Partagez | 
 

 Qu'espères-tu ?

avatar
L'étrange sous la normalité : Je suis Sécrétaire Général du Cénacle, patriarche de la famille Earl.
PROFESSION : Architecte
Crédits : Johnny Depp - Meri
Messages : 173
Points : 697
Patriarche Earl
Avoir les mains sales n'avait jamais été son souci. Combien d'êtres avaient embrassé la mort en ayant dans leurs yeux le visage de marbre du patriarche ? Des morts politiques, des ennemis, ou de simples sujets d'expériences. Ils étaient nombreux. Le Lord ne regrettait rien. Il aimait la tendre aura de la Faucheuse lorsqu'il l'appelait, lorsqu'elle venait s'emparer de ses nouveaux enfants. Il aimait ce moment délicat où la vie se rompait. Pourquoi aurait-il ressenti le moindre chagrin en regardant ses mains ? S'il avait dû déléguer ces tâches, plusieurs fois, ç'avait été principalement pour des raisons pratiques, non par souci pour la pureté de son âme.

Pour les mêmes raisons pratiques et politiques, il s'était retrouvé en ce jour à confronter le Traître. Est-ce que c'en était vraiment un ? Il s'en moquait. C'était un être inutile, soigneusement choisi pour cette qualité-là. Le Cénacle avait besoin de toutes les forces dont il disposait, face au Vatican, mais lui, cet homme-là… Il ne servait à rien. Une bouche de plus à nourrir. Et la prudence exacerbée du Seigneur de l'Envers ne faisait qu'approuver, murmurant que s'il n'était un traître, il aurait pu le devenir. La mise en scène avait été parfaite. L'accusation soigneusement menée pour que le Traître lui-même s'emmêle les pinceaux et se décrédibilise. Il avait souffert, ses cris avaient retenti dans toute cette immense pièce qui avait dû jadis servir à accueillir de généreux comités, qui se voyait désormais haut lieu de passage et de services divers. Il avait attiré l'attention. Alors le Lord avait pu expliquer et appliquer la sanction, une mort aussi basse que le Traître. Le silence s'était imposé. Il demeura même lorsque le Lord ordonna à ce que chacun retourne à ses activités.

Il désirait affermir son emprise sur l'Envers. Nikolaïs avait raison sur certains points, mais son meilleur ennemi, Pryam Earl, n'était pas prêt à le laisser guider ses pas pour autant. Howard n'allait pas tarder à prendre sa place. Il en était certain. Et il voulait lui offrir l'Envers dans les meilleures conditions possibles, pour que son règne soit à la hauteur des espérances de son père.

Ses pas empruntèrent des couloirs, au hasard. Ses bottes claquaient sur le sol de marbre. Nul ne pouvait douter de son identité. Tout en lui signait son nom. Son aura, aussi obscure que puissante, ses yeux noirs, le masque de sévérité que traçaient ses traits, son port noble et assuré, et la foule qui s'écartait devant lui, avec moult politesse, respect mêlé de craintes. Au moins la majeure partie de l'Envers avait gardé son instinct de survie.
Lord Pryam Earl empruntait des couloirs de moins en moins fréquentés. De plus en plus silencieux. Il aimait à s'assurer d'être seul. Un bref coup d'oeil à son téléphone lui indiqua qu'il disposait d'un peu de temps devant lui - fait assez rare pour être apprécié à sa pleine valeur. Il comptait bien en user pleinement, profiter enfin d'un peu de solitude loin de l'imbroglio qu'était son environnement. Fimbulvetr ? Il patienterait. D'autant plus qu'avec toute la mobilisation autour de cet hiver de trois ans, le Lord voyait difficilement comment il aurait pu en faire davantage. En revanche, il n'aurait pas craché sur un peu de musique. Elle lui manquait. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas caressé les touches délicates d'un piano ou d'un orgue. Mais nul instrument ne se cachait en ces lieux. Quand bien même il eut pu y en avoir, le fracas des artefacts implosant, de la dimension s'effondrant sur elle même, n'aurait pas eu pitié d'eux. Il était plus que temps de sortir d'ici.

De façon aussi arbitraire que sa justice, le patriarche s'arrêta au milieu du couloir, s'adossant à un mur. Là, il était bien. Le silence… C'était une merveille. La solitude était un délice. Ne rien faire était le plus coupable et fameux des plaisirs. Fermant les yeux, le Lord s'accorda un bref repos. Le temps d'un soupir. Ce fut tout. Il sentit une présence, et cessa immédiatement son manège, tous ses sens à nouveau aux aguets. Il tourna la tête vers l'origine de la présence. Il avait si peu connu de repos qu'il ne ressentit pas de peine à voir celui qu'il s'était imaginé s'envoler. C'était… Normal.
La silhouette lui disait quelque chose. Le visage aussi. Il avait déjà dû croiser cette jeune femme. Ou la voir dans un de ses dossiers, ce qui n'était pas forcément bon pour elle… Mais ce pouvait être une excellente occasion de s'en débarrasser.

"- Bonjour. Vous m'êtes familière. Puis-je avoir votre nom ?" C'était son ton habituel. Neutre. Protocolaire. Un ton auquel on ne pouvait rien reprocher: ni chaleur, ni froideur, tout juste le respect des bonnes moeurs. "Vous êtes perdue ?"

_________________

Jeu 30 Mar - 19:17
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Invité
Invité
Tout était si différent depuis ses derniers mois, depuis qu'elle avait reçu ce grimoire et qu'elle s'était découverte sorcière. Mais surtout depuis qu'elle était arrivée à Last End. Voilà quelques semaines qu'elle avait tué sans vraiment le vouloir son ex-petit ami, qu'elle était partie dans cette mystérieuse ville sans un sous en poche et qu'elle mendiait dans les rues en chantant. Et la voilà propulsée elle ne savait où, dans un lieu étrange plongé dans un hiver éternel... Elle côtoyait l'étrange depuis sa plus tendre enfance, voyant ce que de d'autres ne voyaient pas. Mais là il fallait bien admettre que c'était plus de déstabilisant, même pour elle. Elle avait fait la rencontre de cet homme étrange et intriguant, Nikolaïs, et elle en était encore plus perturbée qu'avant. Elle errait dans cette ruine de glace, ne sachant ni ce qu'elle faisait ici, ni ce qu'elle devait faire. Elle luttait de toutes ses forces contre elle-même pour ne pas succomber à la panique. Au fond elle était encore en vie et c'est ce qui importait le plus, mais pour combien de temps? Elle sentait bien que la situation était alarmante, elle voyait les gens rongeaient par la peur et l'angoisse. Alors elle s'isolait, pour fuir ces ondes négatives qui pouvaient l'emporter à tout moment. Elle restait avec ces ombres omniprésentes autour d'elle.

Elle s'était réfugiait dans un endroit un peu éloigné, assise adossait contre un mur elle faisait ce qu'elle savait faire de mieux, chanter. De sa voie cristalline, elle entonnait Defiying Gravity de Wicked, capela, n'yaant pas d'instrument et un peu remanier à sa sauce. Elle se laissa alors gagner par l'émotion de la chanson, la peur quittant peu à peu son organisme, elle se sentait pour la première fois depuis son réveil à sa place. Un sourire s'esquissa sur son visage lorsqu'elle poussa sa voix en chantant le refrain. Elle avait presque la sensation d'être dans un conte de fée tellement le décor s'y prêtait. Une princesse perdue dans des ruines enneigées. Mais avant qu'elle ne puisse finir la chanson, elle sentit une présence quelqu'un approcher. Elle arrêta aussitôt sa mélodie, les sens en alerte. Elle resta donc là, sans bouger. Elle vit la silhouette d'un homme se dessiner. Elle s'approcha doucement et compris qu'elle venait d'être repérée. Elle resta immobile, ne sachant pas comment se comporter. L'homme dégageait un charisme impressionnant, une aura puissante et lourde, un peu comme Nikolaïs mais en moins chaleureux, beaucoup plus sombre et solennelle. Il s'adressa à elle en lui demandant de décliner son identité, presque certain de l'avoir déjà vu. En même temps, à chanter dans les rues, des centaines de personnes pouvaient l'avoir déjà vu. Elle déglutie et d'une voix presque tremblante mais audible, elle lui répondit :

-Bonjour, je me nomme Olivia Twist et vous? Je suis chanteuse de rue, donc ce n'est pas impossible que vous m'ayez déjà croisé...

Elle ne savait pas si il fallait qu'elle en reste là, pas trop envie d'en dire trop sur elle à ce parfait inconnu. Puis il lui demanda si elle était perdue. Bien sur qu'elle était perdue et dans tous les sens du terme. Mais aucune échappatoire à l'horizon. Elle croisa ses bras instinctivement, non seulement pour se réchauffer, mais aussi comme réflexe de défense un peu médiocre.

-Euh oui, enfin plus ou moins, on en peut pas vraiment se perdre ici, les lieux sont cloîtrés...

Elle voulut lui demander si lui aussi c'était égaré, mais il n'avait pas l'air d'être ce genre d'homme, c'est presque comme si il faisait partie du lieux. Il avait l'air dans son élément. Que faire, le remercier et prendre congé? Non, la curiosité la piquait une fois de plus. Elle ne connaissait presque personne ici, c'était l'occasion d'en savoir toujours plus sur Last End, après tout, elle n'était pas venue ici pour rien mais à cause de la carte dans son mystérieux grimoire où était marqué "Welcome to Last End". Alors qu'ajouter de plus pour entamer le dialogue avec ce singulier personnage?

- Vous n'êtes manifestement pas le genre d'homme à s'égarer... Que faites vous ici?

Autant jouer la carte de la sincérité, en général ça paye.

Ven 31 Mar - 11:33
• • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Je suis Sécrétaire Général du Cénacle, patriarche de la famille Earl.
PROFESSION : Architecte
Crédits : Johnny Depp - Meri
Messages : 173
Points : 697
Patriarche Earl
Ah, oui, Olivia Twist ! Chanteuse de rue ! Ça lui revenait, maintenant. Si le Lord ne connaissait pas tous ses dossiers par coeur, il pouvait néanmoins se souvenir de quelques-uns avec des mots-clefs. Mais étrangement, "chanteuse de rue" n'était pas le premier ensemble de mots-clefs que lui et ses Hommes avaient utilisé pour décrire Olivia… C'était plutôt "la gamine tueuse". Celle qui avait pris grand soin de s'entourer d'indices sur l'Envers avant de procéder à son crime. Comme si le Cénacle n'avait que cela à faire ! Ils avaient réussi à garder le Secret, pas à sauver le gamin. Bah. Un moldu. Pas bien grave. Le regard avisé du cénacle avait néanmoins suivi l'enfant turbulente, par mesure de précaution.

Turbulente, et bien trop innocente. Elle ne devait pas encore s'imaginer l'étendue de l'Envers. Elle ne devait pas savoir combien il était aisé de se perdre dans des lieux clos. Ou d'y perdre la raison. Innocente, innocente créature… Au moins était-elle lucide sur un point. Pryam n'était pas du genre à s'égarer.

"- Bienvenue en ma demeure." Son regard se leva vers le plafond. Dans de nombreux halls et salles, il était ouvrage, ou magique, singeant la météo ou la scène qui plaisait au maître des lieux. D'une main, il désigna les alentours. "Vous errez dans une dimension érigée par mes ancêtres. Un chef d'oeuvre de magie et d'architecture, voué à la protection du Secret." Sa main revint à lui, il s'assombrit. Autant que cela était possible pour quelqu'un qui faisait des ombres des mortels sa deuxième peau. "Vous n'aurez néanmoins pas à prendre la peine d'acquérir la notion de Secret. Il a éclaté, il y a quelques jours. Le Cénacle n'est désormais plus voué qu'à la régence de l'Envers et la protection de ceux qui le composent." Qu'ils le veuillent ou non, et par les moyens nécessaires. Comme cela avait toujours été le cas. Ceux qui soufflaient tout bas le mot tyrannie étaient des fous, des utopistes, et des aveugles. Espéraient-ils seulement survivre dans un monde où le pouvoir était aussi fragile, variable, et divisé que celui de l'Endroit ? Que le Secret tombe, le Lord pouvait y survivre. Que l'emprise des siens sur l'Envers se fane, et il ne serait point le seul à ne pouvoir y survivre.

Avait-elle entendu au moins murmurer son nom ? Celui du patriarche, de l'Ennemi des anti-secret lors du 31 Mars, du Seigneur de l'Envers ? Devinerait-elle qu'il l'avait donné entre ses mots ? Qu'ainsi, il n'avait pas à justifier davantage de sa présence, où que ce soit au sein du Cénacle. En revanche, qu'elle avança une mauvaise justification à sa propre présence, et sa fragile existence pouvait se voir soufflée à la manière des bougies. Et le Lord n'avait plus même besoin de mot ou de geste pour éteindre les bougies par la magie.

Néanmoins… Ce n'était pas son but, pour l'heure. Il avait tué l'instant d'avant, ses envies de sang étaient rassasiées. Et cette enfant pouvait être utile. Une apprentie sorcière, capable d'assassinat, et de musique… Oui, assurément. Elle avait des cartes en main pour rester vivante. La meilleure carte était l'humeur relativement stable et miséricordieuse de Pryam en l'instant. Ce n'était peut-être pas perceptible pour une jeune femme nouvellement arrivée au sein de l'Envers, qui le découvrait pour la première fois, ceci dit.

"- J'espère que vous ne découvrirez pas trop tôt combien il est aisé de se perdre pour les membres de l'Envers. Avez-vous eu le temps de prendre vos marques, ici ? Approcher l'étendue des possibilités nouvelles ?" Pryam n'avait jamais su être fondamentalement bienveillant, y compris envers sa famille. Ce n'était pour lui qu'un protocole de conversation qui permettait d'amener des terrains plus intéressants. Son regard entièrement noir s'appuya sur Olivia lorsqu'il ajouta à sa question: "…L'étendue de vos propres capacités ?" Elle était sorcière. Ca se sentait ça se savait. Elle ne pouvait le cacher aux autres, mais se l'était-elle caché à elle-même ? Ou s'était-elle empressé de se jeter vers ses pouvoirs, et sa véritable nature, puisque l'occasion en était donnée ?
Avait-elle approché d'autres sorciers que lui ?

_________________

Sam 1 Avr - 14:38
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
Qu'espères-tu ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô grand méchant loup, n'espères pas me manger. [PV Somy' ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales :: 
 :: Le Siège Du Cénacle
-