouette que son ancienne maison. Bonne nouvelle : plus aucune toile d'araignée sur l'étage. Un ménage efficace... Qui prouve que ces choses n'avaient strictement rien de normal.

On entend le cri d'une femme, non présente dans cette pièce, mais dans celle qui appelait les deux comparses un peu plus tôt. Puis le silence retombe comme les corps un peu plus tôt pendus. Ils sont pour le moment inconscients à l'exception de celui qui a eu la peur de sa vie en voyant de briquet de Max approcher : « Vous... Vous êtes complétement malade ! » fit-il à l'attention de l'each : « Vous auriez pu me tuer ! Espèce de taré pyromane ! » L'homme tremble comme une feuille : assurément, s'il sortait vivant d'ici, il en ferait des cauchemars pendant longtemps. Il suffoque, en pleine crise de panique, l'angoisse l'étouffe. Il tâche de retrouver son calme et ses esprits. Il doit quand même sa libération à cet imbécile. Mais pour l'heure, il tombe dans les pommes.

Une porte claque et un homme arrive sur les lieux. Il regarde alternativement Max et Isha, perplexe, puis toutes ces personnes étendues au sol : « Qu-Qu'est ce qui se passe ici ? Qu'est ce que vous leur avez fait ? » Il se penche sur l'un des corps immobile pour vérifier s'ils sont en vie, inquiet par leur pâleur.

Tour d'Isha

Dim 5 Juin - 13:34
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

… Voulait-il vraiment lui laisser le briquet ? Non parce que bon, il n'était pas complètement rassuré par l'enthousiasme de Max à vouloir faire cramer quelque chose. Qu'il crame le type, ce n'était pas un problème. Qu'il le crame lui par erreur, là ça devenait plus problématique à ses yeux. C'était donc avec circonspection qu'il lui tendit l'objet avant de reculer un peu, juste au cas où. « Fait gaffe avec ça hein  » Il allait avoir du mal à expliquer un incendie au Cénacle. Ça ne le tentait absolument pas en fait. Croisant les bras, il surveilla avec grande attention l'engin dangereux qu'il avait entre les mains en pinçant les lèvres. Il l'imaginait déjà avec la crinière enflammée entrain de courir partout. Ça serait beau. « Je te crois sur parole, je ne sais pas manger les humains  » Il ne voulait pas complètement savoir même si cela l'intéressait de façon morbide. Il ne tournait pas rond parfois, ça ne le dérangeait pas vraiment mais il lui arrivait de le reconnaître. Mais s'il voulait un cours culinaire sur les humains il pouvait demander à de nombreuses créatures. A ce qu'il savait, les Each les gobait après les avoir noyé, pas vraiment ragoûtant. L'équidé devait avoir entendu ses pensées, parce qu'il commença à lui en parler, lui faisant se fendre d'un rictus blasé. « Non  » soupira-t-il à la question sur les âmes. Non les âmes ne mangeaient pas les gens, mais qui disait que ces gus étaient là pour être mangés physiquement ? C'était certes bizarre, mais pour l'instant, il fallait se concentrer sur ce qu'ils avaient à portée de main. Surtout s'il fallait les cramer. Il allait ajouter quelque chose mais le soudain vrouf et la chaleur le firent encore reculé, la barbe roussie. Mais zut enfin ! La salle entière était devenue feu pendant un bref instant. Il grommela avant de regarder alentours et en trouvant toute la zone dégagée fronça les sourcils. ah. Donc c'était bien magique. Restait à savoir exactement de quoi il s'agissait. Le cri soudain le fit sursauter et il se crispa avant de revenir dans la petite pièce, prêt à user encore de Max comme bouclier Each. Bon… cette voix là n'était vraiment pas naturelle non plus et la cramer aussi ne le ferait pas sourciller. C'était louche ! Les humains étaient tous dans les pommes quant à eux. Mais il n'eut pas le temps de réagir qu'un nouvel homme arrivait. Il venait d'où celui-là ? C'était qui ? Il avait réussit à monter comment ? Méfiant, Isha se déplaça pour souffler à Max, tout bas « Si il ne répond pas bien à mes questions, mange le  » S'avançant ensuite vers l'homme, il croisa les bras et s'adossa contre le côté de la porte, bloquant le passage. Il ne pourrait pas leur filer entre les doigts si ça se passait mal. « Et vous ? Vous êtes qui ? Qu'est-ce qui vous amène à un étage abandonné et isolé ?  »


Mer 6 Juil - 17:59
• • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
L’homme observe Isha, placé à présent entre lui et la porte. Croyait-il vraiment pouvoir l’empêcher de sortir ? Voilà qui était amusant, un humain bien courageux. S’il avait eu cette crainte, il ne serait probablement pas entré ici. Du moins était-ce qu’il avait pensé au début. Mais cela ne se passait pas vraiment comme prévu. Son regard s’arrêta sur Max et les deux comprirent rapidement ce qu’était l’autre. Leur exotisme respectif, leur aura surnaturelle : ce jeune homme-là était un Each Uisge, celui qui s’est penché sur les personnes inconscientes était un  pishtaco, un dévoreur de graisse en provenance directe du Pérou. L’homme pousse un soupir, comme s’il savait qu’il ne pourrait échapper à cette reconnaissance qui ferait de lui le coupable parfait : ces victimes en surpoids étaient un repas parfait pour une créature qui a perdu la tête. Mais il n’a pas perdu la tête, bien au contraire. « Juan Diego Prado. Je la cherche. Elle. » N’a-t-on pas entendu une femme crier un peu plus tôt ? Sans nul doute, c’est d’elle qu’il parle et il a l’air soucieux.

Son regard sur les victimes inconscientes se remplit de culpabilité et d’inquiétude à mesure qu’il comprend : ce n’est pas ces deux jeunes hommes qui ont fait du mal à ces gens étendus au sol… C’est elle. Et elle l’a fait pour lui. « J’étais sur sa trace. Il y avait du bruit et de la lumière ici... » Alors il était venu. Mais elle n’est pas là et il faut la retrouver au plus vite. Les Anciens n’allaient pas être content. « Je dois la retrouver et ensuite… On pourra appeler les secours pour ceux-là. » Son regard balaye les corps bien dodus avec une féroce envie d’aspirer leur graisse. Il se freine. C’est difficile, et il n’a pas l’habitude de se retenir, il est encore une bien jeune créature.

Tour de Max.

Sam 9 Juil - 18:14
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Un sursaut de surprise, suivi d'un grand sourire. Son coeur était tout réchauffé, tout léger, suite à ce doux rappel de sa maison originelle. Une bonne chaleur, pâle tentative d'imiter les Enfers, mais déjà meilleure que la plupart des autres tentatives de ce monde. L'each uisge affichait un sourire béat, sa main toujours sur le briquet, ses pseudo-poils humains dressés par la chair de poule. "Cooooool !" Happy Each. Comme quoi, ce n'était pas parce que l'on était un fils de la Mère que l'on ne pouvait apprécier ses quatre frères. L'envie de ré-essayer lui vint, mais… Tout avait disparu. Dommage. Max avait néanmoins fait suffisamment d'expériences à base de feu en ce bas-monde pour comprendre qu'une telle réaction ne pouvait que signifier que l'élément qui composait les toiles n'était pas dans le commun de l'Endroit.
Chose surprenante, le feu et la descente forcée avaient eu l'air de réveiller au moins une des victimes. Se tournant vers ce machin qui l'invectivait, Max ne perdit pas son sourire. Bah quoi ? Il était rigolo, avec ses bajoues qui frémissaient de terreur ! Tandis que le pauvre humain suffoquait et cherchait son souffle, l'each se marrait sans plus de retenue. Taré pyromane ! Oh ouais ! Ca c'était une idée ! C'était toujours amusant, les pyromanes, dans les histoires. Peut-être que le devenir était une idée, carrément bonne ! Le briquet fut empoché, comme un nouveau jouet. Ce n'était pas du vol, pas vraiment. Max ne songeait pas du tout à la notion de propriété, en cet instant, juste à celle d'utilité: Isha se passerait bien d'allumer sa cigarette quelques temps, ou en trouverait un autre ! Impossible en revanche pour qui se prétendait pyromane d'errer sans briquet ! C'était nécessaire à sa nouvelle fonction.

Avoir Isha derrière lui, de toutes évidence pour éviter quelque désagrément physique, ne paraissait ni inquiéter ni gêner Max. Et la possibilité de manger quelqu'un était des plus prometteuses… Si ce quelqu'un avait été humain. Plissant le nez, l'each essaya de renifler un peu mieux. Sous cette forme, ce n'était néanmoins pas l'odorat qui allait lui indiquer davantage quant à leur nouveau compagnon. C'était cette autre sens, qui lui murmurait le mot "créature" à l'oreille. C'était un instinct, la conviction que ce pâle machin face à lui aspirait la graisse des gens. Le nom lui échappait, mais quelle importance ? Un anthropophage était forcément un copain ! Il répondrait bien aux questions d'Isha, pour sûr. Et après cela, peut-être pourraient-ils tous aller au Human King, au marché des trolls, prendre un petit burger aux oreilles de bipèdes, bien trempé dans leur graisse !

Enfin, non. Avant, ils avaient une âme à récupérer. Est-ce que ça pouvait être cette "elle" dont parlait leur nouveau camarade ? Vaguement, l'each opina à ses dires, en réfléchissant. Si-si, c'était possible ! Habituellement, les raisons de le faire manquaient juste. À la dernière proposition du pishtaco, Max observa lesdits corps, étalés à terre. "Appeler les secours ? Beuh. Ils ont l'air en pleine forme, ce ne sera pas nécessaire !" Et hop, l'instant suivant, l'each avait bondit aux côtés du pishtaco, avait passé son bras autour du sien, et l'entrainait dans le couloir. "Allons donc la chercher, camarade ! Je suis sûr que notre but est commun ! Voyez-vous, on a perdu une âme, et elle est dans le coin !" Il ne pouvait en être autrement. Cet appel, qui l'avait… Oh, tiens, plus d'appel. tant pis.L'âme ne pouvait être loin, elle devait juste être un peu timide. "Vous êtes le premier aspirateur à graisse que je rencontre ! J'ai déjà entendu parler des vôtres, mais seulement dans les histoires ! Tirez un peu la langue, pour voir ?" Un coup d'oeil en arrière. Ah, oui, Isha… Sans reconnaissance, ce devait être plus compliqué pour lui de comprendre. "Eh, Isha ! Le monsieur il aspire la graisse des humains, c'est trop bien !" L'enthousiasme de la découverte débordait par tous les pores de la peau de Max. Mieux valait que ce soit ça que du sébum. Se tournant à nouveau vers Juan Diego, Max lui demanda, un peu plus sérieusement, tout en se dirigeant par instinct plus que par réflexion vers la précédente origine des cris féminins: "Mais en fait, pourquoi vous cherche-t-elle ?"

Sam 9 Juil - 20:00
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Ah, ce n'était donc pas un humain. Est-ce que c'était important ? Pas vraiment au final, s'il l'emmerdait, il suffirait de le tuer autrement qu'en laissant Max le manger. Fronçant les sourcils, il l'observa d'un regard acéré… Ne bougeant toujours pas, il empêcha les deux créatures de sortir. Non, ils n'en avaient pas vraiment finit ici et ses réponses ne lui convenaient pas. C'était trop sibyllin à son goût et Max faisait trop facilement confiance aux autres sous prétexte qu'ils étaient anthropophages. Se calant davantage, il répondit alors avec calme mais sans amabilité débordante : « Qui est 'Elle' surtout  » Sourcil s'arquant, expectatif « Tu peux nous expliquer ? Et tant qu'à faire, tu peux aussi nous dire comment tu es arrivé jusque là. Dans le genre, plus complet que 'j'ai vu de la lumière je me suis pointé', parce qu'au cas où tu n'as pas remarqué, on est dans un bâtiment humain, des bureaux et que grimper la façade par le nord c'est pas forcément très simple. Ça m'intéresse, vraiment, je pourrais faire pareil la prochaine fois  » Incisif et méfiant ? Hey oh, il était trafiquant d'âmes, normal ! S'il avait basé sa survie sur la confiance en autrui il serait remort depuis longtemps déjà, ou tentaculé. Une âme laissée libre comme ça, après traitement, c'était dangereux, et il n'avait pas l'intention de croire une créature sortie de nul part sans avoir de très très bonnes raisons. Ou de très très bonnes explications de sa part. Croisant les jambes, il eut un petit sourire et indiqua du menton les corps des humains. « Je t'en prie… En fait je vous en prie, tous les deux. Après tout, on discute non ? Autant le faire en grignotant un peu, façon salon de thé. Ça adoucit les mœurs il paraît. Pourquoi vous priver ?  » La lueur dans les yeux de la créature ? Il la reconnaissait maintenant, la faim… la même que celle des drogués qui venaient le voir. Et de toute façon, les humains avaient vu des choses pas nettes, mieux valait qu'ils disparaissent. Qu'ils meurent ne lui faisait ni chaud ni froid, des victimes utiles et rien de plus. Ça arrivait tout le temps au final. « Et puis quand vous aurez tous les deux mangé, tu pourras m'expliquer un peu plus clairement ton problème… peut-être même que l'on pourra effectivement t'aider, comme le proposait Max  » Ou, sinon, il pourrait toujours essayer de l'enfermer là. L'idée de se battre contre une créature ne lui plaisait pas trop, mieux valait les avoir par la ruse, mais bon, après tout il avait commencé à parler, pourquoi ne le ferait-il pas une fois de plus ? Mais avec une âme en liberté, il ne prenait pour sa part aucun risque…

Jeu 14 Juil - 21:47
• • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
Trop d’amour, d’un coup, d’un seul. Le Pishtaco cligna des yeux, béat, sans comprendre ce qui lui valait le brusque élan d’affection en provenance de l’Each Uisge. Vainement, il essaya de réfréner l’animal à coup de « N-non, je ne crois pas qu’ils soient en pleine forme. » ou de : « A-aspirateur à graisse ? M-ma langue ? » Enfin, qu’était-ce donc que cette familiarité ! Il ne montrait pas souvent sa langue, elle était précieuse, il suffisait qu’on la lui tranche pour qu’il dépérisse tôt ou tard, incapable de pouvoir se nourrir autrement. Il y faisait terriblement attention, comme d’un organe vital. Il se ressaisit, rassembla ses esprits, chassa la perturbation de son esprit alors qu’il s’était relevé, un poney greffé à son bras. Son regard ahuri vint se poser sur Isha. Entre lui et le poney c’était le feu et la glace, passant d’un extrême à l’autre, entre l’amour débordant et la suspicion exacerbée. « Les escaliers. » répondit-il simplement, sans comprendre pourquoi on lui posait cette question. C’était bien connu que pour monter en haut d’une tour de bureaux, il fallait prendre les escaliers… Ou l’ascenseur s’il y en avait un. Faufilé derrière une personne munie d’un badge, il était entré. Il y avait tant de monde dans ce bâtiment et personne ne connaissait les visages de tout le monde, d’autant plus que Juan Diego avait taché de se montrer parfaitement à l’aise pour ne pas paraître suspect. « Ça appelait, je suppose que c’est pour cela que vous êtes ici aussi ? » demanda-t-il, pas certain. Ça avait parlé d’âme, non ? Cela expliquerait-il le comportement étrange de la fille de son maître ?

Il regarda les corps qu’on l’invita à déguster, avec une envie palpable, mais il détourna sa vue. Cet homme, cet Isha, ferait un bon vendeur de drogue assurément. Il savait être le serpent tentateur de l’arbre du Paradis Perdu. « Je… Non… Je ne dois pas. Mon maître ne serait pas satisfait. » bredouilla-t-il, tâchant d’ôter l’appétit de son ventre à la vue de ces délicieux amas de graisse. S’il en prenait juste un tout petit bout… Rien qu’un tout petit… « Je dois retrouver sa fille, elle n’était pas… Dans un état normal. Je… Crois que je lui fais peur. » Triste constat et pourtant vrai. Il était un monstre, une créature anthropophage aux yeux des mortels qui pouvaient constituer sa nourriture. « Et je… Je suppose qu’ils étaient pour moi… » Ces victimes, ces personnes étendues sur le sol. Immobiles. Peut-elle les avait-elle pris pour de bons steaks qu’on donne aux lions pour que ces animaux restent tranquilles dans leur cage et ne dévorent pas leur dresseur.

Tour de qui vous voulez Razz


Dim 17 Juil - 20:38
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Les escaliers, bravo captain obvious… Une seconde… à moins qu'il n'ait prit son sarcasme pour du sérieux au sujet de la façade nord ? Zut, il ne pensait pas être aussi bon à ce jeu-là, mais la réalisation le blasait jusqu'en Antarctique et même au-delà. « Ouai… ça je m'en doutais un peu en fait… mais ça n'explique pas qu'on t'ai laissé monter ça. A moins qu'il n'y ait une issue de secoure qui ne passe pas à l'intérieur des bureaux ? » Les humains étaient plutôt protecteurs de leurs lieux de travail, sans compter les caméras de sécurité et fichiers du personnel. Mais bon, il n'allait pas s'arrêter à ça, surtout qu'il y avait moyen de transformer la menace de la créature en outil pour son compte. Et c'était bien ce qu'il s'amusait à essayer de faire. Oui, il avait sans doute était mené là par l'âme… à croire que pour une fois, ça lui servirait, qu'une âme se soit échappée. Ce n'était vraiment pas souvent. La créature se contrôlait à grand peine et ça se voyait, et les faiblesses de ce genre-là était aisément exploitable. « Ton maître n'en saurait rien tu sais, entre toi et Max ici présent, le ménage serait vite fait et tu n'aurais qu'à nous blâmer » Une issue, une couverture et même un bouc émissaire, que lui fallait-il de plus pour céder à la tentation ? « Tu sais, je suis étonné… une créature comme toi pourrait se faire une place extra dans la société actuelle… avec tous ces obèses, tu n'aurais qu'à t'intituler chirurgien plastique avec la liposuccion pour spécialité, trouver quelqu'un pour s'occuper d'effacer les traces sur le corps et maintenir l'humain en vie, et hop, tu mange à l'oeil et tu te fais un max de fric en même temps. Sérieux, tu es une mine d'or, c'est tellement dommage de gâcher ton potentiel d'adaptation en t'empêchant simplement de manger… aller contre la nature d'une créature comme ça, aveuglément, ce n'est jamais la bonne solution » Il secoua légèrement la tête, docte, et lui fit un sourire confiant. « Tu sais quoi ? On va t'aider à retrouver la fille de ton… enfin, maître est un mot bien flatteur pour ce qu'il te fait… de ton maître, moi je suis un humain, alors je lui ferais sans doute moins peur que toi. Tu devrais nous en dire plus sur elle et sur ton 'maître' et on se chargera d'elle… toi tu devrais rester et profiter de ton repas. Tu l'as bien mérité… et puis si c'est l'âme qui a trouvé ces humains, tu devrais les manger. Les âmes sont tristes tu sais, elles n'ont pas beaucoup de joie dans leurs existences, je pense que tu lui ferais plaisir si tu acceptais son cadeau... » Sans compter qu'ainsi, il serait peut-être en partie possible de garder l'illusion que l'âme n'était pas réellement menacée. Comme ça, tout le monde s'avérait gagnant, autant la créature que lui, et probablement Max. D'ailleurs, en parlant du poney… « Max ? Ça te dit une chasse au trésor ? On pourrait retrouver la fille et l'âme en même temps, ce serait amusant non ? Et toi aussi tu pourrais grignoter un peu. Ça doit creuser toutes ces émotions, non ? Tu ne sentirais pas la fille par hasard ? » Après tout, il avait un meilleur odorat que lui. Se faisant, il ouvrit de nouveau la porte devant lui, pour bien montrer qu'il ne plaisantait pas sur ses intentions. Mais bien sûr qu'il était un allié, pourquoi diantre serait-il autre chose qu'un allié… hein ? Il était l'innocence même.

Mar 2 Aoû - 12:22
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Isha ne semblait pas aussi enthousiaste que lui à l'idée d'un nouveau copain. Pourtant le pishtaco avait l'air vachement sympa ! Le genre de mecs avec qui il était possible de faire des concours de gobage de mouches de façon vachement intéressante ! Mais Mx ne se souvenait plus si Isha appréciait ou non ce jeu. Dommage. Il faudrait le lui demander, à une prochain occasion. Peut-être après le prochain passage d'un énième client malodorant ?
La surprise de l'each se lisait sur son visage, tandis que son regard ambré se fixait sur son ami, perplexe. Tant de questions, presque inquisitrices… Il y avait sans doute une raison à cela. Max peinait encore à comprendre, tout en devinant qu'un jour il faudrait imiter son ami. Puis, soudain, ces caresses dans le sens du poil, quand le pishtaco donnait l'impression de faiblir. Max connaissait suffisamment Isha pour se douter que cette attitude trahissait un souhait, une manigance. Pas un mot, pas un geste louche alors: l'each connaissait le protocole. Continuer d'agir normalement. Ne pas dire, par exemple, qu'après le repas bien gras et bien bourratif de ce midi, même sa forme équine peinerait à faire le ménage complet de la pièce. Paraitre approbateur si le pishtaco le questionnait du regard. Ne pas proposer d'idée supplémentaire -pas encore.

Mais dès qu'il fut question de son nom, les oreilles de l'each parurent se dresser sur sa tête. Si bien conditionné à porter son attention sur la voix qui émettait ce simple son… Si bien conditionné à écouter lorsque la voix avait pour habitude de promettre moult intéressantes péripéties ! Grande était la confiance de la monture d'Eurynome et, que cette chasse ou trésor soit véritable ou non, sa conviction était celle du moment des plus amusants qu'ils allaient pouvoir passer.
Pour Isha, l'each se fit donc affamé. Un sourire carnassier passa sur ses lèvres et, avant que le pishtaco puisse avoir l'impression d'avoir le choix, les ombres l'entouraient, pour lui rendre sa forme originelle, équine, svelte monture à la robe gris pâle et aux crins sombres. Renifflage d'air. Renifflage de sol. Alors, Isha s'était-il trouvé un guide ?

Mar 9 Aoû - 21:57
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
La créature d’Amérique latine fixa longuement l’humain, s’apprêtant à répondre à sa première question, mais il fut coupé par ce discours tentateur, si bien tourné, si bien apporté, qu’il sentait sa conviction et sa volonté fondre comme neige au soleil. Son cœur se serrait aussi fort qu’il était un fervent affidé et son regard sombre s’orienta sur ceux qui pouvaient être son repas. Et si personne ne savait… Si personne ne retrouvait les corps ? Si l’each uisge les mangeait ? Il déglutit difficilement, se tendit avant de reposer son regard sur Isha. Il avait ouvert les lèvres pour argumenter mais rien ne sortit et il referma la bouche pour ne pas avoir l’air d’un poisson hors de l’eau trop longtemps. « Vous croyez que ça pourrait la calmer ? » demanda-t-il, visiblement peiné. Peut-être que s’il était rassasié, la fille de son maître serait plus apte à obtempérer, à ne pas le craindre. Peut-être que si c’était les deux qui allaient la chercher, et non lui, elle aurait moins peur. Sa volonté s’effritait… Son maître n’allait pas être content…

Juan Diego s’approcha des corps. La moitié d’entre eux respiraient faiblement et les autres… Avaient l’air morts, leurs nuques semblaient avoir été brisées dans la chute, lorsque le cocon avait brûlé. « Elle s’appelle Kwanita. Kwanita Ayita. Elle a 14 ans, elle est venue avec mon maître en Angleterre, suite à l’évasion du Réanimateur. Elle voulait voir à quoi ressemblait le siège du Cénacle, les jeunes de la tribu sont aussi curieux les uns que les autres. Mais ce matin, elle avait un comportement étrange, elle était sur la défensive. Elle produisait des fils de soie, elle ne fait ça que lorsqu’elle se sens en danger, après un cauchemar par exemple. Par que son totem est la mygale. » Il essayait de parler pour oublier les corps si plein de gras qui semblaient l’appeler. Il n’était pas nécrophage, ceux qui l’intéressaient étaient ceux qui respiraient encore faiblement. Il posa un genou à terre, souleva l’un des T-shirts couvrant un ventre bedonnant. Il tremblait d’envie, luttait vainement, ses yeux étaient comme hypnotisés par la graisse si abondante. N’y tenant plus, il ouvrit la bouche pour laisser s’échapper une langue qui avait d’avantage l’air d’un tube, d’un boyau veinuré donc l’extrémité alla se ventouser à la peau de sa victime, perçant au travers pour aspirer ce qu’il désirait tant. La suite fut un moment d’extase où rien n’existait plus vraiment. Il avait faim… Tellement faim…

-------

La pièce où se trouve Kwanita est terriblement sombre. Son cœur gronde encore. Elle n’arrive pas à se calmer. Elle n’arrive pas à taire la bête en elle. De ses mains coulent des fils de soie et si ses précédentes toiles ont été brûlées, la pièce est de nouveau remplie de ses fins filaments si brillamment exécutés comme autant de pièges. Elle sait qu’il vont venir. Elle sait qu’elle va devoir fuir. Il ne la laisseront jamais en paix… Jamais… Cela fait tant d’années qu’on ne l’a jamais laissé en paix… Elle pourrait les tuer, mais son hôte le refuse. Elle pourrait les détruire mais son hôte est trop douce… Trop ancrée dans ses croyances. On ne tue ce qu’on ne mange. On rend à la Terre cet honneur.

Tour d’Isha

Dim 21 Aoû - 13:29
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Ah, enfin ! Tout de même, il avait faillit douter de sa capacité à convaincre à la consommation là… Mais non, il était sauvé et sa réputation avec lui. Et maintenant, il fallait trouver la fille. Qu'est-ce qu'une gamine était venue faire ici, aucune idée, mais de toute façon ça ne l'intéressait pas tant que ça, puisqu'avec de la chance, c'était uniquement le fait de l'âme et pas d'un trouble d'adolescente. Flattant l'encolure de Max, il le laissa passer devant, attendant que son odorat les guides. En approchant de la pièce, il fronça les sourcils, et se tendit immédiatement, quelque chose venant lui hérisser les poils. Posant une main sur la crinière alguée de l'Each pour l'empêcher de se précipiter, il observa les alentours. Instinctivement, il préférait faire de la lumière, c'était moins dangereux, mais il risquait de faire mal à la chose et de la rendre plus furieuse encore. « Mademoiselle Ayita ? » D'après ce qu'il savait, cette famille n'aimait pas trop les anglais, et leurs pouvoirs magiques étaient liés à leurs totems… à part tisser des fils, que pouvait-elle faire ? Quelle sorte de discipline avait-elle reçu ? Pouvait-il la convaincre d'expulser l'âme par sa volonté ? Ce serait sans doute difficile pour une gosse… « Mademoiselle, je suis là pour vous aider » Il glisse une main dans l'une de ses poches pour serrer le seul outil-réceptacle qu'il a prit et qui puisse contenir une âme assez forte pour venir parasiter comme ça la magie d'un sorcier du Concordat. Celle-là, il ne l'avait vraiment pas vu venir et il était dépité… S'il fallait extraire l'âme de force, ce serait atrocement douloureux et difficile. Surtout avec une fille aussi jeune. En plus, s'il lui causait des lésions définitives, ça allait lui retomber dessus, cons comme ils étaient dans le Concordat. Enfin… bon. Pressant davantage sa main contre l'Each, il souffla « Fait attention hein ? » Puis, dans la pièce, plus haut « Mademoiselle, nous allons utiliser un peu de lumière pour y voir plus clair et entrer, d'accord ? Nous ne vous voulons aucun mal. Je sais que vous devez vous sentir extrêmement oppressée et probablement en colère, ou effrayée, c'est normal, cela ne vient pas de nous mais de ce que vous avez probablement en vous… Nous voulons vous en délivrer. Alors laissez-nous vous rejoindre, d'accord ? » Il s'arrêta de nouveau, refusant d'entrer avant d'avoir une réaction de sa part. L'âme allait probablement le reconnaître si elle était vraiment là, ou alors réagir parce qu'il parlait de la séparer de la fille, dans un cas comme dans l'autre, si elle lui sautait dessus, il avait une petite chance de la renvoyer directement dans son réceptacle d'origine et se promettait déjà de la reconditionner de façon drastique. Hors de question qu'elle cause plus de problème après ça, et tant pis s'il perdait un peu d'argent dessus, ce serait sans doute toujours mieux que de perdre carrément un membre du Concordat à cause d'elle. Caressant l'échine de l'équidé, il se rapprocha sensiblement de lui « Ne te retransforme pas » S'il fallait fuir rapidement, il serait plus utile avec quatre pattes que deux jambes. Surtout que lui-même n'était pas un excellent coureur… Ses doigts jouaient avec l'objet, d'une main, et il reprit sa lampe de l'autre. Bon alors… qu'est-ce qui allait se passer maintenant ? D'ailleurs, la fille ressemblait à quoi ? Il n'osait pas demander à Max s'il pensait que l'âme l'avait fait muter comme dans les vieux films d'horreur bizarres de série Z.

Dim 21 Aoû - 14:29
• • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
A la lumière d’Isha se dessine une amérindienne. Longue chevelure noire et lisse, peau brunie. Ses yeux sont d’un brun ténébreux et perçant où une lueur blanche semble s’exposer et exploser à cet être qu’elle connaît. Sa pupille donne l’impression de se rétracter, comme un animal à l’affût, terrorisé et traqué. Elle porte une robe rouge, de bonne facture, mais froissée par ses pérégrinations de la journée. « Non ! » fait-elle, voix tremblante mais ferme pour autant. « Pas approcher.. Pas... » De toutes évidences, l’anglais n’est pas son fort. Elle se fustige de ne pas avoir plus appris, de s’en être désintéressée. C’est la langue des visages pâles, la langue de ces anglais qui ont jadis envahi leurs terres, volé ce qui leur était précieux, écrasé son peuple sans la moindre douceur pour les conformer. « Pas contrôler… » tente-t-elle de faire comprendre. Son pouvoir déborde et elle ne parvient pas à tenir son sang froid. Pourtant, elle ne veut leur faire du mal, les blesser. Rien de tout cela. Elle lève lentement ses mains délicate à la lumière d’où coule ces filaments de soie qu’elle tisse contre son gré.

Ça s’agite en elle, ça hurle, ça l’ébranle à l’approche de ce bourreau des âmes et de son fier destrier. Monstres ! Ce sont des monstres ! Ils doivent payer, payer ! Kwanita se dresse, debout : « Partez ! » a-t-elle le temps de les prévenir avant que ça ne donne l’impression d’une bombe. Les fils de sa toile se font plus épais, plus denses, plus violents, tendent d’attraper les deux compagnons. Max, mis en alerte par Isha puis par la sorcière a eu le temps de prendre dans sa bouche équine les vêtements d’Isha pour l’embarquer dans une beau galop, dans le couloir. La réincarnation a des allures d’un lionceau porté dans la gueule de sa mère. La fuite est in extrémiste : seul l’un des cuisseaux postérieurs du cheval est pris au piège dans l’épaisse toile construite en un rien de temps. Ainsi la jambe en arrière, la monture ne peut plus avancer. Il va falloir se libérer… Ce d’autant plus que l’amérindienne a pris la forme d’une mygale surdimensionnée… Un étrange souvenir des merveilles de Leng.

Tour de Max

Dim 21 Aoû - 17:10
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
L'each avait tourné son encolure vers le pishtaco, quand ce dernier se décida enfin à aller se nourrir. La fascination pétilla dans ses pupilles rectangulaires. Enfin la langue était visible ! Et quelle langue, ohlala ! C'était peu commun, ces palpitations qui témoignaient de l'aspiration, ce petit bruit de succion... Fatalement, cela donnait envie d'essayer ! Surtout au vu du bonheur qui iradiait du pishtaco. Il fallut Isha pour remettre Max sur le droit chemin, celui qui menait à leur proie première. Celles-là, elles seraient un festin futur... Et Max se jurait d'essayer d'imiter le pishtaco, juste pour voir. Sous forme humaine, l'each aurait sans doute fait savoir à son ami combien ce Juan était un chic type, un bon pote.

Son odorat les guida. Le nez en avant, Max reniflait, à la recherche de chaleur quelconque, d'intruse dans les airs. Il y avait une odeur humaine, qui n'était pas celle de leur copain, ni des proies, ni de leur environnement. Une odeur nouvelle, femelle, humaine. Mêlée à elle, une odeur fraîche, et une plus piquante, discrète. Ce devait être la demoiselle Ayita. En parler avait donné à la créature des envies d'exploration. L'amérique latine, l'amérique centrale... Jamais encore ses sabots n'avaient foulé ce sol. Les humains là-bas ne devaient point connaître et craindre les each uisges, il était temps qu'ils en reçoivent la visite ! Non ? Oh. Tant pis. En attendant, découvrir Kwanita serait un avant-goût, pour le jour où le maître voudrait voyager en ces terres curieuses.

Immobile, droit sur ses quatres sabots, son oreille collée à la porte, Max laissa Isha approcher la jeune femme en paroles, faisant confiance en ses compétences et son aura plus encore qu'envers les siennes. De plus, sa forme actuelle lui convenait très bien, s'il était possible de la garder... Comme Isha, l'idée de la fuite lui passa également par la tête. Mais ce ne serait pas nécessaire, n'est-ce pas ? D'autant plus que l'eau commençait à être distante.
Peu après Isha, l'each jeta un oeil au travers de la porte ouvert. Choupie, la petite non-repas. Elle avait l'odeur de la peur, une odeur très alléchante, qui faisait toujours de l'effet aux prédateurs. Et cette petite voix tremblante... Grawr ! Après avoir vu le pishtaco se nourrir, c'était un supplice que de la contempler sans pouvoir la grignoter. Heureusement qu'Isha avait pris le soin de nourrir son acolyte avant de retourner à la chasse.
Bon, par contre, ces fils qui semblent couler de ses mains... Berk. Pas bon, ça. Mais comme le disait si bien le briquet d'Isha: un petit coup de flammes, et tout est nettoyé ! C'était dommage de ne pouvoir employer la méthode maintenant, au risque d'abîmer la petite. C'aurait été bien pratique... Mais abîmer une sorcière du Concordat n'était pas une bonne idée. Si le Maître tolérait que Max grignotte un ou deux humains, il ne tolérerait sans doute pas un tel scandale.

Au premier mouvement de la sorcière pour se remettre debout, le coeur équin de Max s'affola, la panique et l'instinct reprirent vite le dessus. Fuir ! Fuir, et protéger ce qui doit l'être ! Sans réfléchir, ses crocs avaient attrapé Isha par la ceinture, pour l'embarquer à ses côtés, en direction de l'Eau, dans un galop affolé qui n'avait rien d'un quadrupède ordinaire.
Trop tard, néanmoins. Une vive douleur fit savoir à Max son échec, lorsque ses sabots frappèrent le sol sans avancer, pour finalement perdre l'équilibre en entrainer la monture au sol, l'étalant sur le flanc, la jambe arrière enroulée dans ce fil de soie. Par chance, Isha ne devait pas être trop amoché. L'odeur dans les environs avait changé, et une grande présence donnait l'impression de s'étaler sur l'each. Quand Max jeta un bref coup d'oeil en arrière, pour voir l'énorme mygale, il ne fallut que peu de temps à son équine réflexion pour comprendre que son corps immobilisé ne ferait pas le poids. D'un coup de museau, Isha fut écarté de l'each, d'un air de dire "fuis ou bats-toi, mais ne t'occupe pas de moi !". Ils avaient plus de chances de s'en sortir ainsi. Si Isha s'agenouillait pour libérer Max, alors ils étaient deux prisonniers. La monture tenta de rompre ses liens, à coups de crocs. Bigre, c'est qu'ils étaient élastiques ! Et collants ! Mais peut-être ne pouvaient-ils plus se re-serrer, désormais. Peut-être que...
Max reprit forme humaine, espérait que son gabarit plus fin et les liens pré-tranchés suffiraient à son salut.

Mar 23 Aoû - 15:49
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité

Tout s'était passé très vite, dans un tourbillon de mouvements et d'incompréhension, mais une incompréhension passagère car lorsqu'il fit subitement corps avec le sol, tout devint beaucoup plus clair. En se retournant pour constater les dégâts, il déglutit violemment. Arg, l'araignée… Elle lui rappelait des mauvais souvenirs, de très mauvais souvenirs. La simple vision le glaçait. Mais les choses n'étaient pas comme la dernière fois… il pouvait fuir. Pourquoi hésiter après tout ? Il suffisait de courir sans se retourner et de laisser la chose dévorer l'Each… Mais en même temps, il n'était pas aussi lâche. Surtout avec Max. Il s'était toujours rassuré en se disant qu'il prendrait les coups à sa place, mais de là à l'abandonner à la mort. Il y avait un monde. Non, il n'allait pas fuir, mais il n'avait subitement plus du tout de scrupules à blesser la gamine après ça. Hey oh, il voulait bien être gentil mais là il ne fallait pas abuser non plus ! S'il se souvenait bien, il avait vu des produits de nettoyage dans la salle des cocons, ça pourrait servir pour enflammer toute cette horreur. Il risquait de cramer un peu Max, et l'étage… mais tant pis, là il n'y avait vraiment pas le choix ! « Bouge pas, je reviens ! » Oui bon sur le coup l'ironie ne lui avait pas sauté aux yeux, il avait autre chose en tête, faisant confiance à Max pour garder l'horreur occupée pendant qu'il allait chercher ce qu'il lui fallait. Lorsqu'il déboula dans la pièce, il prit juste le temps d'attraper le bidon de plastique, de lancer un « Aucun souci je ne fais que passer ! » puis repartir en claquant la porte rapidement. Il débouchait déjà le bouchon du bidon de térébenthine avec la ferme intention d'en arroser la chose et d'y foutre le feu immédiatement. Entre mourir dévoré par une mygale géante, et devoir s'expliquer devant les membres du Concordat, il préférait les sorciers, il avait quand même une petite chance de s'en sortir, même infime. « Attention Max ! Barbecue en approche ! » Ah mais elle allait lui rendre son cheval celle-là, et elle allait sérieusement se calmer. Tant pis, il était décidé à extraire l'âme quoi qu'il se passe. Se campant sur ses positions, prêt à faire exploser l'enfer, il va chercher en lui la brillance de sa propre âme… s'il fallait en arriver là pour récupérer la fugueuse et pour sortir la gosse de là, il allait le faire. L'odeur subite lui donna la nausée mais il ne chercha pas à en voir davantage sur le moment, savoir s'il avait bien atteint la chose, atteint suffisamment… sortant un couteau, il rejoignit Max pour essayer de couper les fils qui le liait encore.

Ven 26 Aoû - 12:00
• • • • • •
avatar
Messages : 147
Points : 902
Les dents de Max se collent à la toile, il finit par en avoir dans la bouche pour en définir les saveurs : petit goût de violette et un peu de romarin. Fond de carotte également. Son expérience culinaire lui permet de se dégager légèrement puis totalement lorsqu’il vient à reprendre forme humaine. Libre de ses mouvements, il est hors de la portée des flammes d’Isha lorsque tout s’embrase. Et quelles flammes ! Meilleure encore que celles de Max. Le feu glisse le long des toiles, se propage comme sur une traînée d’huile. Les murs crament à leur tour L’incendie perdure et accroche plus facilement avec les produits ménagers. La fumée entame son rôle asphyxiant et l’araignée, touchée, pousse un cri strident. L’éclat des flammes dues aux carburant s’atténue, on y voit clair un moment. Mais ce n’est que le calme avant la tempête car cette fois, c’est le bâtiment qui est victime des flammes et menace sa stabilité et sa durabilité.

Dans l’accalmie, Kwanita a repris forme humaine. Elle est nue, sa peau a l’air d’avoir brûlé par endroit, elle est prostrée, adossée contre un mur qui lui  même commence à être dévoré. Elle a perdu une partie de ses longs cheveux noirs et lisses et est terrorisée. Juan Diego a bien entendu sa protégée hurler sa douleur et ouvre la porte sur ce qui semble être un enfer sur terre dans l’étage. La bande de malades ! Il n’aurait jamais du leur faire confiance à ces deux là. Il assène un violent coup dans la mâchoire d’Isha et bouscule Max sur son passage alors il traverse le couloir pour rejoindre Kwanita et la prendre sans ses bras. L’adolescente hurle comme si elle venait d’être kidnappée par un pédophile mais Juan Diego ne la relâche pas, cherche une sortie mais tout semble s’embraser autour de lui. Désespéré, il finit par se tourner vers les deux imbéciles. L’alarme incendie se déclenche. De toutes évidences, vu la manière dont se comportait l’incendie, les hommes cocon périraient avant l’arrivée des secours…

Tour de Max.

Ven 2 Sep - 20:28
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Someponies just want to eat humans <3
Tell me More : Chhhh. Don't talk about the secret.
PROFESSION : Monture d'Eurynome
Crédits : Michael Tintiuc
Messages : 258
Points : 756
Poney de l'Enfer
Foutus fils d'araignées qui se coupaient mal ! Ils étaient collants, gluants, et… Appétissants. Ce n'était pas de refus ! Dommage que l'each ait gardé ses doutes sur leur côté potentiellement venimeux. Dommage également qu'il ait face à lui une araignée prête à le croquer tout cru, même pas noyé ! Comprendrait-elle au moins ce principe ?
Paniquée, la pauvre monture ne put hélas approfondir ses réflexions culinaires. À force d'avoir tiré sur les fils, machouillé ces derniers, ils étaient devenus moindres, et plus flasques. Dès que ce fut réalisé, Max prit sa forme humaine, faible et maigre, pour bondir en arrière. Eh ! Cet endroit, n'était-il pas désormais assez proche de l'eau pour permettre la téléportation ? Sa métamorphose avait parue assez simple. Restait à attraper à nouveau Isha, et l'embarquer là où le danger ne menaçait plus, au moins le temps d'établir une stratégie plus robuste que leur dernière (à savoir, foncer dans le tas et improviser). Où était donc ce grand fou qui était son employeur ? Ah, ici. En train de faire tout cramer.

…Tout quoi ? Avant même d'avoir pu intégrer la suite logique de la scène qui se déroulait sous ses yeux, Max sentit à nouveau l'infernale chaleur revenir, d'un coup. Avec elle, une odeur presque oubliée, de brûlé, de fumée, venait piquer la gorge et les yeux. Après un sursaut, l'each comprit vite ce qui se passait. Mais… Isha pensait-il vraiment les laisser tous cuire sagement ici ? Le maître n'allait pas être content si son each rejoignait ainsi son royaume.
De nouveau, la panique gagna l'infernale créature, créée autant par la surprise que par la crainte de fâcher le maître. Les jolies flammes ne suffirent pas à lui rappeler suffisamment la sécurité d'une maison pour flouer son instinct, le remettre dans cette humeur qui l'aurait fait braver le danger pour une quelconque rigolade. Fuir, fuir… Et sauver cette gamine, avant que le Cénacle ne vienne en personne les étrangler ! Max eut un premier geste vers elle, vite devancé par le pishtaco, arrivé de telle sorte que l'each ne le vit avant cet instant, ignorant donc le coup porté à son ami. Que faisait-il ? Croyait-il vraiment qu'avec ses petites jambes de bipèdes, il parviendrait à les sortir tous deux d'ici ? Le doux rêveur !

Bon, personne ne semblait disposé à sauver le monde, ici ! Ni Isha, ni le pishtaco idéaliste, ni la gamine affolée. Max allait encore devoir s'occuper de tout ! Par Epona, ce n'était pas dans son contrat, ni dans ses compétences, Isha avait intérêt à lui verser une prime ! L'each recula, se retrouva plus près d'Isha.

"- Accroche-toi à moi !"

Et hop, re-forme originelle. Attrapa Isha par la ceinture, à nouveau, pour le rapprocher du duo Juan-Kwanita. Et là… Elle se jeta sur ces deux-là, les entourant de ses sabots, comme pour un gros câlin équin. C'est que, n'ayant pas deux bouches, et n'étant pas vraiment capable de transporter tout le monde sur son dos, Max ne voyait pas trop d'autres solutions. Ses antérieurs se refermèrent autour de Juan et Kwanita et, sans plus attendre, son être tout entier se projeta. Un voyage où la course se passait de muscles, où l'eau était un guide. Et leurs corps passèrent, en un instant, des flammes à la glace.
Un lieu plus sécuritaire, un lieu qui ne pouvait que protéger, où Mère, l'eau, était reine. Non-loin du lac, entre deux sortes de minuscules ruisseau, ce coin de forêt n'avait pas vu d'humain depuis bien longtemps. Les arbres et le sol étaient couverts d'une épaisse couche de neige, dans laquelle ils atterrirent. Max relâcha Isha, se leva et s'écarta du duo incongru, et… Se roula dans la neige, euphorique de l'avoir retrouvée après une telle frayeur. Qu'il était bon d'être en vie, et d'être auprès d'elle !
L'idée qu'ils puissent, encore, avoir une mission sur le feu, lui était sortie de la tête.

Sam 3 Sep - 17:35
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
L'antre de la bête | Max & Isha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU
» L'antre de la Bande dessinée
» L'antre du démon {pv Zarathos}
» (-18)( Mission de classe D ) Dans l'antre du diable...
» Un antre de paix. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: Refuges aux pensées :: Archives de RP :: Janvier - Mars 2016-