Partagez | 
 

 Une larme pour une âme | Fin Janvier

Invité
Invité
Une matinée comme une autre.
Les jours passaient et se ressemblaient, cela durait depuis longtemps. Trop longtemps. La monotonie de la vie humaine était à la fois belle et terriblement lassante. C'est dans son loft au coeur de la ville que Selene se trouvait. Dans sa salle de bain plus précisément. Lentement, sa main passa sur le miroir pour en chasser la buée alors qu'elle observa son reflet. Plutôt grande, la peau dorée et d'immenses yeux de biche d'une vive couleur bleutée. Selene avait tout pour plaire pourtant la femme arborait une expression froide, ce qu'elle voyait dans ce miroir ne lui convenait pas. Dans un soupir elle s'en détourna, s'enroulant dans un peignoir puis quitta la salle de bain tranquillement, caressant la tête du Berger suisse qui avait attendu sagement dans le couloir et murmura.

"Bonjour Pitié..."

Son dernier chien. Pitié n'était pas Cerbère mais à ses yeux sa vie était aussi importante que le fut celle de sa créature à trois têtes. Voilà donc ce qui restait de sa meute de chiens de l'enfer, un unique spécimen caché sous les traits d'un vulgaire chien. Pourtant pitié ne semblait pas souffrir de sa condition, bien au contraire, la présence de sa maitresse semblait amplement convenir à son bonheur. Rejoignant son salon, Selene se glissa dans l'espace cuisine ouvert et s'empara d'une tasse qu'elle remplit d'un café noir. C'est ainsi qu'elle l'aimait, bien corsé et sans sucre, rien de mieux pour vous mettre un coup de fouet dès le matin. Alors que la première gorgée fut bue, un vrai vacarme se fit dans la pièce et la déesse pivota lentement, arquant un sourcil pour voir d'où provenait le bruit. À son grand étonnement, c'était un homme proche de la quarantaine qui venait de faire irruption, essoufflé, presque paniqué. Visiblement le moyen utilisé pour arriver ici n'était pas très bien maitrisé. Avant même que la déesse ne prenne la parole et ne le questionne, l'homme lâcha vivement.

"J'ai besoin de votre aide. Des âmes se sont échappées un peu partout dans Last-End, je ne peux pas être partout… vous avez toujours été liée aux âmes, non ? Alors s'il vous plaît, aidez moi à les retrouver et à les apaiser. Qu'elles trouvent le repos tant qu'elles le peuvent… elles le méritent bien. Je ne sais pas combien il y en a, mais je sais que beaucoup ne vont pas écouter le Cénacle et vont tenter de se les approprier… je sais aussi qu'elles vont causer des ravages si elles entrent en contact avec des humains innocents… "

Et avant même que la femme ne puisse réponse, il disparut aussi brutalement qu'il était apparu. Pitié s'approcha doucement, émettant un léger couinement et Selene abaissa sa tasse, observant son chien.

"Demy va être ravi."

Demy, C'était Déméter, ni plus ni moins. Un petit surnom donc la déesse l'avait affublé il y avait longtemps déjà. Si Selene haïssait bien une chose dans leur nouveau mode de vie, c'était de devoir faire usage d'un faux nom, si bien qu'elle ne prononçait jamais celui des autres Dieux, les nommant tel qu'il l'avait été à leur naissance. Quoi qu'il en soit, cette chasse à l'âme promettait d'être enivrante et surtout dérangeante, pour elle évidemment. Mais seul, hors de question. Déméter était encore l'une des rares déités encore proche de Selene et une dont elle avait entièrement confiance. Sans enthousiasme, Selene se contenta de siroter son café, observant le bazar dans le salon. Et cet homme-là, qui était-il ? Son visage lui disait vaguement quelque chose... Peu importe, ce n'est pas comme si elle s'intéressait vraiment aux autres. Beaucoup la jugeaient devenue acariâtre depuis le délitement... À bien y réfléchir, ce n'était pas totalement faux.

Une heure plus tard, Selene avait stoppé sa voiture dans le quartier marchand de la ville. Mécontente, elle tira sur le frein à main avant de couper le moteur. Elle détestait la circulation, regrettait l'époque où elle pouvait apparaitre n'importe tout quand elle le désirait. Au lieu de quoi maintenant il fallait se contenter de ces horribles boites en métal polluante et la mauvaise humeur matinale des gens sur les routes. La photographe sortit de sa voiture avant d'ouvrir la portière arrière et saisit la laisse de Pitié qui sauta à son tour, remuant de la queue et émit un nouveau couinement. Sur le trottoir, tout un tas d'étalages floraux trônaient là, donnant un aspect moins terne à ce début de matinée. Cet endroit lui plaisait, simplement parce qu'il était à l'image de sa douce Déméter... Et de ce fait c'était sans aucun doute l'un de ses endroits préféreé dans la ville de Last End. Non sans surprise mais avec un agacement prodigieux, la déesse s'offusqua en voyant son chien lever la patte, prêt à arroser les pots de fleurs de son urine et força sa maitresse à siffler durement, le toisant froidement.

"Pitié! On a dit pas sur les fleurs de Demy!"

L'animal baissa les oreilles et la patte avant que Selene ne pousse la porte de la boutique de fleurs et entra. L'odeur délicate des pantes envahissait l'endroit, c'était comme un petit paradis qui changeait de la pollution à l'extérieur. Pourtant Selene ne trouva pas le temps de s'en réjouir et se contenta d'approcher, tirant sur la laisse de son chien. Quand sa cousine fut enfin en vue, Selene darda sur elle un regard calme et murmura posément.

"Bonjour Demy... Navré de faire irruption à l'improviste, j'aurais besoin de ton aide."



Jeu 17 Mar - 22:14
• • • • • •
Invité
Invité
Une journée normale, empreinte de cette routine toute humaine qu'elle avait fini par adopter, y compris à Last End. Se lever le matin et se préparer pour aller travailler, dire au revoir à ses plantes avant de sortir, retrouver celles qui y étaient et les préparer à la longue journée qui les attendaient, attendre que celle-ci se déroule relativement tranquillement et rentrer chez elle pour recommencer le lendemain. Un cycle qu'elle avait observé et appliqué de nombreuses fois sous différentes formes et qui lui plaisait, à peine dérangé par les siècles et les voyages. Aujourd'hui ne dérogeait pas à la règle, juste un matin comme les autres: elle avait vaguement suivi les infos à la télé en s'habillant, avait bu un verre de lait avec une tranche de pain beurré en regardant la lande encore plongée dans le brouillard, puis s'était coiffée avant de sourire à son reflet et de mettre son manteau. Puis le bonnet et l'écharpe, maudissant comme tous les matins depuis un mois l'hiver et le froid qui l'accompagnait.

Il restait encore une bonne demi-heure avant l'ouverture quand elle avait passé la porte du fleuriste et elle avait terminé les tâches du matin, préparant le petit magasin à l'arrivée des clients. Fredonnant la chanson qu'elle avait en tête en ce moment tout en arrangeant les fleurs dans les grands seaux, elle faisait des allers-retours entre la réserve et la boutique pendant que sa patronne "discutait" avec un fournisseur au téléphone. Vu le ton c'était une bonne chose qu'ils ne soient pas dans la même pièce. Le temps de mettre en place les étals à l'extérieur, manteau bien fermé et bonnet sur le crâne, et elle avait retrouvé la chaleur et les couleurs de la grande pièce peuplée de fleurs. Bien sûr elle n'aimait pas voir autant de plantes coupées et destinées à mourir prématurément juste pour décorer, mais au moins elle pouvait retarder un peu ça. Un peu de son pouvoir et elles tenaient, même au cœur de l'hiver. Juste quelques jours, rien par rapport à ce qu'elle pouvait faire avant, mais l'Antiquité était vraiment loin. Au moins les clients étaient contents et plus réguliers qu'à son arrivée, c'était déjà pas mal.

Le temps de tourner la petite pancarte signalant le magasin ouvert et elle était retournée à l'arrière pour préparer des bouquets. Le nez dans les lys et une nouvelle chanson sur les lèvres, elle arrangeait les fleurs en fredonnant quand elle entendit la porte s'ouvrir. Et sa patronne toujours occupée à marchander le moindre prix... S'essuyant les mains sur son tablier, elle revint dans la boutique prête à affronter le premier client de la journée, et la vue de la grande brune la fit sourire immédiatement. Sely! Même si ce n'était pas son vrai nom, la joie avec laquelle il était prononcé était réelle. Voir sa cousine lui faisait toujours plaisir, et elle savait que c'était réciproque même si l'autre déesse ne le montrait pas forcément. Elles avaient toujours été proches, y compris après le début du Délitement, mais Hécate était aussi l'une des rares à l'avoir aidée après l'enlèvement de Koré et elle lui devait beaucoup.

Besoin de son aide? Ça devait être important, pour que sa cousine vienne lui demander avec un air plus grave que d'habitude... Haussant un sourcil, elle avait fait demi-tour pour fermer la porte de la réserve. Si sa patronne décidait d'en sortir, elles seraient prévenues par l'affreux grincement du métal de la charnière. Une dernière pression pour s'assurer que la porte était bien calée et elle revint, s'accroupissant devant Pitié pour gratter l'arrière d'une de ses grandes oreilles. Hey toi! T'as encore essayé de marquer ton territoire sur mes plantes hein... Un truc de chiens, de l'enfer ou non. Fourrageant encore un peu l'épaisse fourrure de l'animal, elle se releva et sourit à sa cousine. Raconte, c'est grave à quel point? Ça a un rapport avec la "fuite de gaz" de cette nuit? Elle avait machinalement mimé les guillemets, se doutant que c'était seulement la version officielle. Une journée peut-être pas si normale finalement.

Dim 27 Mar - 17:38
• • • • • •
Invité
Invité
Parmi les déités, certaines étaient plus chanceuses que d'autres.
C'était le cas de Déméter qui avait la chance d'avoir toute une famille pour prier son nom. Quel coup de maître que d'avoir sût attiser les faveurs des sorcières de Salem en les aidant lors de la grande inquisition. Cette chance, Hécathe ne l'avait pas et malheureusement pour elle, contrairement à sa cousine, sa vie ne tenait qu'à un file et ses pouvoirs devenus presque inexistant. Pourtant elle refusait encore de s'imposer à la face du monde. Après tout son domaine c'était la magie, les mystères et les ténèbres... Sa nature même était faite pour rester discrète, mais avec le délitement, c'était aussi ce qui causait sa perte. Hécathe, si puissante et adorée, réduit à l'état de poussière. L'ironie du sort.

Face à l'enjouement de sa cousine, la déesse esquissa un vague sourire avant de s'approcher pour la ramener contre elle dans une étreindre et maternelle. Déméter était lus vielle et pourtant Hécathe n'avait cesser de se comporter avec elle comme une mère protectrice. Avec douceur, Selene caressa la blonde chevelure de sa comparse puis recula doucement pour l'observer. Elle semblait bien, toujours aussi vive et joyeuse. Il fallait bien cela au moins pour contre balancer avec la nature maussade de la photographe. Toujours dans le silence, Hécathe observa Déméter qui s'occupait de fermer sa réserve et de saluer le chien de l'enfer qui couina puis grogna avant de venir renifler les mains de la fleuriste. Il était rare de voir Pitié se laisser aller, loin d'être un chien conventionnel, Hécathe avait eu du mal à l'éduquer de sorte à ce que sa véritable nature ne prenne pas le dessus. Ici chez les humains, cela aurait forcément causer quelques soucis. Pourtant bien que le trompe l'oeil marchait à merveille, Pitié n'en restait pas moins ce qu'il était et les relations sociales n'étaient clairement pas son genre, seul sa maîtresse avait une parfait emprise sur lui. Déméter quant à elle était plus un visage familier auquel la bête s'était fait, d'où son calme face à elle. Quand sa cousine reprit la parole, ce fut pour faire mention du soit-disant accident survenu durant la nuit. Un accident dont elle-même n'avait pas eu vent. La créature arqua un sourcil et lâcha d'une voix monotone.

« Un accident ? Navré je n'ai pas eu le temps de me renseigner... A peine suis-je sortie de ma douche qu'un inconnu est apparut chez moi pour me demander de l'aide. Je n'ai pas non plus eu le temps dé répondre qu'il avait disparu. »

Et tout cela sans qu'elle n'en soit choqué ou perturbé. Y avait-il au moins quelque chose qui pouvait qui pouvait l'émerveiller ou bien lui redonner le sourire ? Avec le temps et le délitement, elle était sans doute devenue l'une des déités les plus moroses qui soit. L'air grave, Selene fixa la jolie blonde avant de souffler.

« Des âmes se sont échappé, Demy. »

Et qui disait âme disait évidemment que les gens apte à gérer cela n'était pas bien nombreux. Par chance,le peu de pouvoir qui restait à Hécathe était principalement basé sur son lien avec les esprits des morts. Qui eu cru qu'après tant de temps on puisse encore lui trouver une utilité ? Et pourtant, sans même qu'elle ne sache comment ni pourquoi, cet inconnu avait débouler dans son loft visiblement très bien informer sur la femme qu'il avait sous le nez. Peu importe qui il était, elle se promis de le trouver et de lui en toucher deux mots, mais pour le moment le duo de déesse avaient plus important à faire.

« Prends une carte de la ville et de quoi écrire, nous partons en chasse. »

Navrée pour Déméter qui devrait fermer boutique, Selene esquissa un très léger sourire en guise de pardon et de remerciement avant de quitter l'endroit. Dans la rue, elle attendit patiemment que la fleuriste la rejoigne, observant son chien qui renifler ardemment le sol. La bête de se figea et émit un grognement qui effraya un patient mais sa maîtresse ne s'en souciait guère, ce qui l'intéressait c'était la raison du comportement de son animal. Sans doute avait-il lui même sentit une âme, après tout n'était-ce pas là son rôle premier que d'aller chercher les âmes ? Celles des vivants certes, mais une âme quand même. Il n'y avait pas meilleur nez que celui des chiens de l'enfer pour mettre la main dessus.

« Demy ? Tu es prête ? Pitié a sentit quelque chose. »

Le quartier marchand devait avoir pas mal d'âme dans ses sombres recoins, c'était ce qu'ily avait de plus proche du marché des trolls. Méfiante cependant, Hécathe se doutait que ces âmes ne seraient pas aisé à trouver. Il était déjà sûr qu'elle ne pourrait les capturer en revanche, notifier leur position pour la transmettre au Cénacle restait encore la meilleur chose à faire.

Mar 29 Mar - 18:04
• • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
Une larme pour une âme | Fin Janvier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» You got a call ♥ YEEWON [PHONE RP]
» Une suite pour le documentaire « Pourquoi pas Haïti? » 10 Janvier à RDI
» Jean Claude Duvalier sera jugé pour corruption
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales ::  :: Refuges aux pensées :: Autres Archives-