Partagez | 
 

 Once upon a nightmare | Meade

avatar
L'étrange sous la normalité : Exorciste, je suis la main de Dieu : je porte la Marque de la Miséricorde.
Tell me More : Pupille de l'Archange Gabriel
PROFESSION : Infirmière
Crédits : Olga Krutko
Messages : 101
Points : 752
12 avril 2016

Laisser ses enfants et son mari en arrière était probablement la chose la plus sûre que Mary ait faite… Mais aussi la plus douloureuse. Si son conjoint avait désiré se battre avec elle, force était de constater que leurs enfants ne devaient être abandonnés. Aussi était-il resté au Vatican et elle, elle était revenue sur ces terres à présent gelées. La ville avait des allures d’apocalypse hivernal. Seul le vent glacé faisait frisonner les échines et sifflait entre les ruines. Il n’y avait plus d’âme qui vive maintenant et ceux qui avaient fui ou s’étaient cachés avaient été recueillis par la section Iscariote. Là, sous le dôme, bulle de sûreté créée par l’Autorité pour leur servir de repère, quelques humains se tournaient, désespérés vers leur guide aux longs cheveux d’argent. Les mines étaient sombres, les expressions abattues dans ce reliquat d’humanité à Last End. Ils avaient perdu enfants, parents, amis, conjoints. Ceux qui se retrouvaient était rares et il y avait tant d’âmes en peine. Les cris et les larmes avaient laissé place à un silence religieux, celui d’une douleur qui accablait et retombait. Sa main reposait sur l’épaule d’une amie retrouvée, le cœur serré, elle l’accompagnait. Elle n’avait que cela à faire pour l’heure : panser les plaies d’un peuple meurtri par l’Envers… Qui se relèverait dans la Lumière pour éradiquer le peuple de l’Ombre pour que jamais plus il n’y ait un tel massacre des leurs. Cette fois, l’Envers avait été trop loin. Bien trop.

Mary avait passé beaucoup de temps le nez penché sur l’ouvrage qu’Antius lui avait confié, peinant encore à réaliser le poids qui pesait sur ses épaules… Et sur ses racines. Les écrits de Salomon étaient d’une splendeur inégalée et même l’enseignement de l’Archange Gabriel n’avait jamais pu lui ouvrir les yeux sur tant de Lumières, par delà les Ténèbres que propageait l’Envers et qui noyait leur monde de vices destructeurs. Antius lui avait déconseillé de mettre les pieds au Marché des Trolls, car le choc lui être accablant. Mary était cependant persuadé qu’il savait parfaitement qu’elle s’y présenterait, au moins retrouver l’Ange qui l’avait parrainé jusqu’alors et qui se trouvait en mauvaise posture. Une part d’elle espérait retrouver alors Johan au Marché des Trolls et l’Autorité l’avait laissée agir. Avoir un but en ce lieu putride aidait à avancer malgré l’horreur et les aberrations à l’encontre de l’humanité. Mettre un pas devant l’autre quand les siens servaient d’esclaves à la Magie, d’ingrédients pour des potions, des incantations et encore tout bonnement de repas. Combien de membres humains recouvraient les étalages, présentés comme des morceaux de bœuf dans un supermarché. Son cœur se soulevait, mais elle tenait bon.

La section Iscariote venait ici glaner des informations. Il n’était pas question d’attaquer en ce lieu, les autres étaient bien trop nombreux… Mais le désir d’un dératisation chatouillait bien des chasseurs et des exorcistes. Pour autant, les morts donnaient moins d’informations que les vivants sur l’actualité. Il fallait s’accommoder de ces monstres pour l’heure. Enfouie sous une lourde cape sombre, Mary s’était détachée du groupe pour visiter allées et contre-allées, son amour envers son père spirituel comme radar à ange. Par moment, elle s’exerçait cherchant à voir au-delà de l’apparence humaine que revêtaient certaines créatures pour camoufler des démons et autres horreurs qui formaient leur vrai visage. Il lui arrivait de sursauter devant la laideur soudaine qui lui faisait face. Elle serrait le livre de Salomon tout contre elle, crispée, baissait la tête et reprenait vivement son chemin. Dans certaines ruelles, il n’y avait presque personnes. Rien de plus que quelques êtres égarés ou ayant élu refuge en ce coin reculé. L’exorciste s’adossait à un mur, ferma les yeux et poussa un soupir. Elle laissait la pression redescendre. Du temps où elle chassait, les autres étaient peu nombreux. La traque était plus aisée et le risque moins lourd. Ici, c’était elle la brebis égarée et cernée. Elle était la menace en terres ennemis et elle n’avait pas envie d’être découverte. Elle ouvrit ses yeux bleus pour distinguer une silhouette déjà connue : « Meade ? » demanda-t-elle avant de se mordre la langue.

Si ça n’était pas elle, l’exorciste allait se faire repérer et elle s’en voulait soudain d’avoir agi si promptement. Quelle sotte ! Approchant toutefois, son intuition se confirma à la vue des traits de l’adolescente. Restait la possibilité que la petite louve donne l’alerte. « Je suis heureuse de voir que tu vas et bien et que… Tu t’en es sortie. » Ça n’était pas le cas de tout le monde. Même l’Envers avait subi de très lourdes pertes. « Em… On peut discuter tranquillement ou tu… » Préfères hurler ma présence ?

Sam 11 Mar - 15:23
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 354
Points : 1673
L'Altruiste
Crier quoi ? Je suis absolument ou à peu près certaine que la dame, juste là, c’est une chasseuse ? La petite louve retint un soupir lourd avant de le laisser s’échapper et son regard se tournait vers Emily. Quel avis avait-elle, sur celle-là, d’ailleurs ? Elle ne lui avait jamais vraiment demandé. Meade avait préféré éviter le sujet d’Emma, ça avait été suffisamment houleux comme ça lorsqu’elle l’avait rencontré. La louve fronça les sourcils, une chasseuse en ce lieu, c’était moins qu’une bonne nouvelle et elle se serrait les dents à se gruger de craindre les conséquences. Y-avait-il des gens, dans cet envers, qui ne voyaient pas la mort de manière aussi légère ? Cela relevait du non-sens, de voir tout cela se déchirer d’un côté et de l’autre.

Toutefois il y avait une personne, qu’elle connaissait de l’extérieures de cet endroit malodorant, qui était devant elle et vivante. Sa tête se tourna vers la droite, puis à nouveau à gauche, cette fois pas pour croiser le regard du fantôme mais pour longer la rue des yeux. Son torse s’était d’ailleurs avancé un peu, la vielle louve lui ayant momentanément bloquée la vue. « Viens, et tiens cette bague loin de moi. » La voix était basse et calme malgré ce petit air concerné. Meade attrapa le poignet de la femme en prenant soin de ne pas se frotter à l’alliance en argent au passage. Sans hargne mais pour autant, ne lui demandant pas sa permission elle l’entraînait dans une ruelle vide. Elle la lâcha avant de se laisser reposer le dos contre l’un des deux murs, rétablissant la distance entre elles. La petite louve se tourna à nouveau vers Emily avant de poursuivre. « Tu peux nous laisser, un moment, s’il te plait ? » Après avoir hoché la tête, elle s’éclipsa, la jeune louve baissa la tête. « As-tu une idée de ce qui s’est passé dehors ? As-tu une idée de qui as pu survivre ? J’aimerais savoir si les miens sont encore vivant, s’il y a moyen de le savoir. » Une boule se nouait au fond de sa gorge, les mêmes qui étaient chassés par ceux comme Mary. « Tu voulais vraiment discuter ou tu as besoin de te cacher ? Pourquoi es-tu ici ? »

Au-delà de l’incompréhension, Meade relevait les yeux et révélait une inquiétude pour Mary. « J’ai autre chose à te demander. Je sais que je t’assaille d’un coup, désolé. J’ai réfléchi à ce que tu m’as dit avant que je m’en aille la dernière fois. Ça me semble être la chose…que j’aurais dû vouloir depuis longtemps. Mais c’est à la fois une très mauvaise idée. Je ne veux pas être forcée à fuir comme Emma le fait. Ils ne vont pas juste…me laisser tranquille, après ça. »

Elle y avait pensé, quelques fois, en balayant rapidement l’idée en se disant que la possibilité n’y était même pas et qu’il était inutile de se torturer avec ce genre d’idées. C’était tout ce qu’elle avait désiré, cesser les transformations, éviter d’être aliéné par le loup. Mais elle avait peur, de se sentir coupée de ses racines et encore, se sentant tellement ridicule de devoir ses racines à des bêtes sanguinaires. Sa part de lune, comme lui avait dit le bunyip, comment troubler une petite louve facilement. L’idée la plus repoussante n’était pas seulement de devenir ce qu’on lui avait apprise à détester et à ne pas se soucier, mais de devenir cette personne haïe et perdre toute son importance pour ceux qu’elle aimait. Oh Meade n’osait pas hausser le ton, elle avait peur de devoir fuir Mary, peur de devoir tenter de se défendre physiquement et de ce qu’elle, était capable. « Je sais, que ce n’est pas le moment pour cette conversation mais il faut s’attendre qu’après une telle affirmation j’aies du mal à me sortir cette idée de l’esprit… Ils avaient l’intention de tuer Emily alors… » La petite louve se tût, elle était indélicate, même si elle avait mal pris cette mort, probablement pas autant que la fille de la vielle louve. Y-avait-il seulement possibilité de convaincre Mary?

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Sam 25 Mar - 4:28
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Exorciste, je suis la main de Dieu : je porte la Marque de la Miséricorde.
Tell me More : Pupille de l'Archange Gabriel
PROFESSION : Infirmière
Crédits : Olga Krutko
Messages : 101
Points : 752
Mary eut un soupir en réponse de la part de l’étudiante, ne sachant pas vraiment s’il s’agissait d’un mauvais signe avant-coureur ou d’un bon présage. A sa suite, elle observait la ruelle quasi déserte, se tendant un instant dans une crainte de la voir lui sauter à la gorge. Et puis rien, finalement, simplement la suivre. L’exorciste ne se fit alors pas prier. Si la louve avait voulu la tuer, le silence de mort de là où elles se trouvaient aurait amplement suffi pour camoufler un meurtre. Aller ailleurs aurait été inutile. Ou alors sacrément tordu. « D’accord. » souffla-t-elle, bas, laissant la main de la jeune femme saisir son poignet et l’entraîner à sa suite, finissant dans une ruelle encore plus isolée. Mary fronça les sourcils en voyant Meade parler.. Au vide. Oui, oui. Au vide, pour qu’il les laisse tranquille. Elle cligna des yeux, fixa la louve pleine d’incrédulité, se demandant très sérieusement si elle n’était pas en train de se payer sa tête. Pourtant, les traits de son faciès avaient l’air terriblement sérieux. Et abattus. Et fatigués. Cette histoire d’hiver ne semblait pas être de tout repos. Pour personne en vérité. Endroit comme Envers subissaient la morsure hargneuse et vorace du mortel climat polaire.

Les interrogations tombèrent en pluie battante, ne laissant pas le temps à la brune d’apporter le moindre élément de réponse probant, si ce n’était une bouche entrouverte dans l’objectif d’émettre un quelconque son ou un début de phrase. Les lèvres s’étaient refermées, l’écoutant dans toute l’abondance de ses demandes. Ses prunelles d’un bleu azuré la miraient avec une douceur maternelle, comme si elle se trouvait devant l’un de ses enfants tourmentés. L’argumentation qui vint au sujet de la malédiction lupine la fit arquer un sourcil, interrogateur, tant cela venait d’un seul coup dans leur conversation sans que l’héritière de Salomon ne l’ait vu venir. Meade était surprenante, son instinct de mère la poussait à s’attendrir devant la créature dangereuse que la réflexion poussait à prendre des décisions qui n’étaient pas dénuées de sens. « Meade, je crois que… Que nous aurons le temps d’en discuter le moment venu. Je comprends le raisonnement qui te pousse à me formuler cette demande, mais je sais aussi que tu t’aveugles. Louve ou non, tu seras toujours traquée. Par les tiens si tu es humaine. Par les chasseurs si tu demeures une louve. » Restait à savoir avec quelle partie d’elle même elle était le plus en phase.

« Cela d’autant plus que le Secret a été révélé. Des images de la bataille au sein du Siège du Cénacle ont été diffusées sur les écrans du monde entier. D’un bout à l’autre de la planète, le mensonge a volé en éclat. Il y a eu des chasses et il y en aura beaucoup d’autres. » De plus en plus. Le ton de la jeune femme était grave, sérieux. « Et je ne suis pas pour ce genre de massacre. Je fais partie de ceux qui croient que la corruption peut-être brisée. Que certains d’entre vous peuvent encore être sauvés, épargnés. La fin des temps approche. » Non pas l’apocalypse chrétien, mais ce qui resterait de la Terre après le Ragnarok ne serait que la poussière. Seule la volonté de Dieu offrirait ou non la possibilité de renaître de ses cendres. Restait à savoir si la petite louve ferait partie de cette humanité ou périrait avec les autres monstres. « Des choses terribles se sont passées au dehors. C’est Fimbulvetr, l’hiver mortel avant le terme. Tout ce qui était a Last End a péri dans le froid et la glace gagne jour après jour du terrain. L’Angleterre est enneigée et les températures négatives font office de signe avant-coureur dans toute l’Europe. Ça ne s’arrêtera pas. »

L’humaine serra les dents, tendues, à la perte que cela représentait. « Si les tiens ont survécu, alors ils sont ici. Ou peut-être dans le Siège s’il y a des survivants là-bas. Mais s’ils sont restés au dehors, je crains qu’ils n’aient pas pu résister. » Elle tendit une main pour la poser doucement sur l’épaule de la jeune louve, en signe de soutien. Elle savait ce que c’était, elle-même avait perdu de large pan d sa vie par cette vague de froid. « Je suis désolée. » souffla-t-elle. « Je suis protégée par l’Église. Quelques humains ont trouvé refuge sous un dôme de Lumière, à l’extérieur. Je suis venue ici parce que j’ai perdu un ami et j’espérais le trouver là. » Elle se mordit la lèvre inférieure, baissant les yeux.

Sam 17 Juin - 11:52
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
avatar
L'étrange sous la normalité : Lorsqu'au matin, je serai humaine,
Je n'aurai pas rêvé, ni sommeillé,
Mes actes ne seront plus qu'une idée,
Aucun souvenir ne traversera mon esprit.
Ne pas savoir est ma malédiction,
Regretter est ma rédemption.
PROFESSION : Étudiante
Crédits : Elle Fanning
Messages : 354
Points : 1673
L'Altruiste
Les pensées s’agitaient dans sa tête et ne s’arrêtaient pas, comme une course où son cœur se mettait à battre beaucoup trop rapidement. Elle n’avait plus ce sentiment de lassitude, cette envie d’abandonner, de se laisser mourir et de cesser de se battre. C’est la panique qui gagnait sa poitrine et elle serrait les poings en se laissant retomber contre le mur derrière elle. Meade grimaça, serrant les dents et remontant les épaules avant de se calmer un peu dans un souffle qui ramenait des odeurs désagréables. C’était insupportable de rester ici, son odorat ne lui donnait pas moindre répit. La petite louve tenta de ne pas hyperventiler, elle ne savait pas comment réagir à tout ça. C’était trop, beaucoup trop, de devoir être loin des siens et n’Avoir aucune idée d’où ils étaient, alors qu’une femme en laquelle elle n’avait pas la moindre confiance du monde lui parlait de fin du monde. « Tu aimerais, qu’ils soient morts gelés ?! »

Elle se retint de hurler en relevant la tête, plantant ses yeux dans les siens. La colère animait sa voix mais c’était la peur qui trahissait ses yeux. « Ils sont déjà venus pour moi, alors que jamais, je n’avais voulu faire de mal. Et toi… » La petite louve leva sa main droite, la tête toujours relevée et sans quitter le regard de l’exorciste, elle montrait la brûlure qu’elle avait laissé. Toute petite et inoffensive, ce geste était resté brusque, violent. « Toi, tu n’as pas hésité une seule seconde à me brûler, à sortir ton pistolet. Tu en as un en ce moment? Dis-moi, où suis-je le plus en sécurité. Auprès des miens, où on ne laissera pas un chasseur venir me tuer. Ou contre eux, où strictement tout le monde se fout de moi. »

C’était quelque chose dont elle était certaine, sa famille la protégerait des chasseurs. Elle aurait aimé, ne pas devenir leurs ennemis et ce qui la mettait autant en colère n’était pas l’idée de devenir humaine. C’était de voir Mary lui parler de la fin de last end comme si c’était déjà trop tard, comme s’ils étaient déjà morts et que c’était certain. La panique se mêlait à l’envie d’un brin d’espoir. S’ils disparaissaient, tout deviendrait plus simple, mais ce n’était pas ce qu’elle désirait. Elle aimait ses frères et son père, malgré les désaccords qui les séparaient.

« Je…j’ai vu les images…au siège…Cet homme, je ne comprenais rien du tout à ce qui se passait… »
La petite louve croisa les bras avant de s’accroupir à mesure qu’elle perdait son air et que la pression sur son torse lui coupait le souffle. Il n’y avait rien qui briserait la corruption et ça lui semblait impossible que les choses rentrent dans l’ordre. Mais était-ce mieux, de laisser les choses comme elles l’étaient déjà? « Comment est-ce que ça a pu arriver? Ça n’arrêtera jamais… » Le cénacle n’avait rien de bienveillant concernant l’envers. Ils n’étaient que des élitistes. Meade ne voyait qu’un immense monstre dans sa panique, qui ne pouvait être défait.

(HRP- PARDON T_T )

_________________






" parfois pour avancer il faut sortir de sa zone de confort et laisser son corps derrière"
- Meade Camille Alexander, 2016

Mer 5 Juil - 4:54
Voir le profil de l'utilisateur • • • • • •
Contenu sponsorisé

• • • • • •
 
Once upon a nightmare | Meade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» American Nightmare [PV Hugo Strange / Romulus / Katana]
» Nightmare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weird Tales :: 
 :: Last End et Au-delà :: Le Marché des Trolls
-